»
»
Consultation

Le CAC40 poursuit sa série haussière

Le CAC40 poursuit sa série haussière
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Et de cinq! Le marché parisien enchaîne une cinquième semaine consécutive de progression avec un CAC40 qui grimpe de 1,30% sur cinq séances, à 5.483 points ce vendredi soir. L'actualité a été très chargée ces derniers jours avec la réunion de politique monétaire de la BCE, une vague impressionnante de publications d'entreprises de part et d'autres de l'Atlantique, une tension (passagère ?) sur le marché obligataire américain, et plusieurs rencontres entre grands dirigeants dont celle entre les deux présidents coréens.

Commençons par la BCE. L'Institution et son président n'ont pas réservé de mauvaises surprises au marché. Les taux ont été maintenus et le discours reste accommodant. Mario Draghi a minimisé les inquiétudes sur un éventuel essoufflement de la croissance en zone euro, laissant la voie ouverte à un arrêt de sa politique d'achat d'actifs fin 2018.

Du coté des résultats, les géants de la tech ont rassuré à Wall Street tout comme quelques grands noms en France. Les résultats de Capgemini, Kering, STMicroelectronics, Safran ou encore Airbus ont particulièrement été bien accueillis. A l'inverse, Rexel, Renault ou encore Sanofi ont déçu. La bonne tenue du baril de pétrole et la nette baisse de l'euro face au dollar ont également soutenu la tendance à Paris.

LES VALEURS

Kering flambe de plus de 10,5% après une nouvelle performance exceptionnelle, portée par la dynamique incroyable de Gucci. Sur les trois premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires de la société a bondi de 27,1% en données publiées et de +36,5% en comparable, à 3,107 MdsE. Le consensus était positionné à 2,81 MdsE. Gucci seul voit ses revenus bondir de 49% en comparable ! Jefferies évoque un nouveau trimestre "exceptionnel" et estime que le titre peut aller encore plus haut. Le second semestre est susceptible d'être plus exigeant mais l'élan semble fort pour l'instant.

Capgemini s'envole de 8,4%. La SSII a publié au titre de son premier trimestre un chiffre d'affaires de 3,153 milliards d'euros, en hausse de 1,2% sur un an. La croissance à taux de change constants atteint 7,2% et la croissance organique est de 6,1%, là où le consensus était positionné à 4,3%. La société, qui a été soutenue par la dynamique de l'Europe et de l'Amérique du Nord, a confirmé ses objectifs de croissance de chiffre d'affaires, de marge opérationnelle et de free cash-flow pour 2018.

Safran prend 5,7%. Le groupe d'aérospatiale et de défense a estimé qu'il atteindrait le haut de ses objectifs annuels de résultats après une hausse de 12% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, qui comprend un mois d'intégration de l'équipementier Zodiac Aerospace dont il a pris le contrôle en février. Les revenus ont bondi de 10,2% en organique au premier trimestre, à 4,222 milliards d'euros.

Korian gagne 3,9% après avoir dévoilé des revenus de 806 ME au 1er trimestre 2018, en progression de 5,5%. Cette dynamique favorable a été portée par l'accélération de la croissance en France (3%) et la poursuite d'une croissance très soutenue à l'international (8,2%). Korian a confirmé ainsi son objectif d'une croissance supérieure à 5,5% sur l'ensemble de l'exercice 2018.

STMicroelectronics s'adjuge 3,1%. Le groupe a dévoilé des résultats trimestriels légèrement supérieurs aux attentes des analystes et rassuré le marché compte tenu des derniers résultats décevants des acteurs du secteur. "Malgré la faible demande sur le marché des smartphones au premier semestre 2018", le groupe vise au deuxième trimestre une croissance du chiffre d'affaires d'environ 1,5% sur une base séquentielle (à plus ou moins 3,5 points de pourcentage) et une marge brute d'environ 40% (à plus ou moins 2 points de pourcentage).

Total avance de 2,9% après avoir dévoilé des résultats trimestriels en progression dans le sillage des cours du brut et de la hausse de la production. Sur les trois premiers mois de l'année, la major voit son résultat opérationnel net ajusté des secteurs augmenter de 22% à 3,385 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 49,6 Mds$ . Le résultat net ajusté part du Groupe progresse de 13% à 2,884 Mds$ contre 2,86 Mds$ de consensus. La production d'hydrocarbures a été de 2,703 millions de barils équivalent pétrole par jour (kbep/j) au premier trimestre 2018, en hausse de plus de 5% sur un an.

Airbus prend 2,7% après avoir dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes malgré des revenus en repli. Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe européen enregistre un EBIT ajusté consolidé de 14 millions d'euros contre - 19 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires consolidé de 10,1 MdsE, reflétant essentiellement la faiblesse des livraisons d'avions commerciaux et d'hélicoptère. Le consensus tablait sur un Ebit ajusté négatif de 15,7 ME pour des revenus de 9,8 MdsE. Le résultat net consolidé s'est élevé à 283 ME (contre 409 ME un an plus tôt), résultant d'un impact positif induit en grande partie par la réévaluation de certains investissements de capitaux.

A l'inverse, Vilmorin s'effondre de 18,2%. Le nouvel avertissement sur résultats du semencier a été durement sanctionné par les opérateurs. Le groupe anticipe désormais une baisse d'un point de sa marge opérationnelle courante par rapport au taux de 9,2% en 2016-2017, alors qu'il prévoyait auparavant une stabilité, tandis que le chiffre d'affaires consolidé devrait afficher une légère croissance à données comparables, contre une progression de 4% visée antérieurement. Suite à cette annonce, les dégradations d'analystes se sont multipliées à l'image d'Oddo BHF qui a abaissé sa recommandation d''acheter' à 'neutre' tout en réduisant sa cible de 88 à 75 euros.

Solocal Group trébuche de 12%. Le groupe a vu ses revenus reculer de 4% à 168 millions d'euros au premier trimestre (sur le périmètre des activités poursuivies). A la fin mars, le carnet de commandes s'élève à 449 ME, en baisse de -5%. A 394 ME, le carnet de commandes du digital, principale activité de la société, est en légère érosion de -1% du fait d'un profil de reconnaissance du chiffre d'affaires hétérogène selon les produits vendus. Malgré ce début d'année difficile, le groupe a confirmé pour 2018 la perspective de stabilisation de son EBITDA récurrent.

Technicolor chute de 11%. Lors d'un point trimestriel, non chiffré, le groupe a indiqué que sa performance était au niveau de l'année dernière à taux de change constants mais affectée par la faiblesse du dollar par rapport à l'euro. Le groupe, qui évoque des conditions de marché globalement en ligne avec les attentes, a confirmé s'attendre cette année à un EBITDA ajusté des activités poursuivies globalement stable à taux de change constants par rapport à 2017.

Rexel perd 9%, plombé par une publication décevante. Le numéro un mondial de la distribution de matériel électrique a dévoilé des résultats en retrait avec notamment un chiffre d'affaires en baisse de 4,2% au premier trimestre, à 3,178 milliards d'euros. En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont néanmoins progressé de 3,9%. "Rexel a répété ses objectifs 2018 et les conditions demeurent bonnes, mais la planification des coûts au premier trimestre a conduit l'Ebita à manquer de 7% le consensus", explique UBS.

Bolloré redonne 6,2%. Vincent Bolloré et deux autres dirigeants du groupe et d'Havas ont été mis en examen mercredi soir au terme de leur garde à vue, dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption pour l'obtention de concessions portuaires en Afrique. La justice soupçonne des dirigeants de Bolloré d'avoir utilisé le groupe de communication Havas, alors filiale de la société, pour faciliter l'arrivée au pouvoir de dirigeants africains et obtenir en contrepartie des concessions portuaires.

Renault abandonne 5,3% après avoir annoncé une hausse limitée de son chiffre d'affaires au premier trimestre, victime d'effets de change adverses. Sur la période, le constructeur enregistre des revenus de 13,155 milliards d'euros, en légère progression de 0,2%. A taux de change et périmètre constants, la progression aurait été de 5,4%. Le consensus tablait sur des ventes de 13,8 MdsE. "Si le trimestre ne constitue pas un risque pour la prévision (vague) du groupe, nous nous attendons à ce que les pressions sur les changes puissent conduire à des révisions annuelles pour le CA et l'Ebit", affirme Evercore ISI.

Iliad (-4,5%), victime d'une note d'analyste. Morgan Stanley a dégradé le titre de l'opérateur de 'pondération en ligne' à 'sous-pondérer' tout en réduisant son objectif de 210 à 165 euros. La banque d'affaires ne s'attend pas à ce que le groupe génère un FCF significatif au cours des deux ou trois prochaines années. Par ailleurs, suite aux derniers résultats annuels, il semble que les perspectives de croissance se soient aussi considérablement obscurcies. Les objectifs 2020 semblent ainsi difficiles à réaliser au niveau du FCF opérationnel compte tenu notamment du business modèle de la société qui laisse peu de place pour réduire les coûts.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Le CAC40 poursuit sa série haussière

Partenaires de Boursier.com