»
»
Consultation

Le CAC 40 quasi stable sur la semaine, mais la volatilité grimpe !

Le CAC 40 quasi stable sur la semaine, mais la volatilité grimpe !
Le CAC 40 quasi stable sur la semaine, mais la volatilité grimpe !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La semaine boursière aura été écourtée de deux séances 1/2 par la pause de Noël, ce qui n'a pas empêché la volatilité de grimper en flèche avec un CAC40 en forte baisse lundi, puis en net rebond en fin de semaine pour finalement peu varier sur la semaine... Wall Street aura dicté la tendance avec une chute libre initiale sous haute tension, sous la menace de Donald Trump qui a ensuite détendu l'atmosphère en conseillant aux investisseurs d'acheter et en rassurant sur ses intentions : résultat, un rebond de plus 5% mercredi soir. Ce mémorable sursaut (le plus important en près d'une décennie), marqué notamment par une envolée de plus de 1.000 points du DJIA, a fait suite aux commentaires de Trump évoquant une "formidable opportunité d'achat" en bourse suite à la correction. S'entretenant avec les journalistes mardi à la Maison Blanche, le président américain a aussi rassuré ceux qui craignaient un éventuel limogeage du Président de la Fed Jerome Powell et un départ du secrétaire au Trésor...
Le rebond est intervenu par ailleurs alors que le S&P500 et le Dow Jones ont perdu près de 20% sur leurs sommets de l'automne dernier.

ECO ET DEVISES

L'indice des promesses de ventes de logements aux Etats-Unis mesuré par la National Association of Realtors pour le mois de novembre est ressorti en retrait de 0,7% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +1,5% et une lecture antérieure de -2,6%. L'indicateur ressort donc inférieur aux attentes, à 101,4 pour le mois de novembre. Un indicateur de plus qui milite en faveur d'un net ralentissement de l'activité US...
Le 'shutdown' administratif partiel du gouvernement fédéral aux Etats-Unis, qui a débuté le samedi 22 décembre, se poursuit pour le septième jour, Donald Trump n'étant pas parvenu à s'entendre avec les Démocrates du Congrès sur le financement de son fameux mur à la frontière des USA et du Mexique. Trump maintient la pression afin d'obtenir gain de cause sur le financement de son fameux mur... "Cela n'est pas à cause du Mur, tout le monde sait qu'un Mur fonctionnera parfaitement (...). C'est seulement que les 'Dems' ne veulent pas laisser la victoire à Donald Trump & aux Républicains", tweete ainsi le Président américain en fonctions. "Les Démocrates disent qu'ils ne veulent pas du Mur (même s'ils savent qu'il est réellement nécessaire), et ils ne veulent pas de l'ICE (ndlr : agence de police douanière et de contrôle des frontières du département américain de Sécurité). Ils n'ont pas grand chose pour faire campagne, non ? Une Frontière Sud ouverte et le crime à grande échelle qui accompagne une telle stupidité!", tacle encore Trump. "Nous serons forcés de fermer la Frontière Sud complètement si les Démocrates Obstructionnistes ne nous donnent pas l'argent pour terminer le Mur & aussi changer les lois ridicules sur l'immigration sur lesquelles notre Pays repose", a menacé encore le Président américain, afin d'obtenir ses 5 milliards de dollars de financement... "Les Etats-Unis perdent tellement d'argent dans leur Commerce avec le Mexique dans le cadre de l'ALENA, plus de 75 Milliards de dollars par an (sans tenir compte de l'Argent de la Drogue, ce qui représenterait plusieurs fois ce montant) que je considèrerais la fermeture de la Frontière Sud comme une 'opération rentable'. Nous construirons un Mur ou nous fermerons la Frontière Sud", a encore ajouté Trump, qui entend ramener l'industrie automobile américaine aux USA "à qui elle appartient".

Pas de grosse évolution en revanche du côté des réserves de brut aux États-Unis. Selon le rapport du Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de pétrole, hors réserve stratégique, sont restés quasiment stables sur la semaine close au 21 décembre, à 441,5 millions de barils. Le consensus tablait sur un repli de 2,9 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 3 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) sont restés globalement stables. Le baril a tenté un rebond de fin de semaine après une chute vertigineuse sous les 50$ le baril Brent, au plus bas depuis 18 mois, pour terminer sur les 52$.

Sur le marché des changes, l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, recule à 96. L'euro remonte sur les 1,14/$ entre banques.

VALEURS EN MOUVEMENT

Les hausses de la semaine sont surtout des rattrapages sur des valeurs sanctionnées auparavant comme Fnac Darty (+10%), suivi de la Cie des Alpes (+9%), Haulotte (+8%), ou Innate (+7%). Manitou remonte aussi de 7% avec NRJ Group et LISI.

La hausse de la semaine revient malgré tout à Artprice qui grimpe de 20%. Artprice et Cision ont annoncé un partenariat pour la distribution de fils d'informations. Le partenariat stratégique désigne Cision en tant que seul fournisseur de services de distribution d'informations sur les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences de médias d'aujourd'hui, comprenant environ 7.200 publications de presse internationale. Le 21 décembre 2018, Artprice et Cision ont ainsi donné naissance à la toute première agence mondiale dédiée au Marché de l'Art, Art Press Agency appartenant à Artprice.

A la baisse, Marie Brizard a chuté de 30% toujours dans une situation financière délicate, suivi de Bourbon (-12%), alors que Geci, Wavestone, Altamir reculent de 6%. Gecina perd 5% avec LNA, Eramet. Parmi les gros dossiers, Danone, Savencia, Suez cèdent 3%. Renault et PSA -2%. Air Liquide recule plus modestement de 1% avec Veolia et SG.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com