»
»
Consultation

La hausse graduelle des taux de la BCE sera gérable pour la plupart des émetteurs selon Moody's

La hausse graduelle des taux de la BCE sera gérable pour la plupart des émetteurs selon Moody's
La hausse graduelle des taux de la BCE sera gérable pour la plupart des émetteurs selon Moody's
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La fin progressive des mesures de relance de la Banque centrale européenne entraînera des conditions de financement plus serrées et une augmentation modeste des coûts d'emprunt, qui sera gérable pour la plupart des émetteurs de dette de la zone euro, estime Moody's Investors Service. "Le rythme de normalisation de la politique monétaire dans la zone euro sera progressif et la BCE maintiendra un large bilan ainsi qu'un large éventail de mesures d'accompagnement", affirme Colin Ellis, chez Moody's. "Bien que gérable pour la plupart des émetteurs, la hausse des taux affectera plus que d'autres à des horizons différents, principalement en fonction des conditions de paiement des intérêts sur leur encours et de l'écart entre les intérêts payés sur la dette venant à échéance et les nouveaux emprunts".

Les émetteurs publics sont relativement à l'abri d'une hausse des rendements du marché à court et à moyen terme. Selon le scénario central de Moody's, les charges d'intérêt des souverains de la zone euro continueront de baisser dans les années à venir, car de nouveaux financements à des taux inférieurs remplaceront la dette arrivant à échéance. Toutefois, cet avantage disparaîtra sur le long terme, à mesure que les rendements de la dette arrivant à échéance diminueront.

Alors que l'impact négatif des taux plus élevés sur les entreprises non financières dépendra de leur solvabilité et de leurs profils de financement, la plupart des entreprises notées peuvent résister à la hausse des taux, la croissance soutenue de la zone euro soutenant leur qualité de crédit. Des coûts d'emprunt plus élevés pourraient surtout affecter les entreprises les moins bien notées, mais ce facteur à lui seul n'est pas susceptible de déclencher des révisions à la baisse, estime l'agence de notation.

Enfin, le retrait des mesures de stimulation monétaire aura un impact plus mitigé sur les banques que sur les autres émetteurs, en fonction de leur mix de financement individuel et de leur capacité à réévaluer les taux d'intérêts sur les prêts.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com