»
»
Consultation

La guerre commerciale inquiète plus les investisseurs que l'inflation

La guerre commerciale inquiète plus les investisseurs que l'inflation
La guerre commerciale inquiète plus les investisseurs que l'inflation
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les investisseurs s'inquiètent d'une guerre commerciale. Pour la première fois depuis janvier 2017, cette dernière est perçue comme le risque le plus important pour l'économie mondiale selon l'enquête mensuelle 'Fund Manager Survey' de Bank of America Merrill Lynch. Les risques d'inflation et de ralentissement de la croissance mondiale font également parties des inquiétudes des gérants.

Une économie mondiale en fin de cycle

Menée du 9 au 15 mars, l'étude montre également que 74% des investisseurs interrogés pensent maintenant que l'économie mondiale est en fin de cycle, soit le pourcentage le plus élevé depuis la création de l'enquête. En outre, 87% des investisseurs pensent que le protectionnisme serait à l'origine d'inflation ou de stagflation.

Une hausse des bpa toujours attendue

Concernant la bourse, 58% des opérateurs s'attendent à une croissance des bpa mondiaux de plus de 10% au cours des douze prochains mois. Les investisseurs ne sont plus que 40% à 'surpondérer' la zone euro contre un plus haut de 58% en octobre 2017.

Attention au niveau des 3,6% sur le 10 ans US

Autre chiffre intéressant à tirer de cette étude, 3,60%. Il s'agit en l'occurrence du niveau du taux à dix ans américain qui ferait sortir les investisseurs des places boursières pour privilégier le marché obligataire. A partir de ce niveau, la fameuse 'grande rotation' débuterait.

Pessimisme envers la bourse britannique

A noter enfin que le pessimisme à l'égard des actions britanniques atteint un sommet historique puisque 42% des investisseurs interrogés affirment qu'ils 'sous-pondèrent' la région.

"Des fissures commencent à apparaître dans le scénario haussier, avec des gérants de fonds qui commencent à faire part de leurs préoccupations sur le commerce, la stagflation et l'endettement", déclare Michael Hartnett, directeur de la stratégie investissement chez BofAML.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com