Accueil
Actualités
Consultation

Gaz : les cours refluent, des navires de GNL en route vers l'Europe

Gaz : les cours refluent, des navires de GNL en route vers l'Europe

Selon des informations publiées par l'agence 'Bloomberg', de nombreux navires transportant du gaz naturel liquéfié depuis l'Amérique seraient en route vers l'Europe, ce qui réduira la tension sur l'offre.

Gaz : les cours refluent, des navires de GNL en route vers l'Europe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une nouvelle envolée record en début de semaine, les cours du gaz ont fortement reculé vendredi soir en Europe, pour la 3e séance consécutive. Le prix du gaz de référence, le TTF néerlandais, a chuté de 17% à 109,20 euros le mégawattheure (MWh) pour le contrat à terme de janvier, après avoir chuté de 23% jeudi.

Selon des informations publiées par l'agence 'Bloomberg', de nombreux navires transportant du gaz naturel liquéfié depuis l'Amérique seraient en route vers l'Europe, ce qui réduira la tension sur l'offre.

Au moins 15 navires transportant du GNL ont indiqué jeudi qu'ils avaient pour destination des ports d'Europe occidentale, contre 10 mercredi, selon les données d'expédition compilées par 'Bloomberg'. 11 autres bateaux, qui n'ont pas déclaré de destination, ont emprunté des trajectoires suggérant qu'ils se dirigent aussi vers l'Europe.

Des cours du gaz multipliés par 5,5 en 2021

Mardi, le TTF avait établi un nouveau record, à 180,26 euros le MWh (+22%), dopé par l'arrivée de l'hiver ainsi que par les tensions entre l'Ukraine et la Russie, qui assure un tiers des besoins en gaz de l'Europe.

Depuis le début 2021, où il cotait environ 19,5 euros/MWh, le gaz européen a vu son prix être multiplié par plus de 5,5. La reprise économique mondiale s'est accompagnée d'une forte demande mondiale d'énergie, faisant exploser les prix du pétrole et du gaz, contribuant à l'accélération de l'inflation et mettant en difficulté de nombreux ménages.

Face à ces tensions, le gouvernement français a mis en place cet automne un "bouclier tarifaire" constitué d'un blocage des prix du gaz et d'un plafonnement de ceux de l'électricité jusqu'à la fin 2022.

Le gazoduc Nord Stream 2 suspendu à l'issue de la crise ukrainienne

La géopolitique joue un rôle non négligeable sur les cours du gaz en Europe, où un grande part des importations provient du monopole d'Etat russe Gazprom, dont le dirigeant est un proche du président russe Vladimir Poutine. Le nouveau gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique (et non via l'Ukraine) est au centre des vives tensions entre l'Europe, l'Ukraine, la Russie et les Etats-Unis. Techniquement achevé, sa mise en service est bloquée par Berlin, officiellement pour des questions administratives.

La récente escalade des tensions entre la Russie et l'Ukraine renforce les craintes d'une désorganisation des approvisionnements de gaz. En Allemagne, la nouvelle coalition au pouvoir SPD/Verts se montre menaçante. La nouvelle ministre des Affaires étrangères, l'écologiste Annalena Baerbock, a menacé le 12 décembre de mettre fin au projet Nord Stream 2 en cas d'escalade en Ukraine. Le ministre de l'Economie allemand, Robert Habeck, écologiste lui aussi, a de son côté mis en garde samedi contre de sévères conséquences pour le pipeline en cas d'agression de la Russie contre l'Ukraine.

©2021-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !