Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Etats-Unis : la Fed divisée sur sa future politique monétaire

Etats-Unis : la Fed divisée sur sa future politique monétaire

Comme espéré par les marchés, la Fed a réduit mercredi l'objectif des taux des "fed funds" d'un quart de point pour les ramener à 1,75%-2%. Mais les membres de la banque centrale affichent de fortes divisions sur la future politique monétaire.

Etats-Unis : la Fed divisée sur sa future politique monétaire
Crédit photo © Joshua Roberts / Reuters

(Boursier.com) — La Réserve Fédérale américaine a donc réduit mercredi l'objectif des taux des "fed funds" d'un quart de point pour les ramener dans une fourchette de 1,75% à 2%, son deuxième geste d'assouplissement monétaire depuis celui du 31 juillet dernier. Elle a cependant dérouté les marchés en ne donnant pas de signal clair quant aux prochaines étapes de sa politique monétaire. Et pour cause : ses membres sont plutôt divisés sur le sujet, montrent les dernières projections de la Fed.

La Fed a justifié la baisse du jour, largement attendue par les acteurs de la finance mondiale, par la faiblesse de l'investissement et des exportations américaines, tout en notant la solidité du marché de l'emploi et la hausse des dépenses des ménages. La Fed a en outre répété son engagement d'"agir de façon appropriée pour soutenir la croissance" américaine.

A noter que trois des dix membres votants du comité monétaire de la Fed ont voté contre la décision du jour : deux d'entre eux, Esther George et Eric Rosengren voulaient maintenir le statu quo à 2%-2,25%, et le troisième, James Bullard, aurait voulu que la Fed réduise ses taux davantage, d'un demi-point, à 1,5%-1,75%, a précisé le communiqué de la banque centrale américaine.

Jerome Powell écarte un recours à des taux négatifs en cas de récession

Lors de sa conférence de presse, le président de la Fed Jerome Powell a cependant quelque peu rassuré les marchés, en indiquant que la banque centrale pourrait reprendre ses achats de titres plus tôt que prévu. Il a toutefois écarté l'idée de recourir à des taux négatifs en cas de récession, "je ne pense pas que ceux-ci seront en tête de notre liste", a ainsi déclaré le président Powell, tout en affirmant que la Fed se préparait à "être agressive s'il s'avère que c'est nécessaire".

Par ailleurs, la Fed a agi pour calmer les marchés monétaires sur lesquels elle a dû intervenir d'urgence cette semaine, pour la première fois depuis la crise des subprimes en 2008. Mercredi, la banque centrale a abaissé le taux sur les réserves en excès (taux auquel sont rémunérées les dépôts des banques auprès de la Fed) à 1,8% contre 2,1% auparavant.

Jerome Powell a affirmé que les interventions d'urgence n'avaient d'incidence ni sur l'économie ni sur la politique monétaire. "Bien que ces problèmes soient importants pour le fonctionnement du marché et ses participants, elles n'ont aucune implication pour l'économie ou la politique monétaire", a-t-il affirmé.

Même pas peur de Donald Trump...

En fin de conférence de presse, Jerome Powell n'a pas manqué de glisser un petit mot à l'attention du président Trump, indiquant que "le moral à la Fed était au beau fixe, malgré les critiques de Donald Trump."

Ce dernier, qui réclame à cor et à cris des taux à zéro voire négatifs, s'est fendu d'un nouveau tweet comminatoire mercredi soir, accusant la banque centrale de ne pas avoir de "tripes".

En outre, pour la suite de l'année, les membres du comité de politique monétaire se sont montrés divisés sur l'opportunité de continuer à assouplir fortement la politique monétaire américaine. Les nouvelles projections de la banque centrale américaine, publiées mercredi, montrent ainsi que 5 membres voulaient garder les taux stables d'ici à la fin de l'année (à 2%-2,25%), tandis que 5 ont approuvé la baisse du jour d'un quart de point (1,75%-2%), et que 7 d'entre eux jugent appropriée une nouvelle baisse d'ici à décembre pour revenir à 1,50%-1,75%.

Les marchés boursiers américains, qui espéraient une position plus accommodante, ont d'abord réagi à la baisse à ces annonces, avant de regagner du terrain et de finir en ordre dispersé, proches de l'équilibre. A la clôture, le Dow Jones a gagné 0,13%, le S&P 500 a grappillé 0,03% et le Nasdaq composite a cédé 0,11%.

Sur le marchés des changes, l'indice du dollar a progressé de 0,29% après la Fed à 98,54 points, tandis que l'euro a cédé 0,33% à 1,1035$ face au billet vert. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans a fini stable à 1,80%, après être tombé jusqu'à 1,75% avant les annonces de la Fed.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com