»
»
Consultation

Comment obtenir un crédit immobilier quand on est auto-entrepreneur ?

Comment obtenir un crédit immobilier quand on est auto-entrepreneur ?

Publi-rédactionnel -- Obtenir le financement d'une acquisition immobilière n'est pas une mince affaire. Plusieurs conditions doivent être réunies et certaines banques semblent être intransigeantes là-dessus. L'un des critères décisifs sur lequel elles insistent le plus souvent est : la stabilité financière de l'emprunteur. Et qui dit stabilité des revenus dit : contrat en CDI. Et en ce sens les chiffres sont sans appel : Sur le premier semestre de l'année 2018, 6% des prêts immobiliers ont été octroyés à des non-salariés, selon Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer. Est-il donc impossible d'obtenir un crédit sans CDI ? Qu'en est-il des auto-entrepreneurs ? Ont-ils une chance de voir leur demande de prêt être acceptée par la banque ? La réponse est oui ! Mais pour cela, il est nécessaire de soigner son profil emprunteur pour espérer être financé. On vous explique tout.

Les éléments décisifs concernant votre activité

Rien n'est impossible si l'on met toutes les chances de son côté. Tout est une question de préparation. Il suffit de tout mettre en oeuvre afin que la banque accorde sa confiance. Pour y parvenir, quelques points sont à prendre en compte.

Les domaines d'activité que les banques préfèrent

Si les auto-entrepreneurs ne font pas partie des profils emprunteurs appréciés des banques, certains métiers semblent néanmoins réussir à les séduire. Considéré comme l'un des domaines d'activité qui est très recherché, le secteur du bâtiment (serrurerie, plomberie, maçonnerie...) est porteur. Il ne faut donc pas hésiter à insister avec la banque sur l'évolution certaine de votre auto-entreprise grâce à la forte demande dans votre secteur d'activité.

L'ancienneté : un atout majeur

Pour prouver la stabilité de vos revenus, rien de mieux qu'une société ayant survécu aux 3 premières années, considérées comme étant les plus difficiles. En effet, ce n'est qu'au bout de la troisième année qu'il est possible de déterminer la fiabilité d'une auto-entreprise. Si après 3 ans de vie, une société génère encore du chiffre d'affaires, c'est qu'elle a de grandes chances de voir sa réussite se pérenniser. Ainsi, les banques accorderont plus de confiance à une auto-entreprise de plus de 3 ans et auront plus de facilité à accorder un prêt immobilier.

Des bilans positifs décortiqués

Les bilans présentés à l'organisme financier sont révélateurs de la bonne santé de son auto-entreprise. Les étudier permet à la banque de vérifier le rapport entre les rentrées et sorties d'argent. Le chiffre d'affaire répond-il au besoin de l'activité ? Suffit-il à couvrir toutes les dépenses ? La gestion des revenus est-elle raisonnable ? Quelles sont les marges et sont-elles suffisantes pour obtenir un crédit immobilier ?

Outre les bilans, il est nécessaire de rassurer la banque sur l'avenir de son auto-entreprise. Une affaire qui marche est une affaire qui connaît et maintient son succès dans le temps. Pour séduire une banque, l'auto-entrepreneur doit donc démontrer qu'il est constamment en quête d'amélioration pour optimiser les rendements et augmenter ainsi ses marges de revenu.

Quelques solutions pour convaincre

Il existe une multitude de solutions qui permettent de gagner la confiance de la banque pour la pousser à accepter de financer un projet d'acquisition immobilière malgré le statut d'auto-entrepreneur.

S'aider d'un apport

Si certains peuvent espérer un crédit immobilier sans apport, pour un auto-entrepreneur il est nécessaire voire primordial de se constituer une épargne. Cela prouve à la banque que vous êtes parfaitement capable de gérer vos revenus. En plus de mettre en lumière votre capacité à gérer vos finances, l'apport réduit les risques auxquels les banques s'exposent. Le montant de l'apport généralement recommandé s'élève à 10% du prix du bien.

Un co-emprunteur en CDI : le Graal

Les banques apprécient les profils " salariés en CDI ". Alors quand un des co-emprunteurs du prêt immobilier correspond à ce statut c'est un avantage essentiel. Pour les organismes financiers, le CDI représente une source de revenus stable et régulière. S'il s'agit d'un CDI à un poste de la fonction publique, les banque seront d'autant plus rassurées par cette stabilité pour accorder un meilleur taux immobilier.

Hypothèque, nantissement : des garanties qui peuvent faire pencher la balance

Pour convaincre une banque de financer un achat immobilier, il suffit de réduire les risques de défauts de remboursement. Pour cela, il existe l'hypothèque. Celle-ci donne droit au créancier sur le bien sans que le propriétaire n'en soit déchu, sauf si ce dernier n'est plus en mesure de rembourser les échéances de son crédit. A ce moment-là, le créancier récupère le bien par une action de justice et le met en vente pour obtenir remboursement. Même principe pour le nantissement, qui lui concerne uniquement les biens non immobiliers. A défaut de paiement, le créancier récupère les biens pour couvrir le remboursement. Ainsi, hypothèque et nantissement semblent être des solutions qui permettent de faciliter l'accès au crédit immobilier pour les auto-entrepreneurs puisque le risque de non remboursement est diminué.

Une assurance-emprunteur plus costaud

Pour tous profils confondus, la souscription d'un prêt immobilier nécessite une assurance-emprunteur. L'assurance permet de couvrir les risques de la vie quotidienne (décès, invalidité, ou perte d'emploi) qui empêcheraient le remboursement du crédit. C'est d'autant plus important lorsque l'emprunteur est considéré comme profil à risque. Pour donner du poids à son dossier, il est possible de souscrire une assurance-emprunteur plus chère et plus complète qui prendra en charge le risque de défaut de remboursement dû à une perte de revenus.

Partenaires de Boursier.com