Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Comment bien débuter en Bourse ?

Comment bien débuter en Bourse ?
Comment bien débuter en Bourse ?
Crédit photo © Trade Republic

(Boursier.com) — Publi -rédactionnel Trade Republic - Vous voulez investir en bourse ? Rien de plus simple ! Voici quelques conseils et mots-clés qui vous seront toutefois indispensables pour bien débuter sur les marchés...

Investir en bourse consiste à acheter une part du capital d'une société cotée (une action) pour accompagner le développement de cette entreprise, tout en faisant fructifier son épargne dans le temps. Au-delà du fait que les actions représentent le placement le plus rémunérateur sur le long terme, investir en Bourse consiste donc à faire fructifier ses économies tout en soutenant l'activité réelle en finançant les entreprises et en les aidant à se développer !

Pour intervenir sur les marchés financiers il faut passer par un intermédiaire financier : Une banque ou un courtier. Son rôle est important puisque c'est lui qui assure la fonction consistant à exécuter vos ordres de Bourse. Il doit donc vous apporter une vision claire et fidèle du marché. Sa plateforme numérique doit être rapide et la plus souple d'utilisation possible. Adossé à un établissement financier, lorsqu'il n'a pas le statut de banque, cet intermédiaire a également la charge de la garde de vos titres achetés au comptant. Il est donc important pour des raisons prudentielles de vérifier à quelle autorité financière le courtier est rattaché.

Chaque intermédiaire dispose de sa propre grille tarifaire en matière de frais de courtage. Les différences de prix sont parfois conséquentes. Il convient donc de bien les étudier pour ne pas rogner vos plus-values en enrichissant inutilement votre banquier !

Compte-titres ou Plan d'Epargne en Actions (PEA)

Pour intervenir sur le marché boursier, il vous faut un compte-titres qui permet d'investir en bourse sans restriction ni contrainte géographique : Actions, obligations, produits de bourse plus spéculatifs (warrants, turbos, certificats...) mais aussi produits de gestion collective (fonds, sicav), ou encore ETF (trackers) qui permettent de répliquer les grands indices boursiers ou des paniers de valeurs, peuvent être acquis dans le cadre de votre compte-titres. La fiscalité est simple : vos gains sont imposés au prélèvement unique forfaitaire (PLU de 30% / 12,8% d'impôt et 17,2% de prélèvements sociaux).

Le compte-titres est simple et souple d'utilisation mais, en contrepartie, la fiscalité appliquée est ici plus lourde que dans le cadre d'un Plan d'Epargne en Actions (PEA). Pour un gain de 100 euros, il vous restera en effet 70 euros après impôts, contre 82,80 euros dans un PEA puisque seuls ici les prélèvements sociaux sont appliqués, les gains réalisés dans le cadre d'un PEA n'étant pas soumis à l'impôt sur les plus-values si ce dernier est ouvert depuis plus de 5 ans... Le PEA est cependant plus restrictif en termes d'utilisation puisque seules les actions européennes y sont éligibles, ainsi que les fonds ou les ETF, à condition qu'ils détiennent au moins 75% d'actions européennes. Il est aussi plafonné à 150.000 euros.

Les indices boursiers à connaître...

Tout le monde a déjà entendu parler de l'indice Dow Jones américain ou du CAC 40 ! Pour suivre l'évolution des marchés, les différentes places boursières internationales ont créé au fil du temps des indices de référence qui correspondent en quelque sorte à des " paniers d'actions ".
Le Dow Jones Industrial Average (abrégé en DJIA ou Dow Jones) est un indice boursier créé au 19ème siècle, ce qui en fait le plus vieil indice boursier du monde ! Il est composé des 30 entreprises-phares américaines dont les plus célèbres comme Apple, IBM, Coca-Cola ou encore Microsoft...

Comme son nom l'indique, le CAC 40 qui vient de fêter ses 30 ans est composé de 40 entreprises françaises de renommée mondiale dont LVMH, Total, Sanofi ou encore Pernod Ricard...
Parmi les indices les plus connus dans le monde, citons aux Etats-Unis le Nasdaq 100 qui regroupe les valeurs technologiques américaines, ou encore l'indice plus large S&P 500. En Allemagne, l'indice de référence est le Dax 30, en Grande-Bretagne il s'agit du Footsie 100.

Il existe des centaines d'autres indices, dont les indices MSCI qui recouvrent les grandes zones géographiques du monde, mais aussi des indices sectoriels qui ciblent par exemple le luxe, l'agroalimentaire, l'automobile ou encore l'aéronautique. Les fameux ETF appelés 'trackers' répliquent les performances de ces indices. Grâce à ces produits, le particulier peut donc investir facilement à moindre coût de manière très diversifiée dans différents types d'actifs, sans avoir à se constituer un portefeuille de valeurs...

Action ou ETF ?

"On ne met pas tous ses oeufs dans le même panier !" Ce proverbe boursier emprunté au bon sens populaire signifie qu'il faut savoir diversifier son portefeuille boursier pour répartir les risques face aux variations parfois brutales des marchés financiers. L'idéal pour commencer est de se constituer progressivement un portefeuille d'une petite dizaine d'actions de sociétés différentes de 500 euros par ligne par exemple, ce qui correspond à un montant global de 5.000 euros.

On pourra ensuite compléter progressivement le montant investi initialement en alimentant régulièrement son compte-titres ou son PEA à l'aide par exemple d'un versement programmé : A chacun d'en déterminer le montant idéal en fonction de ses revenus ou de sa capacité d'épargne en mettant de côté par exemple chaque semaine 50 euros pour étoffer son capital et arriver à une quinzaine d'actions de sociétés différentes ou d'ETF, chaque ligne pesant environ 5% de son portefeuille.

©2021,