Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Bilan hebdo : le CAC40 perd 3,5%

Bilan hebdo : le CAC40 perd 3,5%
Bilan hebdo : le CAC40 perd 3,5%
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Cette dernière semaine de juillet aura encore une fois été très mouvementée... Avant la coupure estivale qui se dessine, l'actualité a été encore très riche avec une avalanche de publications d'entreprises, une vague d'indicateurs de conjoncture, la réunion de la Fed, les négociations au Congrès sur un nouveau plan de soutien à l'économie aux Etats-Unis, les avancées concernant la recherche d'un vaccin contre le Covid-19. Dans ce contexte, les bourses européennes ont reculé, l'or a atteint de nouveaux sommets à 1.970$ et l'euro flirte avec la barre des 1,20$ ! A Paris, le CAC40 cède 3,5% sur 5 séances, à 4.783 points ce vendredi soir en clôture.

Sur le front économique, et sans surprise, l'Europe et les Etats-Unis ont enregistré une contraction record de leur économie respective au deuxième trimestre. Sur le Voeux continent, le PIB a chuté de 12,1% avec une baisse encore plus marquée de 13,8% en France. Outre-Atlantique, le PIB s'est effondré de plus de 30% en rythme annualisé...

En attendant un éventuel vaccin, la pandémie de coronavirus poursuit sa progression. Selon l'Université Johns Hopkins, qui fait référence en la matière, 17,32 millions de cas confirmés ont été recensés dans le monde depuis le début de l'épidémie, dont près de 4,5 millions aux USA, 2,61 millions au Brésil, 1,64 million en Inde et 838.461 en Russie. La pandémie a fait 673.527 victimes dans le monde, dont 152.070 morts aux Etats-Unis, 91.263 au Brésil, et plus de 46.000 au Royaume-Uni ou au Mexique. L'Inde recense 35.743 morts.

Dans cet environnement très incertain, Donald Trump a sorti un nouveau lapin de son chapeau en évoquant... un report de l'élection présidentielle ! Le leader américain s'inquiète en effet des risques de fraude qui seraient liés à l'épidémie actuelle du nouveau coronavirus. "Avec le vote par correspondance (...), 2020 sera l'Election la plus INEXACTE & FRAUDULEUSE de l'histoire", s'est ému l'actuel locataire de la Maison blanche. "Ce sera une véritable honte pour les Etats-Unis. Reporter l'Election jusqu'à ce que les gens puissent voter normalement, en toute sécurité et de manière sûre???"
La Réserve Fédérale a, sans surprise, laissé ses taux au plancher tout en réitérant son intention d'utiliser toute la panoplie d'instruments financiers à sa disposition pour soutenir l'économie. Jerome Powell, dirigeant de la Fed, a évoqué des perspectives économiques très incertaines et estimé qu'il faudrait encore un soutien monétaire et budgétaire prolongé.

La semaine a enfin été marquée par une série de publications d'entreprises de part et d'autre de l'Atlantique. Aux USA, les GAFA (Gafa, Apple, Amazon, Alphabet et Facebook) ont plutôt assuré tandis qu'à Paris les résultats ont été diversement appréciés. Côté satisfactions, on citera BNP Paribas, Nokia, Korian, Sopra Steria, Capgemini ou encore FDJ. A l'inverse, Renault, Lagardère, Akka, Casino, Unibail et Eramet ont été sanctionnés.

LES VALEURS

* FDJ flambe de 14%, les opérateurs ayant apprécié le point sur l'activité de la loterie nationale. Si le groupe a vu ses revenus reculer de 15% au premier semestre à 849 millions d'euros, et que son bénéfice net a été divisé par près de deux à 50 ME, il note que la reprise progressive depuis la sortie du confinement mi-mai s'est accélérée avec le retour graduel des compétitions sportives, notamment de la plupart des championnats nationaux de football en Europe, et le redémarrage d'Amigo le 8 juin. Ainsi, sur le semestre, le recul des mises a été limité à -18% par rapport au 1er semestre 2019. Par ailleurs, dès mi-juin, FDJ a retrouvé un niveau d'activité comparable à celui de 2019...

* Suez bondit de 10%, dopé par le retour de la spéculation concernant la participation de 32% d'Engie au tour de table. Jean-Pierre Clamadieu, le président du conseil d'administration de l'énergéticien, a déclaré ce matin que son groupe envisageait toutes les possibilités : "concernant Suez, je dirais que tout est ouvert tout comme pour d'autres positions similaires que nous détenons dans d'autres entités cotées". Des déclarations qui interviennent alors qu'Engie s'apprête à accélérer son développement sur ses priorités stratégique en multipliant les cessions d'actifs.

* Sopra Steria prend 5%, soutenu par la résistance de ses résultats intermédiaires. La société de services informatiques a réalisé sur les six premiers mois de l'année un taux de marge opérationnelle d'activité de 6,1% et un chiffre d'affaires 2,17 MdsE, en retrait organique de 2,6 %, soit une variation dans le haut de la fourchette d'objectifs communiquée le 24 avril (entre -2% et -6%). Sur la base de l'environnement connu à fin juillet, Sopra Steria vise pour l'ensemble de l'exercice 2020 : une variation organique du chiffre d'affaires comprise entre -2% et -4% ; un taux de marge opérationnelle d'activité comprise entre 6% et 7% et un flux net de trésorerie disponible compris entre 80 ME et 120 ME.

* Maisons du Monde gagne 11%, les opérateurs saluant une publication supérieure aux attentes des analystes. L'EBITDA semestriel s'est élevé à 69 ME, en baisse de 29% par rapport à l'année précédente, soit une marge d'EBITDA de 14,1%, alors que les ventes ont diminué de 17,5% (à périmètre comparable) à 489 ME. Pour Midcap Partners, le groupe démontre encore une fois sa capacité à s'adapter dans un marché difficile. Les différentes restructurations en France (Habitat, Alinéa...) devraient lui permettre de gagner des parts de marché. Le broker reste ainsi à l''achat' sur la valeur et porte sa cible de 13,2 à 17,6 euros.

* Nokia grimpe de 10%. L'équipementier télécoms a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes et a relevé sa guidance annuelle après avoir réduit ses coûts et révisé ses produits afin de rattraper son retard dans la course à la 5G. Le groupe scandinave a réalisé au deuxième trimestre un profit net de 170 millions d'euros contre une perte de 57 ME un an auparavant pour un chiffre d'affaires net en repli de 11% à 5,09 MdsE. "Au deuxième trimestre 2020, nous estimons que le Covid-19 a eu un impact net négatif d'environ 300 millions d'euros sur notre chiffre d'affaires net", précise le groupe. "Nous prévoyons que la majorité des ventes manquées au cours du trimestre en raison de Covid-19 se reporteront sur les périodes futures". La marge opérationnelle ajustée s'est améliorée de 40 points de base à 8,3%.

* Engie prend 4% alors que la firme a souffert au premier semestre. Le groupe énergétique a vu son résultat net récurrent être divisé par plus de deux à 0,7 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 9,3% à 27,4 MdsE (-8,8% en organique). Le résultat opérationnel courant a reculé de 30,8% à 2,2 MdsE, pénalisé par les effets du coronavirus à hauteur de 850 ME. Dans l'hypothèse d'un retour à la normale progressif et continu, après des périodes de confinements dans les principales zones géographiques où il exerce, le Groupe prévoit un résultat net récurrent part du groupe pour 2020 entre 1,7 et 1,9 MdE. Cet objectif repose sur une fourchette indicative d'EBITDA de 9,0 à 9,2 MdsE et un ROC entre 4,2 et 4,4 MdsE. Le groupe annonce par ailleurs une revue stratégique d'une partie de ses activités de services, ainsi qu'un nouveau programme de cessions et une accélération de ses investissements dans les renouvelables et les infrastructures. Ces services en question, qui représentent environ 2/3 du chiffre d'affaires des Solutions Clients, seront analysées à la lumière de leur alignement avec les priorités stratégiques du Groupe. Toutes les options seront évaluées avec l'objectif de valoriser et conforter leur position, et de saisir les opportunités de croissance au sein d'un périmètre cohérent et avec une organisation adaptée.

* Capgemini avance de 6% après la publication de comptes préliminaires dégradés mais meilleurs qu'attendu alors que la SSII anticipe un redressement progressif de son activité aux 3e et 4e trimestres. Les résultats estimés du groupe pour son premier semestre témoignent d'une baisse de 3,4% de son chiffre d'affaires en données organiques, à 7,58 milliards d'euros, et d'un recul de 0,6 point de sa marge opérationnelle sur fond de crise liée au coronavirus. Capgemini a également généré un free cash-flow organique estimé à environ 100 millions d'euros sur la période, en amélioration sur un an.

* Safran gagne 2%. Le groupe de haute technologie, équipementier de premier rang dans les domaines de l'Aéronautique, de l'Espace et de la Défense prévoit une reprise graduelle au second semestre après avoir vu son bénéfice net être divisé par deux au cours des six premiers mois de l'année à cause de l'impact sur ses activités de la crise sanitaire liée au coronavirus, qui a plombé la demande dans l'aéronautique.

* L'Oreal est stable après sa publication intermédiaire. Le numéro un mondial des cosmétiques a vu son chiffre d'affaires reculer de 18,8% à 5,85 milliards d'euros (à données comparables) au deuxième trimestre. La division Cosmétique Active affiche à nouveau une belle performance avec une croissance interne de 4,4%. A l'inverse, les branches 'Produits Professionnels' (-31,7%) et Luxe (-24,7%) ont souffert avec la crise. Le consensus 'Bloomberg' attendait des ventes nettes de 6,16 MdsE, en repli de 14,3% à périmètre comparable. La marge opérationnelle s'est établie à 18% à la fin du premier semestre, en légère baisse par rapport à celle de 18,6% enregistrée fin 2019. Le bénéfice net a atteint 2,14 milliards à fin juin contre 2,47 MdsE un an plus tôt.

A l'inverse, Akka Technologies chute de 30%, lourdement sanctionné après avoir averti que son résultat opérationnel courant sera négatif au premier semestre compte tenu de la baisse de l'activité. Le chiffre d'affaires a reculé de 12,7% sur les six premiers mois de l'année (-20,3% en organique). L'impact négatif de la baisse de la demande dû à la crise de la COVID-19 s'est matérialisé en mars et poursuivi au deuxième trimestre. Son effet maximal a été atteint en mai 2020 au niveau du groupe alors qu'il était initialement attendu en avril. En conséquence, le chiffre d'affaires du deuxième trimestre est légèrement inférieur aux prévisions, précise le groupe de conseil en ingénierie.

* Renault s'écroule de 20% après une perte record. Le constructeur a essuyé un déficit net de 7,39 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, notamment pénalisé par la contribution négative de Nissan pour 4,8E MdsE. Le résultat opérationnel est négatif à hauteur de 2 MdsE pour un chiffre d'affaires de 18,4 milliards d'euros, en repli de 34,3% et de 32,9% à taux de change et périmètre constants. Le free cash-flow opérationnel de l'Automobile s'élève à -6,375 MdsE, notamment en raison de l'impact de la baisse de l'activité sur le besoin en fonds de roulement. Compte tenu des incertitudes qui pèsent sur la situation sanitaire, aussi bien pour l'Europe que pour les marchés émergents, le Groupe Renault estime ne pas être en mesure de donner une guidance fiable pour l'exercice. Par ailleurs, il confirme son objectif d'atteindre 600 millions d'euros de réduction de coûts cette année, soit 30% des économies attendues du projet de plan 2o22.

* Lagardère plonge de 11%, sanctionné après l'annonce de résultats déficitaires au premier semestre. Le groupe a essuyé une perte nette de 481 millions d'euros contre un profit de 52 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires de 2,088 milliards d'euros, en repli de 38% en données comparables. Le résultat opérationnel courant est ressorti à -218 ME contre +88 ME en 2019. Goldman Sachs note que les revenus comme le ROC sont ressortis inférieurs à ses attentes, principalement en raison de la performance plus faible que prévu de l'unité Travel Retail. Il souligne également que la compagnie n'a pas donné d'indications formelles pour le reste de l'année, mais a déclaré que les perspectives sont incertaines pour le second semestre.

* Casino trébuche de 12% ! Le titre a subi de gros dégagements après que le distributeur eut fait état d'un Ebitda de 1,07 milliard d'euros au premier semestre, en hausse de 4% à taux de changes constants, pour un chiffre d'affaires de 16,1 milliards d'euros, en hausse de 5,9% à données comparables. Le ROC Groupe s'établit à 386 ME, en recul organique de 3,6% et la perte nette atteint 87 ME. Le Résultat Net des activités poursuivies ressort pour sa part à -287 ME, en raison notamment de -249 ME de charges exceptionnelles majoritairement non cash. Outre ces résultats déficitaires, les investisseurs ont également sanctionné la faible performance réalisée en France au deuxième trimestre puisque la croissance interne s'est limitée à 3,1% contre +3,5% attendue.

* Eramet décroche de 20% après avoir accusé une perte de 623 millions d'euros au titre du premier semestre, contre -37 ME un an plus tôt, reflétant notamment les dépréciations d'actifs liées à la crise. La période a été marquée par la chute des prix du manganèse et du nickel et par la crise du secteur aéronautique liées au coronavirus. Les autres indicateurs du groupe minier sont également en net retrait avec un résultat opérationnel courant de -32 ME (contre +169 ME), un Ebitda de 120 ME (-61%) et un chiffre d'affaires de 1,7 MdE (-7%). Compte tenu de ce niveau d'incertitude, Eramet maintient la suspension de la guidance d'Ebitda pour l'année 2020 au niveau consolidé.

* Air France KLM perd 12% après l'annonce d'une perte nette record de 2,612 milliards d'euros au deuxième trimestre. Sur la période, le transporteur a également affiché une perte opérationnelle de 1,55 milliard d'euros, contre un résultat positif de 423 ME l'année dernière pour un chiffre d'affaires en baisse de 83%, à 1,182 MdE. Le consensus fourni par la compagnie aérienne attendait, en moyenne, une perte nette de 1,57 milliard d'euros pour des revenus de 1,09 MdE. La perte opérationnelle était anticipée à 1,71 MdE. Au niveau des perspectives, le transporteur a indiqué que la visibilité sur la courbe de reprise de la demande est limitée car le comportement de réservation des clients est beaucoup plus orienté vers le court terme qu'avant la crise du Covid-19, en particulier sur le réseau long courrier.

* Unibail-Rodamco-Westfield rend 6% après avoir accusé une baisse de 14,2% de ses loyers nets à 1,065 milliard d'euros au premier semestre, et de 27,2% de son résultat net récurrent, à 667 ME. La foncière n'a pas annoncé de nouveaux objectifs financiers pour 2020, jugeant la situation sanitaire encore trop incertaine, mais estime que "la fréquentation dans les centres européens montre des signes de reprise encourageants". Au 30 juin 2020, 97% des magasins des centres commerciaux du groupe en Europe étaient ouverts et 77% aux Etats-Unis.

* Vinci cède 7% après être tombé dans le rouge sur les six premiers mois de l'année. Le géant du BTP et des concessions, dont la crise pèse sur toutes ses activités, a essuyé une perte nette de 294 millions d'euros sur la période contre un profit de 1,36 MdE un an plus tôt pour un chiffre d'affaires consolidé de 18,5 milliards d'euros, en baisse de 14,9% à structure réelle (-17% à structure comparable). Le Résultat Opérationnel sur Activité (ROPA), en forte baisse par rapport au 1er semestre 2019, s'établit à 267 ME. Le consensus 'Bloomberg' attendait un Ebit de 192,5 millions d'euros pour des revenus de 16,7 MdsE. Au global, Vinci estime à 4,2 MdsE l'impact négatif de la crise sanitaire sur le chiffre d'affaires du premier semestre. Cet effet négatif est évalué à 2,2 milliards d'euros sur le résultat opérationnel et à 1,5 MdE sur le résultat net consolidé.

* Kering recule de 2% après la publication de comptes dégradés, crise du Covid-19 oblige, mais supérieurs aux attentes du marché. Le groupe de luxe a vu son résultat net fondre de 53% à 272,6 ME pour un chiffre d'affaires de 5,38 MdsE, en retrait de -29,6% en données publiées et de -30,1% en comparable. Le résultat opérationnel courant a atteint 952,4 ME, en baisse de -57,7%. Compte tenu de l'absence de visibilité sur l'évolution du marché mondial du luxe dans les prochains mois, la firme a indiqué ne pas pouvoir livre des prévisions sur son activité et les marges 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !