Accueil
Actualités
Consultation

Bilan hebdo : le CAC40 chute de près de 5% !

Bilan hebdo : le CAC40 chute de près de 5% !
Bilan hebdo : le CAC40 chute de près de 5% !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Nouvelle semaine (très) difficile pour le CAC40. En retrait de 4,84% sur cinq jours, à 5.783 points ce vendredi soir, l'indice parisien porte ses pertes à plus de 19% depuis le premier janvier. L'aversion au risque est montée d'un cran dans les salles de marché après la hausse quasi synchronisée des taux d'intérêt par plusieurs grandes Banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine. La perspective d'un durcissement monétaire durable pour lutter contre l'inflation, après le discours offensif de Jerome Powell à la suite d'une nouvelle augmentation des taux de 75 pb de la Réserve fédérale, a sapé un peu plus le moral des opérateurs.

D'autant que les signes d'une dégradation de la conjoncture économique, voire d'une récession, se renforcent dans le monde avec des avertissements multiples de la part de grandes institutions ou des entreprises. En Europe, les indices PMI flash dévoilés ce vendredi ont montré que l'activité globale de la zone euro s'est repliée pour un troisième mois consécutif en septembre, la baisse s'étant même accélérée par rapport au mois d'août.

Dans cet environnement, les investisseurs ont continué à se réfugier vers le dollar. L'indice dollar est à son plus haut niveau en 20 ans (112,5 pts) tandis que la vigueur du billet vert a contraint le Japon à intervenir pour soutenir le yen pour la première fois depuis 1998. Quant à l'euro, il plonge tout droit vers les 0,97$.

Sur le front des matières premières, le baril de brut a également souffert cette semaine avec une baisse de plus de 7% pour le WTI et un retour sous les 80 dollars pour la première fois depuis janvier. L'once d'or s'échange autour des 1.650$ et le Bitcoin évolue proche des 18.800$ sur Coindesk.

Dans l'actualité entreprises, M6, Casino ou encore Airbus ont fait parler.

LES VALEURS

* M6 s'envole de près de 10%, porté par les rumeurs d'évolution de son tour de table après l'échec du rapprochement avec TF1. Alors que RTL Group (Bertelsmann) souhaite se débarrasser au plus vite de ses 48,26%, MFE présentera ce vendredi une offre non contraignante en cash pour reprendre cette participation, rapportait vendredi matin la 'La Stampa', sans citer ses sources. L'offre de la firme de Silvio Berlusconi tient compte du nouveau contexte économique, précise simplement le quotidien italien. Le temps presse pour le groupe allemand désireux de se recentrer dans les pays où il est leader. Le renouvellement de la fréquence de la chaîne M6 est en effet prévu en mai prochain. Or, la loi française interdit au propriétaire de la chaîne concernée de la vendre dans les 5 ans qui suivent ce renouvellement !

* Euroapi (+1%). Le titre a profité de son statut de valeur défensive dans le contexte agité actuel. BNP Paribas Exane a par ailleurs réitéré son avis 'surpondérer' sur le dossier.

* Airbus grignote 0,3% après la tenue d'une journée investisseurs à Toulouse. Le groupe a tout d'abord laissé une fois de plus entendre qu'il pourrait lancer une version agrandie de son A220 tout en précisant qu'il ne prendrait pas de décision hâtive. Une version allongée de l'appareil fera sens, mais "nous ne voulons pas avoir raison trop tôt", a ainsi déclaré Guillaume Faury, le directeur général de l'avionneur européen. Alors que plus de 223 appareils sont déjà en service, Airbus réaffirme viser le point d'équilibre pour son programme A220 (hérité de Bombardier) d'ici 2025. L'A350 atteindra lui bientôt un point d'équilibre à un rythme de production moins élevé que prévu initialement, selon le dirigeant. Concernant les investisseurs, Dominik Asam (directeur financier) s'est engagé à augmenter le retour aux actionnaires tandis que la société vise à verser des dividendes dans la partie supérieure de sa fourchette cible.

A l'inverse, * Valneva plonge de 30%. Le fabricant de vaccins a annoncé la fin de sa collaboration sur le Covid-19 avec IDT Biologika compte tenu des niveaux de commande actuels et des stocks existants. Une décision qui contraint la biotech française à verser à son partenaire jusqu'à 36,2 millions d'euros en cash et l'équivalent de 4,5 ME en nature (matériels achetés par Valneva). Valneva a commencé à livrer les doses de VLA2001 aux États membres européens qui ont commandé le vaccin. La firme conserve des stocks de VLA2001 en vue d'un éventuel approvisionnement supplémentaire de ces États membres si la demande venait à augmenter. Parallèlement, la société poursuit ses discussions avec d'autres gouvernements dans le monde, dans le but de vendre environ huit à dix millions de doses des stocks restants sur les marchés internationaux dans les six à douze prochains mois...

* Antin Infrastructure Partners décroche de 21,4%, encore pénalisé par sa publication semestrielle et la remontée des taux d'intérêt.

* Accor chute de 15%, plombé par une note de JP Morgan. La très influente banque d'affaires a dégradé la valeur à 'sous-pondérer' tout en ramenant sa cible de 35,5 à 21 euros. Le broker juge le portefeuille d'Accor plus cyclique que celui de ses pairs et craint pour la rentabilité du groupe dans un environnement fortement inflationniste. Malgré cet abaissement de recommandation, le marché reste majoritairement positif sur Accor puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 11 analystes sont à l''achat', 7 à 'conserver' et 3 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 30,54 euros.

* SES retombe de 13,8%. L'actualité autour de l'opérateur satellites a été marquée par une note de Bryan Garnier qui a débuté le suivi de la valeur avec un conseil 'neutre' et un objectif de 6,5 euros. Le broker note que le développement de l'internet par satellite considéré comme une source de nouvelle croissance pourrait être "trop optimiste". "Alors que les attentes concernant les revenus issus de la bande C ne peuvent être ignorés dans le cours de l'action, l'allocation du capital reste incertaine dans un contexte de menaces concurrentielles croissantes", souligne BG.

* Ubisoft perd encore plus de 10% et se négocie sur des niveaux plus observés depuis 2017. Stifel a dégradé la valeur à 'conserver' tout en réduisant son objectif de 50 à 35 euros. L'action est totalement délaissée depuis que le groupe a annoncé un accord sur la montée à son capital du chinois Tencent. Un deal qui est venu doucher les espoirs d'OPA, à court terme du moins, puisque le géant chinois ne pourra pas augmenter sa participation dans Ubisoft au-delà de 9,99% du capital avant 8 ans.

* Casino décroche de près de 16%, sur ses plus bas historiques. Le distributeur a annoncé avoir obtenu les autorisations réglementaires nécessaires à la cession de GreenYellow. Une opération qui rapportera 600 millions d'euros au distributeur. Ce dernier a profité de cette annonce pour indiquer avoir conclu avec Farallon Capital une opération de préfinancement d'une quote-part du prix de cession pour un montant nominal de créance de 350 ME. Pour Bryan Garnier, cette information signifie que Casino était sur le point de rompre son covenant bancaire du troisième trimestre 2022 contrairement aux indications rassurantes fournies par la direction fin juillet. Avec un EBITDA sous pression et une consommation de trésorerie persistante, le problème récurrent des covenants reviendra au premier trimestre 2023 et au troisième trimestre 2023, contraignant Casino à monétiser au plus vite tous les actifs qu'il peut, comme Assai et Exito (pas une tâche facile compte tenu de la valorisation et des contraintes de calendrier). Selon l'analyste, ce n'est qu'une question de temps avant que Casino ou sa holding Rallye ne puissent pas rembourser leur dette... Le broker réitère ainsi logiquement son avis 'vendre' sur le titre.

* Technip Energies perd 14,1% avec CGG (-14,8%). Le compartiment pétrolier n'a pas été épargné par la rechute des cours de l'or noir.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !