Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Bilan hebdo : le CAC 40 bondit de plus de 4,5% !

Bilan hebdo : le CAC 40 bondit de plus de 4,5% !
Bilan hebdo : le CAC 40 bondit de plus de 4,5% !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Très belle semaine pour le CAC40. Au terme de cinq séances clôturées dans le vert, l'indice parisien s'adjuge 4,56%, à 6.047 points ce vendredi soir, au plus haut depuis février 2020. La tendance est toujours portée par l'amélioration des perspectives économiques avec l'intensification de la campagne de vaccination contre le coronavirus, le vote d'un plan de relance historique aux États-Unis et des Banques centrales toujours aussi 'dovish'. Jeudi, la BCE a joint les actes à la parole en annonçant une accélération des achats d'actifs réalisés dans le cadre de son "programme d'achats d'urgence face à la pandémie" (PEPP), même si le montant de celui-ci reste inchangé à 1.850 milliards d'euros.

Dopée par le vote du plan de relance de Joe Biden de 1.900 milliards de dollars, Wall Street a touché de nouveaux sommets malgré des tensions plus ou moins persistantes sur le marché obligataire. Les dernières données relatives à l'évolution des prix à la consommation ont néanmoins quelque peu tempéré les craintes inflationnistes. Mais le rendement du 10 ans américain se négocie encore au-dessus des 1,6% ce vendredi et certains spécialistes le voient atteindre 2% au cours des prochains mois. Un seuil qui pourrait commencer à devenir problématique pour les marchés actions.

EDF, sur des espoirs d'accord entre Paris et Bruxelles sur la réforme du nucléaire français et M6, sur des spéculations liées à son tour de table, se sont particulièrement distingués sur la place parisienne cette semaine.

LES VALEURS

* EDF signe la hausse de la semaine sur le SBF120 à la faveur d'un gain d'environ 13,9%. Les négociations entre Paris et Bruxelles autour de la réforme du nucléaire français et de la réorganisation d'EDF auraient enfin progressé. Selon des sources gouvernementales citées par Reuters, Bercy espère parvenir un accord "dans les toutes prochaines semaines". En conférence de presse, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a de son côté déclaré jeudi qu'il fallait que les discussions avec Bruxelles "aboutissent vite si on veut que la réforme soit mise en oeuvre avant la prochaine élection présidentielle".

* Technicolor (+13,9%) a réalisé un chiffre d'affaires de 3 MdsE, en repli de 20%. Les résultats de l'année 2020 sont meilleurs que les objectifs précédemment communiqués avec un EBITDA de 167 ME plus que doublé au second semestre à 115 ME contre 53 ME au premier semestre. L'EBITDA était de -324 ME en 2019. L'EBITA est de -56 ME alors qu'il était attendu à -64 ME. En 2019, il était de 42 ME. Le flux de trésorerie disponible des activités poursuivies avant résultats financiers et impôts s'établit à -124 ME en ligne avec les prévisions. Le résultat net est de -230 ME contre -207 ME en 2019.

* M6 flambe de 13,2% alors que la participation de l'Allemand Bertelsmann dans le groupe français attire les convoitises. Selon 'Les Echos' jeudi soir, Vivendi, TF1, Xavier Niel, et l'homme d'affaires Daniel Kretínský ont tous fait valoir leur intérêt pour M6. Altice aurait aussi regardé le dossier de très près ces dernières semaines. Mediaset serait également sur les rangs selon 'Reuters'. Selon 'Les Echos', une réunion au sommet pourrait se tenir très prochainement chez RTL Group, l'actionnaire principal de M6, pour examiner les différentes offres. RTL Group attendrait autour de 1,5 milliard de la cession des 48% qu'il détient dans M6, soit une valorisation globale du groupe avoisinant les 3 milliards. RTL Group, qui a publié ses résultats 2020 ce vendredi, a confirmé de son côté des discussions en vue de cette opération.

* Stellantis gagne 12,8%. Le titre du constructeur a bénéficié des annonces d'Aramis Group, sa filiale spécialisée dans la vente en ligne de voitures d'occasion, qui a indiqué lundi envisager une introduction en Bourse à Paris cette année pour accélérer son développement en Europe. La firme a précisé qu'en cas d'IPO, Stellantis resterait majoritaire et que les deux fondateurs demeureraient des actionnaires de référence. Carlos Tavares, directeur général, s'est par ailleurs voulu rassurant sur la compétitivité de la partie française lors de sa première rencontre avec les syndicats de l'ex-PSA depuis la naissance officielle du constructeur franco-italo-américain.

* CGG remonte de 12,1% alors que le baril de Brent a renoué avec la barre des 70 dollars pour la première fois depuis le début de la pandémie de coronavirus. Le regain de tension au Moyen-Orient, les espoirs d'accélération de la reprise économique mondiale et le statuquo surprise de l'Opep+ sur ses quotas de production la semaine passée continuent à soutenir les cours de l'or noir.

* Spie progresse de 8,9%, au plus haut depuis mars 2018 ! Le titre est porté par la présentation de résultats annuels globalement supérieurs aux attentes et des perspectives jugées solides. Le groupe spécialisé dans les prestations de services multi-techniques a dégagé l'an passé un Ebita de 339,2 millions d'euros, en baisse de 18,9%, pour une production en repli de 4,7% à 6,64 milliards d'euros. Le free cash-flow a atteint un record de 323 ME. Le management se montre optimiste concernant l'année 2021, envisageant un fort rebond de sa marge d'Ebita ainsi que de sa production, toutes deux attendues très proches des niveaux de 2019. Spie a par ailleurs annoncé une reprise du paiement du dividende à 0,44 euro par action au titre de 2020.

* Eurazeo s'adjuge 7,8%. La société d'investissement a fait état d'un actif net réévalué (ANR) par action record de 85,4 euros fin 2020 et vise un nombre important de cessions en 2021 et 2022 compte tenu de la maturité de son portefeuille. La société va proposer le versement d'un dividende de 1,5 euro par titre.

* LVMH avance de 7,7%, soutenu par plusieurs notes d'analystes ainsi que par la publication intermédiaire encourageante de Burberry. Citi a notamment repris la couverture du numéro un mondial du luxe avec un avis 'achat' et une cible de 620 euros.

* Fnac Darty (+6,7%). L'actualité autour du distributeur de produits culturels a été marquée par une note de Midcap Partners qui a rehaussé sa cible de 60 à 68 euros tout en restant à l''achat'. Le broker considère que le groupe est un des rares acteurs du retail qui n'aura pas vu sa bonne résilience saluée en bourse en 2020. Or, il estime que la Fnac sortira gagnante de la situation actuelle grâce notamment à ses gains de parts de marché qui seront durables...

A l'inverse, * Eramet redonne 3,5%. Le Conseil d'administration du groupe minier se donne un peu de temps. Alors qu'un Conseil devant statuer du sort de Christel Bories à la tête du groupe était prévu cette semaine, le sujet ne sera pas abordé qu'à la fin du mois. Selon une source des 'Echos', "l'échéance a été repoussée pour faire baisser la pression. L'objectif est de laisser aux deux actionnaires le temps de trouver un consensus". Début mars, 'L'Agefi' affirmait que la famille Duval, première actionnaire du groupe minier, poussait pour le départ de la PDG. Les Duval reprocheraient notamment à la dirigeante "la gestion des dossiers de la Société Le Nickel et d'Aubert & Duval, deux filiales d'Eramet en grandes difficultés". La forte hausse de la dette et la division par deux des capitaux propres au cours des dernières années seraient également pointées du doigt par la famille qui détient près de 37% d'Eramet. Mais l'Etat, deuxième actionnaire d'Eramet avec 25,6% du tour de table, ne verrait pas les choses de la même manière et soutiendrait la dirigeante actuelle. Et ce alors que les deux parties sont liées par un pacte d'actionnaires qui prévoit notamment qu'elles s'entendent sur la nomination des principaux dirigeants...

* JCDecaux trébuche de 2,6% après avoir essuyé la première perte de son histoire l'an passé. Le spécialiste du mobilier publicitaire urbain a enregistré un déficit net de 604,6 millions d'euros en 2020, contre un bénéfice net de 265,5 ME en 2019, grevé par une charge de dépréciation totale de 222,3 ME liée aux conséquences de la crise sanitaire. La perte d'exploitation ajustée a atteint 575 ME, après charges de dépréciation, contre un bénéfice de 384,9 ME pour un chiffre d'affaires en repli de 38,1% en données organiques, à 2,3 milliards d'euros. Pour le premier trimestre 2021, JCDecaux prévoit un recul organique de son chiffre d'affaires ajusté autour de 40% en raison des mesures de restrictions toujours en place dans certains grands pays, notamment au Royaume-Uni et en Allemagne. Il table toutefois sur un rebond à deux chiffres de son chiffre d'affaires publicitaire domestique en Chine (hors Hong Kong) sur la période.

* SQLI (-2,2%) a terminé l'exercice écoulé avec un résultat opérationnel courant consolidé de 7,2 ME, sensiblement supérieur à sa prévision de 6 ME. Le résultat opérationnel s'élève à 7,5 ME, contre 9,7 ME un an plus tôt. Le résultat net est de +0,2 ME vs. 4,7 ME.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !