Accueil
»
Actualités
»
Consultation

BCE : toujours pas de successeur désigné pour Mario Draghi

BCE : toujours pas de successeur désigné pour Mario Draghi

Et le choix pourrait être encore reporté...

BCE : toujours pas de successeur désigné pour Mario Draghi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Il faudra sans doute patienter plus longtemps que prévu pour connaitre le successeur de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne. Plusieurs postes importants sont à pourvoir au cours des semaines à venir, mais les dirigeants européens semblent avant tout se concentrer sur les nominations des prochains présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, ont indiqué à 'Bloomberg' des fonctionnaires européens.

Un choix capital

Si retarder le choix du prochain patron de l'Institution basée à Francfort permettrait de dissocier la nomination d'un banquier central indépendant des marchandages politiques, cela pourrait également perturber les investisseurs au cours de l'été, alors que la liquidité du marché est faible et que les risques économiques mondiaux s'accroissent. Le mandat de M.Draghi se termine le 31 octobre, et les candidats potentiels au poste occupé par l'Italien ont des points de vue très divergents sur l'ampleur des mesures de relance dont la zone euro a besoin, souligne l'agence.

Ainsi, si les dirigeants ne prennent pas de décision ce mois-ci, il faudra sans doute attendre le prochain sommet des ministres des Finances prévu les 8 et 9 juillet, voire la mi-octobre, pour connaître le prochain boss de la BCE. Ce qui ne serait guère du goût du marché.

Plusieurs candidats potentiels

Alors que la BCE n'a jamais eu de président allemand, le nom du patron de la Banque de France, Francois Villeroy de Galhau, revient régulièrement sur le devant de la scène. Jens Weidmann, le plus jeune directeur de l'histoire de la Banque centrale allemande, très critique envers le programme de rachat d'actifs de la BCE, serait quant à lui déjà assuré de ne pas avoir le soutien des pays du Sud de l'Europe. La surprise pourrait venir du Néerlandais Klaas Knot ou du Finalandais Erkki Liikane qui seraient toujours en course selon plusieurs observateurs.

Une bataille France/Allemagne

Par ailleurs, l'Allemagne fait pression pour que Manfred Weber occupe la tête de la Commission tandis que la France soutient la candidature de Michel Barnier. Or, il est certain que les deux principales institutions européennes ne seront pas dirigées par deux Allemands ou deux Français.

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !