»
»
Consultation

Banques : ça secoue à nouveau en Grèce

Banques : ça secoue à nouveau en Grèce
Banques : ça secoue à nouveau en Grèce
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les établissements financiers grecs vont-ils à nouveau faire tanguer les places boursières européennes? Si les marchés semblent pour le moment ignorer le risque grec et se concentrent davantage sur les incertitudes entourant la politique budgétaire italienne, le secteur bancaire hellénique est fortement chahuté depuis le début de l'année. L'indice FTSE/Athex Bank, qui perd encore près de 10% aujourd'hui, abandonne plus de 40% depuis le premier janvier.

Chute des banques en bourse

Piraeus Bank concentre l'essentiel des craintes actuelles. Le titre de la banque basée au Pirée s'effondre de 30% actuellement à Athènes, sur de nouveaux planchers historiques. Des traders évoquent l'inquiétude grandissante des opérateurs quant à la situation bilancielle de la banque alors que la BCE aurait demandé à l'établissement d'augmenter son capital dès cette année. Les soubresauts récents du marché obligataire européen n'auraient fait que renforcer ces inquiétudes.

Si Piraeus Bank semble être dans l'oeil du cyclone, les autres grands établissements financiers grecs ne sont pas épargnés. Loin s'en faut. National Bank of Greece, Eurobank Ergasias et Alpha Bank perdent également beaucoup de terrain ce mercredi et affichent tous une baisse à deux chiffres depuis le début de l'année.

Les créances douteuses continuent à inquiéter

Dans ce contexte, les 4 grandes banques du pays se seraient engagées à réduire sensiblement leur portefeuille de créances douteuses afin de résister aux pressions des autorités de contrôle et de rétablir la confiance des investisseurs. Selon Bloomberg, qui cite deux personnes proches du dossier, les banques auraient ainsi écrit à la BCE en s'engageant auprès d'elle à réduire d'environ 60% leurs expositions aux prêts 'non performants' d'ici 2021. Les établissements prévoient actuellement une baisse d'environ 27% d'ici la fin de l'année prochaine.

Si la Grèce va mieux, la crise est loin d'être un mauvais souvenir pour un grand nombre de grecs mais également pour les entreprises, banques en tête.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com