»
»
Consultation

Automobile US : GM va entrer au Chapitre 11, Chrysler pourrait en sortir...

Automobile US : GM va entrer au Chapitre 11, Chrysler pourrait en sortir...

(Boursier.com) — Jour "J", ce lundi, pour l'automobile américaine ! General Motors, le No1 du secteur, devrait annoncer son dépôt de bilan à 08H00 du matin, heure de New York. Le président Obama a prévu de faire une conférence de presse peu avant midi pour expliquer son choix et présenter comment il espère transformer le "nouveau GM" en une entreprise rentable...

Par ailleurs, le tribunal des faillites se prononcera aujourd'hui sur le sort de Chrysler, le troisième constructeur automobile américain. Le juge pourrait autoriser Chrysler à sortir du Chapitre 11 et à nouer une alliance avec l'Italien Fiat. Le constructeur n'aurait, dans ce cas, passé qu'un mois sous le coup de la loi sur les faillites, ce qui constituerait une victoire pour le Trésor américain qui avait choisi cette option en espérant accélerer la restructuration du groupe...

Parallèlement, le gouvernement allemand a confié samedi la reprise de General Motors Europe (Opel, Vauxhall) à l'équipementier canadien Magna, associé à des investisseurs russes, mais en écartant Fiat, qui souhaitait créer un des plus grands groupes automobiles mondiaux autour de Fiat, Chrysler et Opel.

Selon l'agence 'Bloomberg', la restructutation de General Motors serait confiée à Al Koch, un spécialiste des redressements d'entreprises en difficulté, et le passage par le Chapitre 11 pourrait être court, estimé entre deux et trois mois... GM serait scindé en deux entités, l'une regroupant les marques viables (Chevrolet, Cadillac, Buick et GMC), qui émergerait rapidement de la faillite, tandis que les autres actifs (Pontiac, Saturn, Hummer, Saab) seraient logés dans une structure ad hoc, qui resterait dans le Chapitre 11 en attendant que le sort des marques soit scellé (cession, liquidation...).

L'opération s'accompagnerait d'une injection d'aide publique de 40 Mds$ supplémentaires dans GM, dont 10 Mds$ en provenance du gouvernement canadien. A noter que ce week-end, un pas de plus a été franchi vers un accord de restructuration avec les créanciers du groupe : Une majorité d'entre eux (54%) a accepté une nouvelle proposition du Trésor, qui leur permettrait d'échanger leurs 27 Mds$ de dettes contre une participation de 25% dans le "nouveau GM" (10% en actions et 15% en options échangeables en deux étapes). L'Etat possèderait entre 60% et 72,5% du "nouveau GM" et les syndicats de l'UAW 17,5%.

Même si la faillite de General Motors est contrôlée et organisée, il n'en demeure pas moins qu'elle aura un impact important sur l'ensemble des parties en présence : salariés, actionnaires (le titre a chuté à 0,75$ vendredi), fournisseurs, concessionnaires, créanciers etc... Il s'agira de la troisième plus grosse faillite de l'histoire des Etats-Unis après celles de Lehman Brothers en 2008 et de Worldcom en 2001.

Le General Motors qui émergera de la faillite sera très différent du précédent : il sera contrôlé pour une durée non déterminée par l'Etat (certains l'ont déjà rebaptisé avec ironie "Government Motors" !) et son périmètre sera bien plus réduit qu'actuellement... D'ici à la fin 2010, environ 20.000 postes supplémentaires devraient ainsi être supprimés sur les 80.000 actuels (un chiffre déjà réduit de moitié depuis 2001 !), une douzaine d'usines devraient être fermées, et 40% des 6.000 concessionnaires américains disparaîtront.

Le défi de l'administration Obama sera de rendre la nouvelle entité rentable, tout en prenant le pari de construire des véhicules plus économiques et moins polluants, ce que le président américain appelle de ses voeux dans le cadre de sa politique de relance.

©2009-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com