Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Asie : les opérations financières en soutien

Asie : les opérations financières en soutien
Asie : les opérations financières en soutien
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les places financières de la zone Asie-Pacifique tentent de prolonger leur hausse d'hier, avec des gains de 0,6% à Seoul, +0,4% à Taiwan, +0,3% à Hong Kong, +0,2% à Bombay et Shanghai. Seule la bourse de Tokyo reperd 0,5%. La croissance de la production industrielle en Chine a nettement accéléré en août, tandis que les ventes au détail ont progressé pour la première fois de l'année, ce qui souligne que le rétablissement de la deuxième puissance économique mondiale se renforce avec l'amélioration progressive de la demande post-crise sanitaire.
Les données officielles publiées mardi montrent aussi que le déclin en rythme annuel de l'investissement en actifs immobilisés s'est atténué sur la période janvier-août grâce aux mesures de soutien engagées par le gouvernement.
Selon le Bureau national de la statistique, la production industrielle a progressé le mois dernier de 5,6% en rythme annuel, battant le consensus qui ressortait à +5,1% après une hausse de 4,8% en juillet. D'autres statistiques mettent en évidence le rebond de la confiance des consommateurs, qui ont recommencé à acheter des voitures et des produits télécoms... Les ventes au détail ont ainsi progressé en août de 0,5% en rythme annuel, mettant fin à 7 mois consécutifs de contraction.

La Bourse de New York, de son côté, a débuté la semaine hier soir sur une note optimiste, soutenue par des opérations de fusion-acquisition. Les opérateurs ont tout particulièrement salué l'annonce du rachat d'Arm par Nvidia (+5,8%) pour... 40 milliards de dollars, soit la plus grosse opération jamais réalisée dans le secteur des semi-conducteurs ! Dans la santé, Gilead (+2,2%) s'est offert Immunomedics (+98% !) pour plus de 20 Mds$.
A la clôture hier soir, l'indice Dow Jones a progressé de 1,18% à 27.993 points. L'indice large S&P 500 a avancé de 1,27% à 3.383 pts tandis que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et "biotechs" a rebondi de 1,87% à 11.056 pts. La semaine dernière, les trois indices avaient reperdu respectivement 1,7%, 2,5% et 4% pour le Nasdaq. Ce dernier avait terminé vendredi sur une chute de 10% par rapport à son record historique du 2 septembre dernier, à 12.056 points, avant de rebondir lundi. Le Nasdaq gagne encore près de 23% depuis le début 2020...

Nvidia bouleverse le marché des technos !

Ce début de semaine est donc largement soutenu par l'annonce d'une opération majeure de rapprochement dans les semi-conducteurs, qui est de nature à bouleverser l'industrie de la technologie toute entière : Nvidia, concepteur américain de puces et de cartes graphiques va acquérir auprès de Softbank un autre géant des puces, le britannique Arm, pour 40 milliards de dollars en titres et en cash. Arm fournit l'architecture des puces pour mobiles à la quasi-totalité des acteurs du secteur, à commencer par Apple et Samsung... La combinaison des deux groupes pourrait cependant poser des problèmes de concurrence dans certains pays.

Autre opération remarquée, le rachat d'Immunomedics par Gilead pour 21 Mds$ permettra à ce dernier de se renforcer dans le traitement des cancers rares. Immunomedics vient en effet de recevoir de la FDA l'approbation de son Trodelvy, un conjugué anticorps-médicament (ADC), pour traiter le cancer du sein métastatique triple négatif...

Trois introductions en Bourse en vue cette semaine !

Cette semaine sera aussi marquée par le grand retour des introductions en Bourse avec Snowflake, une entreprise américaine spécialisée dans le stockage à distance de données informatiques ("cloud"). La direction a indiqué lundi espérer lever plus de 3 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros) lors de cette opération. La première cotation du groupe aura lieu mercredi.
Deux autres grosses IPO sont prévues cette semaine, celle d'Unity Software, un éditeur de logiciels de 3D pour l'industrie des jeux vidéos, et celle de Pactiv Evergreen, un fabricant d'emballages pour produits alimentaires frais...

Alors que la pandémie de coronavirus continue de perturber l'économie mondiale, les investisseurs veulent donc voir le verre à moitié plein, et ont aussi salué l'annonce par le groupe britannique AstraZeneca de la reprise de ses essais cliniques de phase 3 sur son candidat-vaccin contre le coronavirus au Royaume-Uni... Ces essais avaient été suspendus la semaine dernière après qu'un patient eut contracté une maladie inexpliquée. Par ailleurs, le directeur général de Pfizer a déclaré qu'il est "probable" qu'un vaccin contre le coronavirus soit disponible aux Etats-Unis avant la fin de l'année...

Le pétrole hésite, l'or repart en hausse

Les cours du pétrole ont commencé la semaine en léger repli, après avoir chuté de plus de 12% sur les deux dernières semaines, dans la crainte d'une demande faible de brut dans un environnement mondial toujours plombé par la crise sanitaire. Le baril de brut léger américain (WTI) a cédé lundi soir 0,2% à 37,15$ pour le contrat à terme d'octobre sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance novembre pointe à 39,50$ ce matin.

Sur le marché des changes, L'euro s'avance encore, de retour sur les 1,19$.
L'or repart à la hausse, à 1.968$ l'once ce matin, profitant notamment de la faiblesse du dollar et des taux d'intérêt souverains. Le rendement du T-Bond à 10 ans est resté stable à 0,67%, avant la réunion de la Fed qui devrait confirmer ses programmes massifs de rachats d'actifs. Ce taux évoluait encore à 1,9% en début d'année, avant la crise du coronavirus qui a entraîné une brutale récession économique.
Pour la Fed qui se réunira mardi et mercredi, il s'agit de la dernière réunion de la banque centrale américaine avant l'élection présidentielle du 3 novembre prochain aux Etats-Unis. Les analystes ne s'attendent pas à de nouvelles mesures de la part de la banque centrale US, qui a déployé depuis mars une panoplie sans précédent de programmes de soutien à l'économie, face à la crise du coronavirus...
Son président, Jerome Powell, devrait toutefois donner des précisions sur la nouvelle doctrine de la Fed en matière d'inflation. Le 27 août dernier, au symposium de Jackson Hole, il avait annoncé que dorénavant que le seuil maximum de 2% d'inflation serait un objectif à long terme, mais que la Fed tolérerait un taux d'inflation temporairement supérieur à ce seuil, si cela était nécessaire pour soutenir le marché de l'emploi. Ce dernier devient désormais clairement la priorité de la Fed, alors que la crise du coronavirus a détruit 20 millions d'emplois aux Etats-Unis en mars-avril, et n'en a recréé depuis que la moitié environ...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !