Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Asie : la hausse se prolonge

Asie : la hausse se prolonge
Asie : la hausse se prolonge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La tendance reste orientée en hausse sur les places de la zone Asie-Pacifique ce mercredi, alors que la Bourse de New York a poursuivi son ascension hier soir, en continuant d'accompagner la relance de l'activité au rythme du déconfinement. Ce matin, l'avancée est nette à Seoul (+3%), Hong Kong (+1,8%), Taiwan (+1,7%) et Sydney (+1,7%). Les progressions sont de 1,2% à Bombay, 0,9% à Tokyo et 0,5% à Shanghai... L'épidémie de Covid-19 continue de refluer un peu partout dans le monde, malgré sa persistance dans certains pays comme le Brésil. Les marchés veulent ignorer aussi les tensions commerciales sino-américaines et des troubles sociaux qui agitent les Etats-Unis depuis une semaine...
Hier soir, à la clôture, l'indice Dow Jones a de nouveau progressé de 1,05% à 25.742 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,82% à 3.080 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a grimpé de 0,59% à 9.608 pts.

Couvre-feux dans de nombreuses villes américaines

Lundi soir, Donald Trump a menacé de déployer l'armée pour faire cesser les violences. Promettant "la loi et l'ordre", le président américain a mis la pression sur les gouverneurs des Etats, affirmant que si ces derniers ne parvenaient pas à rétablir l'ordre par les moyens mis à leur disposition, alors l'armée sera déployée.
A New York, plusieurs grands magasins de la célèbre 5e Avenue ont été pillés. Le couvre-feu, instauré dans la ville de 23h à 5h lundi, commence désormais à partir de 20 heures, a annoncé le maire Bill de Blasio, qui a prolongé le couvre-feu jusqu'à dimanche. De nombreuses villes ont mis en place des couvre-feux, dont Chicago, Washington, Dallas, Cleveland, Detroit, Los Angeles et Minneapolis, la ville d'où sont parties les violences.

En l'absence de données économique publiées mardi aux Etats-Unis, les investisseurs ont apprécié la perspective d'un nouveau plan de soutien à l'économie en Allemagne, pour surmonter la crise du coronavirus. La coalition gouvernementale allemande négocie un nouveau plan de plusieurs dizaines de milliards d'euros pour relancer l'économie, mais elle doit encore surmonter ses divergences sur plusieurs points, dont une prime à l'achat pour soutenir l'automobile. Le ministère allemand de l'économie a proposé un dispositif de primes à l'achat de véhicules neufs pour 5 milliards d'euros.
Par ailleurs, la BCE pourrait conforter son plan d'achat d'actifs d'urgence déjà massif demain jeudi à l'occasion de la réunion de son conseil monétaire.

L'Opep+ pourrait prolonger ses coupes de production

Les cours du pétrole continuent aussi de progresser à bon rythme, le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet remontant à 37,70$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août retrouve les 40$. Selon la presse, la Russie et l'Opep seraient proches d'un accord pour prolonger leurs réductions de production de pétrole au-delà de juin, pendant un ou trois mois supplémentaires afin de soutenir les cours. L'Opep et ses alliés pourraient même avancer leur prochaine réunion au 4 juin, au lieu des 9 et 10 juin prévus...
De son côté, l'or est reparti à la baisse sur fond de retour en grâce des actifs risqués, à 1.726$. Le métal jaune progresse malgré tout encore d'environ 10% depuis le début de l'année.

Sur les devises, l'euro monte sur les 1,12/$. La BCE qui avait annoncé le 19 mars un arsenal comprenant un nouveau programme d'achat d'obligations de 750 milliards d'euros dans le but de protéger le système financier et de relancer la machine économique, pourrait donc aller plus loin selon certains analystes qui anticipent l'augmentation (jusqu'à 500 MdsE ?) de son programme d'achats d'urgence pandémique (Pandemic Emergency Purchase Programme, PEPP), voire à une prolongation de sa maturité, alors que le PEPP actuel sera épuisé en octobre...
Christine Lagarde est aussi très attendue à l'occasion de la conférence de presse de demain après-midi, dans la mesure où elle devra réaffirmer de nouveau haut et fort son indépendance après la décision de la Cour de Karlsruhe jugeant partiellement inconstitutionnels certains rachats d'actifs de la Banque centrale européenne qui pourrait à l'occasion aussi élargir la gamme des actifs qu'elle rachète "pour y inclure des créances d'entreprises à très court terme et des obligations d'entreprises tombées en catégorie spéculative ('fallen angels'), à l'image de ce que fait déjà la Réserve fédérale américaine", estiment ainsi les analystes de chez Barclays.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !