Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Asie : la baisse reprend la main

Asie : la baisse reprend la main
Asie : la baisse reprend la main
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Changement d'ambiance ce matin sur les marchés financiers après le retournement à la baisse accusé par Wall Street en fin de journée hier soir ! Hong Kong cède 2,4% ce matin, suivi de Shanghai (-1,4%) et de la bourse de Tokyo qui redonne 1% avec Bombay. Le repli est de 0,8% à Sydney et de 0,6% à Seoul. Taiwan limite son retard à 0,3%. Il aura fallu une déclaration de Donald Trump ("il faudra se souvenir de ce que la Chine a fait au monde") et des nouvelles alarmantes de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis avec la nouvelle fermeture des lieux publics décidée en Californie pour que la tendance se retourne sous le poids de prises de profits appuyées... A l'arrivée, le S&P500 a perdu 0,94% à 3.155 pts alors que le Dow Jones a terminé stable (+0,04%) à 26.085 pts. Après un nouveau record à 10.824,78 pts en séance, le Nasdaq s'est quant à lui retourné de façon spectaculaire, démontrant l'extrême nervosité du moment, pour terminer en repli de 2,13% à 10.390 pts.

Les investisseurs ont accéléré les prises de profits après une nouvelle dégradation de la situation sanitaire dans différents Etats américains. "L'usage généralisé du masque est le principal élément de nature à soutenir un rebond de l'économie américaine, en permettant le retour au travail des salariés et la réouverture des écoles", a estimé le président de l'antenne de Dallas de la Réserve fédérale (Fed), Robert Kaplan, qui ne voit pas pour le moment d'autres solutions... "Si nous portions tous des masques, je pense que c'est probablement la chose la plus importante que nous puissions faire maintenant pour nous assurer que le rebond soit plus rapide, et non en train de ralentir", a-t-il déclaré dans le cadre d'un discours au Cercle national des journalistes, ajoutant que l'économie américaine a ralenti depuis une nouvelle flambée épidémique à travers les États-Unis ces dernières semaines. "De nombreuses petites entreprises qui auraient pu s'en sortir sans la résurgence du virus ne survivront pas", a déclaré Robert Kaplan qui a répété que la Fed était prête à faire plus pour soutenir l'économie américaine et a également appelé à des mesures budgétaires plus importantes. Ce soutien budgétaire et monétaire serait moins nécessaire si les gens portaient des masques, a poursuivi Robert Kaplan. "Il y a un lien direct entre l'accélération de la croissance et le respect de ces protocoles", a-t-il conclu...

Course aux vaccins

Pendant ce temps, la course au vaccin se poursuit entre les différents laboratoires internationaux. Les laboratoires pharmaceutiques associés à l'administration fédérale américaine dans le cadre du programme de lutte contre le coronavirus devraient être en mesure de débuter activement la fabrication d'un vaccin d'ici la fin de l'été, a déclaré lundi un haut représentant de l'administration américaine, ce que Donald Trump avait déjà évoqué... S'exprimant sous couvert d'anonymat, il a ajouté que Washington travaillait déjà avec des entreprises pour équiper des usines de fabrication et acquérir des matières premières.

L'administration Trump a contribué à financer jusqu'à présent le développement de quatre vaccins potentiels contre le COVID-19 dans le cadre du programme "Operation Warp Speed" ("opération vitesse de la lumière"), qui a pour but de produire 300 millions de doses d'un vaccin d'ici la fin de l'année prochaine (2021). Entre la découverte d'un vaccin et sa mise en place, de longs mois vont s'écouler précisent cependant les spécialistes, même si le gouvernement fédéral a accordé des bourses de plusieurs centaines de millions de dollars aux groupes pharmaceutiques Johnson & Johnson, Moderna, AstraZeneca et Novavax.

Un contrat a aussi été signé ce mois-ci avec Regeneron Pharmaceuticals pour aider celui-ci à fournir des traitements aux patients malades après avoir contracté le virus. Les essais cliniques pour les traitements peuvent déboucher sur des résultats en l'espace de quelques semaines, rendant possible la production de centaines de milliers de médicaments d'ici l'automne, a dit le haut représentant de l'administration américaine. Reste qu'à grande échelle, la généralisation de la production prendra beaucoup plus de temps : des crédits supplémentaires pourraient ainsi être annoncés par l'administration fédérale dans les prochaines semaines.

Les résultats trimestriels attendus fébrilement

En attendant, les boursiers guettent la saison des résultats du deuxième trimestre, qui débute réellement ce mardi avec le secteur bancaire... Il devrait s'agir tout simplement de la pire vague de publication depuis la crise financière de 2008 ! Les analystes y sont prêts et c'est donc le secteur financier qui doit inaugurer la longue liste des annonces : JP Morgan, Citigroup et Wells Fargo annonceront leurs résultats ce mardi, tout comme Delta Air Lines, Fastenal et First Republic Bank. Les bénéfices des sociétés du S&P500 pourraient avoir chuté de plus de 44% au deuxième trimestre, selon les données Refinitiv IBES.

La maladie continue de progresser rapidement...

Sur le terrain sanitaire, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dénombré dimanche 230.370 nouveaux cas de coronavirus dans le monde en 24 heures, ce qui constitue un nouveau record et signale donc une accélération de l'épidémie... Les plus fortes hausses ont été constatées aux Etats-Unis, au Brésil, en Inde et en Afrique du Sud, selon le bilan quotidien de l'OMS. Le précédent record était de 228.102 nouveaux cas et datait seulement de vendredi dernier. Le nombre de décès est resté stable selon le dernier bilan quotidien, proche de 5.000. Selon un bilan Reuters, le nombre de cas dans le monde approchait dimanche des 13 millions.
L'Université Johns Hopkins dénombre désormais 12,945 millions de cas confirmés à travers le monde en 7 mois, depuis le début de l'épidémie, pour 569.879 morts. Les Etats-Unis sont les plus touchés, avec 3,308 millions de cas et 135.219 décès. Le Brésil compte 1,864 million de cas et 72.100 morts. L'Inde recense 878.254 cas confirmés depuis le début de l'épidémie et la Russie 732.547. Signe des temps, Donald Trump est apparu pour la toute première fois masqué le week-end dernier en public, portant un masque de protection à l'occasion d'une visite à l'hôpital militaire Walter Reed dans la banlieue de Washington...

Spéculation sectorielle

Symbole de la spéculation du moment dans le secteur de la santé, le groupe Moderna a grimpé de 14,6%. Le broker Jefferies a initié le suivi du titre à l'achat avec un objectif de 90 dollars. Le spécialiste estime en effet qu'il y aurait de bonnes chances que le vaccin expérimental du laboratoire américain contre le Covid-19 soit efficace et obtienne le feu vert de l'autorité américaine du médicament pour une mise sur le marché en urgence début 2021.
Pfizer de son côté a grimpé de 4% et BioNTech de +10,5%. Les deux laboratoires ont annoncé que l'autorité américaine du médicament, la FDA, avait accordé le statut 'Fast Track' à leurs deux vaccins expérimentaux contre le nouveau coronavirus...

Tesla en mode marche-arrière

Symbole hier soir du retournement du marché à la baisse, Tesla est retombé de 3% à 1.497$, non sans avoir atteint en séance un sommet historique à 1.795$, avec les dernières spéculations sur la voiture autonome : Elon Musk, directeur général du constructeur automobile californien, a annoncé en effet que Tesla était très proche du 'stade 5' des véhicules autonomes, celui qui permet à une voiture de se déplacer sur une route sans l'intervention d'un conducteur.
Musk a fait valoir que la conduite autonome serait décisive pour Tesla, avec des milliards de dollars de revenus potentiels en jeu. L'agence de presse Bloomberg estime pour sa part que 27 millions de "robots-taxis" devraient circuler sur la route dans le monde d'ici 2040...
Par ailleurs, Tesla a réduit le prix de base de son SUV électrique Model Y sous les 50.000$... Le rallye brutal du titre de ces dernières semaines a par ailleurs été alimenté par les rachats de positions de vente à découvert, ainsi que par les spéculations sur une entrée ultérieure de la valeur au sein de l'indice large S&P500. Pour être éligible, Tesla devra aligner quatre trimestres consécutifs de rentabilité. Les comptes du second trimestre qui seront publiés le 22 juillet au soir pourraient refléter le franchissement de cette nouvelle étape...

Sur les devises, l'euro campe ce matin au-dessus des 1,13/$ entre banques. Côté matières premières, le pétrole revient à 39$ le WTI et le Brent pointe à 42$ le baril. L'or se négocie à 1.797$.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !