Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Asie : dans le rouge

Asie : dans le rouge
Asie : dans le rouge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les marchés de la zone Asie-Pacifique reculent nettement ce jeudi matin, en repli de 1,3% en Bourse de Tokyo, alors que Seoul et Sydney reperdent plus de 2%. Bombay est stable, tandis que les places de Shanghai, Hong Kong et Taiwan sont fermées pour cause de jour férié.
La Bourse de New York est aussi repartie en nette baisse mercredi soir, les investisseurs prenant acte des mauvaises nouvelles sur le front de la crise sanitaire, qui s'aggrave dans de nombreux Etats américains et dans plusieurs zones du globe. A la clôture, l'indice Dow Jones a rechuté de 2,72% à 25.445 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 2,59% à 3.050 pts. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a reperdu 2,19% à 9.909 pts, après avoir enchaîné 2 séances consécutives de record.

Inquiétudes sanitaires

Sur le front sanitaire, plus de la moitié des Etats américains continuent d'afficher ces derniers jours une hausse du nombre de nouveaux cas de coronavirus, notamment en Floride, Californie, Arizona, Mississippi et au Nevada, qui ont connu un nombre record de cas ces 24 dernières heures... La ville de Houston au Texas (également face à une hausse record de cas) a indiqué que ses capacités d'accueil en soins intensifs étaient désormais remplies à 97% !
Les Etats-Unis restent de loin le pays le plus endeuillé par la pandémie, la barre des 120.000 morts ayant été franchie. Mercredi soir, le compteur de l'Université américaine Johns Hopkins faisait ainsi état de plus de 121.700 décès pour 2,36 millions de cas aux USA. Au total, le Covid-19 a tué plus de 479.000 personnes dans le monde et en a contaminé plus de 9,33 millions.

Le principal responsable américain des maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, a déclaré devant une commission du Congrès que les deux prochaines semaines "seront cruciales" pour contenir l'épidémie. La gestion de la crise sanitaire est jugée sévèrement par les Américains, selon un sondage publié par Reuters-Ipsos, qui a établi que seulement 37% des Américains approuvent la façon dont Donald Trump a réagi à la pandémie, soit le score le plus bas depuis que Reuters-Ipsos a commencé à poser la question, début mars. Ils sont à l'inverse 58% à désapprouver la gestion du président américain.

Craintes commerciales et récession mondiale

Outre les inquiétudes soulevées par l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans le monde, les marchés craignent un regain de tensions commerciales... Alors que Donald Trump a assuré mardi que l'accord conclu en janvier avec la Chine restait en vigueur, la tension est remontée avec l'Europe. Ainsi, une note des services du représentant américain au Commerce vue par Reuters a souligné que les Etats-Unis envisagaient d'imposer des droits de douane sur une nouvelle gamme de produits importés de pays européens, notamment la France, tels que les olives, la bière ou des équipements industriels, qui représentaient une valeur de 3,1 milliards de dollars en 2018.

La journée a aussi été marquée par la publication des nouvelles prévisions économiques du FMI, qui a révisé ses attentes en baisse, comme l'avaient fait avant elle la Banque mondiale et l'OCDE. Selon le fonds monétaire international, le PIB mondial devrait se contracter de 4,9% cette année contre une baisse de 3% prévue en avril. Une telle baisse de l'activité constituerait la plus importante récession depuis la Grande Dépression des années 1930. Un rebond de 5,4% est toutefois attendu en 2021 (contre +5,8% attendu précédemment).
"La pandémie de COVID-19 a eu un impact plus négatif que prévu sur l'activité au cours du premier semestre 2020, et la reprise devrait être plus progressive qu'anticipé", a souligné le FMI.

Charles Evans (Fed) prudent sur le rythme de la reprise

Aux Etats-Unis, le président de la Fed de Chicago, Charles Evans, a estimé que la banque centrale américaine se trouvait "en terrain inconnu", et que l'économie américaine mettrait du temps à retrouver son rythme de croisière face à la crise sanitaire actuelle.
Il a dit espérer un "rebond rapide de l'économie" au troisième trimestre, tout en soulignant que ce rebond se ferait par rapport à une base très déprimée au 2e trimestre. Une reprise économique plus large "prendra un certain temps", a-t-il ajouté. Selon le patron de la Fed de Chicago, le PIB des Etats-Unis ne retrouvera ainsi son niveau du 4e trimestre 2019, avant la pandémie, "que courant 2022"...

Prises de profits sur le pétrole, le dollar remonte

Le pétrole a fait l'objet de prises de bénéfices appuyées, après la publication d'une forte hausse des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis et dans la crainte d'une reprise économique moins vigoureuse que prévue. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison août a reperdu 6% à 37,80$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août a chuté de 5,5% de retour sur la barre des 40$.
Les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close au 19 juin ont augmenté de 1,4 million de barils à 540,7 mb, contre un consensus de +1,5 million de barils.

L'or pointe ce matin à 1.765$ l'once. Le métal jaune gagne encore plus de 16% depuis le début de l'année, servant de valeur-refuge.
Sur le marché des changes, le dollar a repris des couleurs, l'indice du dollar, tandis que l'euro revient à 1,1245$. Du côté des taux, le rendement du T-Bond à 10 ans est retombé sous la barre de 1,70%, face aux craintes d'une détérioration de la situation sanitaire, finissant à 0,68% (-3 points de base).

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !