Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Wall Street : timide progression attendue

Wall Street : timide progression attendue

Wall Street pointe légèrement dans le vert avant bourse ce vendredi

Wall Street : timide progression attendue
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street pointe légèrement dans le vert avant bourse ce vendredi, le S&P500 progressant de 0,1% et le Nasdaq de 0,2%, contre une hausse marginale du DJIA. L'indice dollar se stabilise à 99,1. Le baril de brut WTI prend 0,1% à 51,5$ sur le Nymex.

Les marchés américains tiennent donc bon, proches de leurs sommets historiques, après avoir légèrement consolidé hier soir sur de nouvelles inquiétudes concernant les derniers chiffres relatifs au coronavirus Covid-19.

Sur le front économique outre-Atlantique ce vendredi, les ventes de détail aux Etats-Unis pour le mois de janvier 2020 seront révélées à 14h30 (consensus +0,3% en comparaison du mois antérieur, +0,3% hors automobile, +0,3% encore hors automobile et essence).

Les prix à l'import et à l'export du mois de janvier 2020 seront communiqués à la même heure (consensus -0,2% pour les prix à l'import en comparaison du mois antérieur, stabilité attendue des prix à l'export en comparaison du mois antérieur).

La Fed annoncera à 15h15 les chiffres de la production industrielle américaine du mois de janvier 2020 (consensus -0,3% par rapport au mois précédent, -0,2% pour la production manufacturière, 76,8% de taux d'utilisation des capacités).

Les stocks et ventes des entreprises du mois de décembre seront révélés à 16 heures (consensus +0,1% pour les stocks).

L'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains pour le mois de février 2020, mesuré par l'Université du Michigan, sera lui aussi annoncé à 16 heures (consensus de 99,7).

L'indice boursier composite chinois SSE a terminé ce matin en hausse de 0,38% à 2.917 pts, mais les opérateurs demeurent nerveux, à l'écoute de données peu claires concernant l'évolution du coronavirus, suite au changement de méthodologie intervenu concernant la province du Hubei.

Selon la National Health Commission chinoise, 121 nouveaux décès ont été dénombrés hier, liés au virus Covid-19, ainsi que 5090 nouveaux cas. Depuis le début de l'épidémie, le virus a donc fait 1.380 morts selon la commission chinoise de santé, alors que près de 64.000 cas d'infection sont maintenant recensés. Bloomberg relève que ces derniers chiffres traduisent une forte baisse en comparaison des 14.840 nouveaux cas rapportés une journée auparavant par la province de Hubei, foyer initial de l'épidémie, qui avait alors revu sa méthodologie de calcul des cas contaminés.

Le Japon a également fait part d'un décès hier lié au virus, ce qui constituerait le troisième décès causé par le Covid-19 en dehors de la Chine continentale.

Ce vendredi, l'Organisation mondiale de la santé, qui demeure en alerte, a constaté qu'il n'y avait pas de changement majeur dans la trajectoire de l'épidémie.

Selon le dernier consensus Reuters sur le sujet, résultant d'une étude conduite du 7 au 13 février, le PIB chinois devrait augmenter sur un rythme de 4,5% au premier trimestre 2020, contre +6% sur le trimestre antérieur. Il s'agirait alors de la plus faible croissance en Chine depuis la crise financière. La croissance attendue sur l'année 2020 ressort à 5,5% désormais contre 6,1% en 2019, d'après la même étude. Il s'agirait pour l'économie chinoise de la plus mauvaise performance depuis 1990 au moins.

Sur le front économique en Europe ce vendredi, le PIB allemand préliminaire du quatrième trimestre est ressorti inférieur aux attentes, mauvaise surprise en partie compensée par des révisions antérieures. Le PIB trimestriel allemand est donc ressorti stable, contre +0,1% de consensus. Le PIB 'flash' européen, également publié ce jour, a fait ressortir comme prévu une expansion de +0,1%.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street ce jour, Newell Brands ou Sohu.com annoncent leurs derniers comptes.

Les valeurs

Nvidia a publié des résultats et un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes des analystes pour le 4ème trimestre 2019. Le bénéfice par action de Nvidia, ajusté des éléments non récurrents, s'est établi à 1,89$, supérieur au 1,66$ attendu par les marchés, et plus que doublé par rapport à la même période de 2018 (0,92$).

Les revenus ont atteint 3,11 milliards de dollars contre 2,21 Mds$ un an plus tôt (+41% !) et 2,96 Mds$ attendu. Dans le détail, les ventes de processeurs pour serveurs de centres de données ont augmenté plus que prévu pour atteindre 968 millions de dollars (+43% sur un an) contre 825,8 M$ de consensus, tandis que les ventes de puces pour jeux vidéo ont bondi de 56% à 1,49 Md$, mais sont un peu inférieures aux attentes (1,52 Md$).

Pour le 1er trimestre 2020 en cours, le groupe basé à Santa Clara en Californie prévoit des ventes de 2,94 Mds$ à 3,06 Mds$, contre 2,85 Mds$ attendus par Wall Street. Nvidia a précisé que cette prévision a été révisée en baisse de 100 M$ pour tenir compte des effets négatifs probables du coronavirus chinois.

Amazon a remporté jeudi une première manche dans sa bataille judiciaire contre Microsoft au sujet du méga-contrat "JEDI" avec le Pentagone. La justice américaine a ainsi suspendu jeudi la mise en oeuvre de ce contrat de gestion de données dans le "cloud", décroché par Microsoft fin octobre 2019. Amazon, longtemps donné favori pour ce contrat, a contesté fin 2019 son attribution devant les tribunaux, accusant le président Trump d'avoir fait pression pour l'écarter, en raison de ses mauvaises relations avec Jeff Bezos, le patron d'Amazon.

Jeudi, une juge fédérale américaine a donc accordé à Amazon une injonction temporaire, interdisant ainsi au Pentagone d'avancer sur ce contrat, d'après un résumé des documents juridiques disponible en ligne. Les détails de la décision n'ont toutefois pas été rendus publics.

Lundi, Amazon Web Services (AWS), la filiale cloud d'Amazon, avait annoncé vouloir faire témoigner Donald Trump, le président américain, et son secrétaire à la Défense, Mark Esper, afin de faire la lumière sur cette affaire.

Le contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), qui s'étend sur une durée de dix ans, est estimé à 10 milliards de dollars. Il vise à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines dans un système géré par intelligence artificielle. Amazon, géant du commerce en ligne, est aussi le leader mondial du "cloud computing" (informatique dématérialisée), dont il détient un tiers des parts de marché mondial, contre 14,5% pour Microsoft et 5,6% pour Google (Alphabet).

Facebook. Mark Zuckerberg a admis que le projet de réforme fiscale internationale signifiait que le réseau social californien devrait payer davantage d'impôts dans plusieurs pays, selon Politico, qui cite des extraits de discours. Fin janvier à Paris, les autorités fiscales de 137 pays s'étaient engagées à poursuivre des discussions visant à adapter le système fiscal international au numérique.

Mattel, le géant américain du jouet, a dépassé les attentes de profits pour le trimestre clos, bénéficiant de ses actions de réduction des coûts. Les ventes de Barbie en Amérique du Nord ont pourtant souffert de la concurrence des poupées 'Frozen 2' d'Hasbro. Le groupe a amplement dépassé, de 35%, son objectif initial de réduction des charges de 650 M$. Pour le quatrième trimestre fiscal clos fin décembre 2019, Mattel a réalisé un bénéfice ajusté par action de 11 cents, contre un consensus de 10 cents. Les revenus sur cette cruciale période des fêtes ont décliné de 3% en glissement annuel pour ressortir à 1,47 milliard de dollars, contre 1,50 milliard de dollars de consensus. L'activité en Amérique du Nord a reculé de 1% en comparaison de l'an dernier.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !