Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Wall Street sans tendance, avant un piètre accord commercial

Wall Street sans tendance, avant un piètre accord commercial

En attendant une nouvelle série de trimestriels

Wall Street sans tendance, avant un piètre accord commercial
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine est attendue en très léger repli avant bourse ce mercredi, S&P500, DJIA et Nasdaq rendant 0,1%. Les opérateurs ne réagissent pas vraiment aux informations confirmant le maintien des tarifs douaniers dans le cadre du conflit sino-américain. Ils préfèrent considérer sans défiance aucune la signature désormais imminente de l'accord commercial (très) partiel de phase 1. Par ailleurs, l'attention des investisseurs se porte également sur les publications trimestrielles, en cette 'saison' des résultats débutant avec des comptes de firmes financières.

Pourtant, le taquin secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin, qui avait déjà semé le trouble hier, en 'rajoute une couche' ce mercredi en indiquant que Washington serait prêt à augmenter les tarifs douaniers si la Chine se refusait à respecter l'accord commercial...

Dans l'actualité économique outre-Atlantique ce jour, l'indice des prix à la production du mois de décembre sera dévoilé à 14h30 (consensus +0,2% en comparaison du mois antérieur ou +1,3% en glissement annuel, +0,2% également hors alimentation et énergie soit +1,4% en glissement annuel).

L'indice Empire State de la Fed de New York pour le mois de janvier sera communiqué à la même heure (consensus 3,6).

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois de janvier sera connu à 16 heures. Il était de +1,9% en décembre.

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'Energie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close le 10 janvier 2020, sera révélé à 16h30 (consensus +0,4 million de barils sur les stocks de brut hors réserve stratégique).

Patrick Harker et Robert Kaplan de la Fed interviendront durant la journée... Le Livre Beige économique de la Fed, résumé des conditions régionales, sera révélé à 20 heures.

Les indices boursiers ont fini sur une note mitigée mardi soir à Wall Street, à la veille de la signature officielle prévue ce mercredi à Washington, de l'accord commercial de Phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine. Le vice-Premier ministre chinois Liu He est arrivé lundi soir à Washington en vue de signer le texte avec Donald Trump, tandis que Washington a retiré la Chine de la liste des nations manipulant leur devise, en signe de bonne volonté. Les premiers résultats d'entreprises, notamment des grandes banques américaines JP Morgan et Citigroup, pour le 4e trimestre 2019, ont été bien accueillis hier. Le pétrole a repris de la hauteur mardi, mais l'or a poursuivi sa correction.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,11% à 28.939 points, tout près de son record, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,15% à 3.283 pts, et que le Nasdaq Composite a lâché 0,24% à 9.251 pts. Un peu plus tôt, les trois indices avaient atteint des sommets historiques, mais ils se sont retournés après des informations selon lesquelles les Etats-Unis maintiendront les droits de douane existants sur la Chine, au moins jusqu'à l'élection présidentielle américaine de novembre.

Malgré la satisfaction des marchés à l'approche de la signature de l'accord commercial de Phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine, une information de 'Bloomberg' est venue jeter un léger froid hier soir. Ainsi, selon des sources citées par l'agence de presse, l'accord qui doit être signé ce mercredi entre Washington et Pékin ne prévoit pas de nouvelles baisses des droits de douane avant l'élection américaine du 3 novembre prochain. Ensuite, leur levée sera conditionnée au respect par la Chine de ses engagements dans le cadre de l'accord de phase 1.

Ainsi, il est prévu qu'au plus tard 10 mois après la signature de l'accord, les Etats-Unis fassent le point sur les progrès effectués et décide de réduire ou non les droits de douane qui affectent encore plus de 360 milliards de dollars de biens chinois importés, selon ces sources.

Le vice-Premier ministre chinois Liu He, principal négociateur commercial de Pékin, est arrivé lundi soir à Washington à la tête d'une délégation chinoise en vue de signer le texte, lors d'une cérémonie prévue mercredi à la Maison Blanche. Les détails de l'accord pourraient être rendus publics lors de la signature.

L'accord de phase 1 prévoit notamment l'achat par Pékin de milliards de dollars de biens américains supplémentaires. La masse avancée serait de 200 Mds$ sur deux ans dont environ 40 Mds$ de produits agricoles, mais le scepticisme persiste à ce sujet. De plus, l'accord ne répondrait pas aux problèmes structurels majeurs, critiquent certains observateurs. Dans le même temps, la Maison blanche entendrait durcir les restrictions concernant l'équipementier télécom chinois Huawei. C'est du moins ce que croit savoir le Wall Street Journal.

Parmi les éléments plus positifs, le New York Times croit savoir que l'accord partiel comprendrait des engagements de la Chine à encadrer les pratiques dont se plaindraient les entreprises américaines concernant la protection intellectuelle. Pékin aurait promis de punir les firmes locales enfreignant ou volant des secrets commerciaux. La question des acquisitions par les entreprises publiques chinoises de technologies au détriment des intérêts américains serait aussi évoquée.

Quant à la phase 2, elle ne serait probablement pas conclue avant l'élection américaine de novembre prochain, même si les négociations devraient démarrer dès la signature de la phase 1.

Les marchés ont apprécié hier l'annonce par le département du Trésor du retrait de la Chine de la liste des Etats manipulateurs de devises, où Washington l'avait placée en août dernier. Dans un rapport semestriel sur les interventions sur les devises, le Trésor a annoncé lundi soir qu'il "a déterminé que la Chine ne devrait plus être considérée comme un manipulateur de devise". Le rapport ajoute que l'accord de Phase 1 "contient des engagements de la Chine à ne pas recourir à la dévaluation et à ne pas utiliser son taux de change à des fins de compétitivité".

Alcoa, Bank of America, BB&T, BlackRock, US Bancorp, Goldman Sachs, PNC Financial et UnitedHealth, publient leurs comptes trimestriels ce mercredi à Wall Street.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com