»
»
»
Consultation

Wall Street positive malgré Alphabet, espoirs concernant la Fed

Wall Street positive malgré Alphabet, espoirs concernant la Fed

En attendant le discours de Trump sur l'Etat de l'Union

Wall Street positive malgré Alphabet, espoirs concernant la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine, qui s'était extrêmement bien comportée hier soir (+0,70% sur le DJIA et +1,15% pour le Nasdaq) avec les secteurs technologiques, poursuit pour l'heure sur une tendance positive avant bourse. Les premières indications donnent en effet des hausses de 0,2% sur les indices S&P500 et Nasdaq...

L'indice dollar prend quant à lui 0,1% à 95,9. Sur le marché des matières premières, le baril de brut WTI s'apprécie de 0,7% à 55$, alors que le Brent de la mer du Nord s'adjuge 0,4% à 62,8$.

Trump et Powell rabibochés ?

La bonne nouvelle essentielle vient de la rencontre entre le président américain Donald Trump, le leader de la Fed Jerome Powell, et le vice-président de la Banque centrale Richard Clarida. Cette invitation de Trump a ravivé les espoirs relatifs à la Fed. Les investisseurs espèrent une souplesse monétaire durable de la Banque.

Selon un communiqué de la Fed, Trump a invité Powell et Clarida à la Maison Blanche pour un dîner, afin de discuter des récents développements économiques et des perspectives d'expansion, d'emploi et d'inflation. Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin était lui aussi convié. La Fed a assuré que les commentaires de Powell hier soir étaient conformes à ce qu'il avait précédemment indiqué lors de la réunion monétaire de janvier, au terme de laquelle la banque avait maintenu ses taux inchangés et signalé qu'elle allait limiter son processus de durcissement monétaire.

Souplesse monétaire en vue

La rencontre avec Trump constitue un développement très favorable, alors que le président américain n'avait eu de cesse, ces derniers mois, de tacler et critiquer ouvertement la politique de Powell. Durant ce dîner au plus haut niveau, le leader de la Fed a assuré au président américain que la politique de la Banque dépendait des données économiques nouvelles. Autrement dit, Powell n'entendrait pas se laisser influencer par Trump. Il semblerait pourtant, à la lecture de ses récentes déclarations nettement plus souples sur le plan monétaire, que le timonier de la Fed ait déjà quelque peu revu ses positions, inconsciemment ou non.

Un discours sur l'Etat de l'Union attendu de pied ferme

Trump livrera par ailleurs ce soir son discours sur l'Etat de l'Union au Congrès, auparavant reporté du fait du blocage administratif partiel ('shutdown'). Il devrait en profiter pour souligner ses succès économiques, et en particulier les chiffres robustes de l'emploi américain. Trump devrait aussi saisir l'occasion de défendre une fois encore son projet de mur à la frontière avec le Mexique. Après un 'shutdown' de 35 jours (provisoirement levé jusqu'au 15 février), le président américain ne semble pas vouloir lâcher beaucoup de lest sur la question... D'autres sujets pourraient être évoqués, notamment le financement éventuel d'améliorations d'infrastructures, ainsi que les questions de santé et notamment le prix des médicaments sur ordonnances.

Indicateurs des services à suivre

Sur le front économique aux Etats-Unis ce mardi, l'indicateur PMI des services américains (consensus 54,2) et l'indice ISM non-manufacturier du mois de janvier (consensus 57,1) seront communiqués à respectivement 15h45 et 16h, donnant une idée bien plus précise de l'activité récente dans les services aux États-Unis.

Nouvelle salve de publications financières

Les publications financières d'entreprises cotées à Wall Street se poursuivent quant à elles ce jour, au lendemain d'annonces diversement appréciées du géant de l'Internet Alphabet. Walt Disney publie après bourse ce soir, avec Snap Inc., Electronic Arts, Allstate ou Anadarko. Estée Lauder, Lazard, Ralph Lauren, Viacom ou Archer Daniels, annoncent avant bourse ce jour.

Alphabet, maison-mère de Google, recule d'un peu plus de 2% en pré-séance ce mardi à Wall Street, alors que le groupe a dévoilé hier soir ses résultats du quatrième trimestre. En cause surtout, la hausse rapide des dépenses du groupe de Mountain View ! Les revenus sont ressortis à 39,3 Mds$, contre 32,3 Mds$ un an avant. Le résultat opérationnel s'est élevé à 8,2 Mds$, contre 7,7 Mds$ un an plus tôt. Le résultat net a atteint 8,95 Mds$ (12,77$ par action), contre une perte de 3 Mds$ (4,35$ par action) sur la même période, un an avant. Les analystes anticipaient un bénéfice par action de 10,86$, pour des revenus de près de 39 Mds$.

Les investisseurs se montrent néanmoins méfiants face à la forte progression des dépenses, qui s'élèvent sur la période à 31,07 Mds$, contre 24,66 Mds$ sur le T4 2017. Les TAC (coûts d'acquisition du trafic) sont également en hausse, passant de 6,45 Mds$ à 7,44 Mds$ en un an. Enfin, le coût par clic (indicateur du prix moyen de la publicité) a chuté de 29% en glissement annuel, et de 9% par rapport au trimestre précédent.

Apple a révélé ce mardi la conclusion d'un accord avec l'administration fiscale française, concernant le paiement d'arriérés d'impôts. Le groupe californien de Cupertino n'a pas précisé le montant de l'accord, évalué à environ 500 millions d'euros par 'L'Express / L'Expansion'. L'accord conclu met un terme à des mois de négociations entre l'administration française et le groupe américain à la pomme. Le groupe de Tim Cook a expliqué à l'agence Reuters que le fisc français avait récemment conclu un audit pluriannuel le concernant, et que l'ajustement allait être communiqué dans les comptes publics.

Apple indique encore être régulièrement contrôlé, en tant que groupe multinational, par les autorités fiscales à travers le monde.

Seagate Technology a annoncé ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 384 M$ (1,34$ par action), contre 159 M$ (0,55$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,41$, contre 1,48$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 2,72 Mds$, contre 2,91 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,27$, pour des revenus de 2,7 Mds$.

Gilead Sciences a dévoilé ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 3 M$, contre une perte de 3,9 Mds$ (2,96$ par action) un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 5,8 Mds$, contre 5,9 Mds$ un an plus tôt. En base ajustée, le bpa ressort à 1,44$, contre 1,78$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,70$, pour des ventes de 5,5 Mds$.

Boeing va encore accroître le rythme de production de son 737. Confronté à une demande toujours très soutenue, l'avionneur américain aurait pour objectif de construire 57 de ces monocouloirs par mois à compter du 3 juin, contre 52 actuellement, affirme Reuters en citant deux sources au courant de ce projet. Boeing a déjà dit qu'il allait augmenter sa production dans le courant de cette année mais sans être plus précis.

Walt Disney publiera ce mardi 5 février, après la clôture de Wall Street, ses résultats du premier trimestre fiscal 2019. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,55$, pour des revenus de 15,2 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,89$, pour des revenus de 15,35 Mds$.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com