»
»
»
Consultation

Wall Street incertain, nouvelles tensions commerciales

Wall Street incertain, nouvelles tensions commerciales

Wall Street, qui se reprenait hier soir (+0,45% sur le DJIA et +1,13% sur le Nasdaq) avec quelques espoirs commerciaux, se montre plus prudent

Wall Street incertain, nouvelles tensions commerciales
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street, qui se reprenait hier soir (+0,45% sur le DJIA et +1,13% sur le Nasdaq) avec quelques espoirs commerciaux, se montre nettement plus fébrile avant bourse ce jeudi, pratiquement inchangé pour l'heure. Il faut dire que l'offensive des États-Unis contre le Chinois Huawei ne rassure pas vraiment, et ne devrait pas détendre les relations plus générales entre Washington et Pékin, alors que les opérateurs espèrent néanmoins toujours une rencontre Donald Trump - Xi Jinping 'fructueuse' à la fin du mois de juin au G20 d'Osaka.

Sur le marché des changes, l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, se tasse marginalement à 97,5. Le baril de brut WTI grimpe pour sa part de 0,7% à 62,5$ sur le Nymex, ce qui représente la troisième séance de hausse, les opérateurs craignant que les tensions au Proche-Orient ne pèsent sur l'offre globale.

Rappelons que l'annonce d'un probable report par les Etats-Unis de droits de douane sur les importations automobiles provenant de l'Union européenne avait soutenu hier soir les indices boursiers à Wall Street. Les nouvelles du jour sont un peu moins encourageantes concernant ce conflit sino-américain, Donald Trump ayant signé un décret interdisant aux firmes américaines de faire usage d'équipements de télécommunications conçus par des entreprises représentant un risque pour la sécurité nationale US. La mesure vise surtout à exclure du marché américain le Chinois Huawei... De son côté, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin doit se rendre sous peu à Pékin pour poursuivre les pourparlers commerciaux avec la Chine. Les échanges s'annoncent tendus, alors que les USA viennent d'infliger à Pékin des taxes additionnelles portant sur un volume d'importations de 200 milliards de dollars, la Chine ayant répondu par des prélèvements sur 60 Mds$ d'imports provenant des USA.

L'actualité économique demeure assez chargée ce jour à Wall Street. Les mises en chantier de logements et permis de construire du mois d'avril 2019 seront connus à 14h30 (consensus 1,2 million pour les mises en chantier, 1,29 million pour les permis), à la même heure que les inscriptions au chômage pour la semaine close au 11 mai (consensus 219.000) et que l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie du mois de mai (consensus 9,3).

Cisco est attendu en progression de plus de 3% avant bourse à Wall Street, au lendemain des annonces trimestrielles. Walmart, le géant de la grande distribution, publie pour sa part avant l'ouverture des marchés américains ce jour. Baidu, Pinterest, Nvidia et Applied Materials annonceront leurs derniers résultats trimestriels après la clôture ce soir.

Cisco Systems a annoncé hier soir des comptes supérieurs aux attentes pour son 3ème trimestre fiscal. L'activité traditionnelle de routeurs a fait mieux que prévu, tandis que les activités nouvelles telles que cybersécurité ont porté leurs fruits, a indiqué le groupe américain. Au troisième trimestre de l'exercice, clos le 27 avril, le bénéfice net de Cisco a grimpé à 3,04 milliards de dollars, soit 69 cents par action, contre 2,69 Mds$ un an plus tôt. Sur une base ajustée des éléments exceptionnels,le bénéfice s'affiche à 78 cents par action, un peu supérieur au consensus de 77 cents, selon les données IBES de Refinitiv. Le chiffre d'affaires a quant à lui progressé d'environ 4% à 12,96 Mds$, là aussi un peu supérieur au consensus de 12,89 Mds$.

Pour son 4ème trimestre fiscal, Cisco prévoit un bénéfice ajusté compris entre 80 et 82 cents par action, le milieu de la fourchette correspondant aux attentes des analystes.

Boeing. Deux mois après l'arrêt forcé des vols de Boeing 737 MAX, le géant américain de l'aéronautique n'en mène pas large. Selon les chiffres mensuels publiés ce mercredi, Boeing n'a reçu aucune nouvelle commande d'avions civils en avril, et a vu le nombre de ses livraisons dégringoler de moitié, passant de 54 en mars à 23 en avril. Le groupe signale tout de même 4 commandes de B-737 pour avril, mais il ne s'agit pas de nouvelles commandes mais de la réaffectation partielle d'appareils déjà vendus.

Il s'agit d'une situation sans précédent, aggravée par une modification des règles comptables, qui oblige désormais Boeing à soustraire de son carnet, les commandes susceptibles de ne jamais être honorées par le client. Ainsi, outre l'impact des déboires du B-737 MAX, le groupe a dû retirer de son carnet de commande près de 200 appareils commandés par la compagnie indienne Jet Airways, cette dernière s'étant déclarée en faillite. Compte-tenu des annulations, les commandes nettes affichent un solde négatif de 119 appareils de janvier à la fin avril.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com