»
»
»
Consultation

Wall Street flanche encore, les craintes commerciales plombent les marchés

Wall Street flanche encore, les craintes commerciales plombent les marchés

La cote américaine s'affiche de nouveau en forte baisse avant bourse

Wall Street flanche encore, les craintes commerciales plombent les marchés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street corrige de nouveau avant bourse ce jeudi, après sa chute brutale de mardi (-3,1% sur le DJIA et -3,8% sur le Nasdaq), suivie d'une journée de deuil national hier mercredi en mémoire du Président George Herbert Walker Bush, décédé le 30 novembre à 94 ans. Le retour aux affaires est donc relativement douloureux ce jeudi, puisque le S&P500 est attendu en retrait de 1,5%, contre un recul de 1,9% du Nasdaq.

Évolution rapide du sentiment de marché

Rappelons que le début de semaine avait été marqué par une réaction positive à l'accord de trêve commerciale de 90 jours entre les États-Unis et la Chine. Depuis, les choses se sont grandement compliquées. Le Président américain Donald Trump a ainsi inquiété les opérateurs en soufflant le chaud et le froid sur le réseau social média Twitter qu'il affectionne tant.

Pétrole sous pression avec l'OPEP

Sur le marché des changes ce jeudi, l'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, se stabilise actuellement autour de 97. Sur le Nymex, les prix du pétrole demeurent extrêmement volatils, en attendant le verdict de l'OPEP qui se réunit ce jour, mais ne semble pas vouloir réduire trop fortement sa production... Le baril de brut WTI (contrat de janvier) baisse actuellement de 2,7% à 51,5$.

Les ministres du pétrole de l'OPEP, de la Russie et d'autres producteurs majeurs se réunissent à Vienne ce jeudi et demain vendredi afin de revoir leur accord actuel de production, une décision étant attendue demain. Selon les derniers rapports médias, l'OPEP et ses alliés pourraient finalement opter pour une réduction de leur offre un peu moins importante qu'auparavant estimé. Les opérateurs anticipaient jusqu'à présent une baisse de l'ordre de 1,3 million de barils par jour.

L'emploi américain en vedette

L'agenda économique est plutôt chargé ce jour outre-Atlantique. L'étude Challenger relative aux destructions de postes annoncées par les entreprises américaines pour le mois de novembre a fait ressortir 53.073 licenciements programmés, contre 76.644 pour la période antérieure. Sur les mois d'octobre et novembre, en cumul, les destructions de postes se chiffrent donc à 128.717, au plus haut niveau depuis 2008 ! En glissement annuel, les destructions d'emplois de novembre grimpent de 51%.

Le rapport d'ADP sur l'emploi privé américain du mois de novembre sera connu à 14h15 (consensus 175.000 créations de postes). Rappelons que le rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi aux USA pour novembre sera connu demain à 14h30.

Agenda économique chargé

La balance commerciale américaine du mois d'octobre sera révélée à 14h30 (consensus 55 Mds$ de déficit). Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 1er décembre seront dévoilées à la même heure (consensus 225.000). Il en sera de même pour les chiffres de la productivité non-agricole du 3ème trimestre (consensus +2,3% pour la lecture révisée, +1,1% pour les coûts unitaires du travail).

Deux indicateurs américains des services sont par ailleurs attendus aujourd'hui. L'indice Markit PMI des services pour le mois de novembre sera annoncé à 15h45 (consensus 54,4). L'indice ISM non-manufacturier sera communiqué à 16h (consensus 59).

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 30 novembre, sera communiqué à 17h.

Jerome Powell livrera ce soir les remarques d'ouverture de la 'Housing Assistance Council's Rural Housing Conference' à Washington. Le témoignage du Président de la Fed attendu hier devant le Joint Economic Committee du Congrès américain a été annulé en raison de la journée de deuil national. L'intervention sera reprogrammée.

Confusion sur le front commercial

La confusion règne toujours sur le front commercial, entre Washington et Pékin, malgré l'accord de 'cessez-le-feu' précédemment conclu. Les deux superpuissances doivent s'abstenir de nouvelles sanctions réciproques deux mois durant. Trump, s'épanchant hier et avant-hier sur le sujet, n'a pas su convaincre, bien au contraire. Le Président américain s'est en effet montré confiant quant à la conclusion finale d'un accord, tout en menaçant de nouveau la Chine de nouvelles taxes en cas d'échec, de manière quelque peu schizophrène...

L'affaire Huawei pèse lourdement

Par ailleurs, l'arrestation de la directrice financière du colosse télécom chinois Huawei, Meng Wanzhou, au Canada, sur requête d'extradition des Etats-Unis, montre que la belle entente récente entre Trump et Xi Jinping pourrait avoir ses limites. Les USA enquêtent sur d'éventuelles infractions de Meng Wanzhou aux sanctions américaines contre l'Iran. Cet événement inattendu pèse également sur les marchés, certains craignant qu'il ne fasse dérailler les fragiles négociations entre Washington et Pékin.

Du côté des valeurs, les titres les plus exposés à la guerre commerciale, Apple, Caterpillar, Boeing ou Tesla notamment, pourraient donc souffrir aujourd'hui à Wall Street.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com