Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Wall Street en retrait, prudence face au risque sanitaire

Wall Street en retrait, prudence face au risque sanitaire

Wall Street est attendu en déclin avant bourse ce lundi, le S&P500, le DJIA et le Nasdaq abandonnant solidairement 0,1%...

Wall Street en retrait, prudence face au risque sanitaire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street est attendu en déclin avant bourse ce lundi, le S&P500, le DJIA et le Nasdaq abandonnant solidairement 0,1%. L'indice dollar fléchit de 0,1% à 98,6. Sur le Nymex, le baril de brut WTI perd 0,8% à 49,9$. Les opérateurs redoublent de prudence face au risque sanitaire lié au nouveau coronavirus, décrit comme une "menace grave et imminente" pour la santé publique par le Royaume-Uni.

Il n'y aura pas de statistique notable outre-Atlantique ce lundi. Demain mardi, les marchés surveilleront l'intervention du président de la Fed Jerome Powell et le rapport JOLTS sur les ouvertures de postes aux USA.

Ce matin, l'indice boursier chinois composite SSE a terminé en hausse de 0,51% à 2.890 pts. L'inquiétude demeure toutefois importante concernant l'épidémie de coronavirus. La National Health Commission chinoise a rapporté 97 nouveaux décès dimanche liés au virus, un triste record, ce qui porte à 908 le nombre de morts en Chine selon les données officielles. De ce point de vue, le virus est déjà plus meurtrier que le SRAS de 2002-2003. 3.062 cas supplémentaires d'infection ont été dénombrés hier, ce qui porte le total en Chine à plus de 40.000 cas.

Bloomberg évoque pour sa part une modélisation scientifique selon laquelle le coronavirus pourrait avoir infecté au moins une personne sur vingt à Wuhan (qui compte environ 11 millions d'habitants), épicentre du virus. Selon l'étude en question, le pic de contamination pourrait être atteint mi-février ou en fin de mois avec 500.000 cas.

Dans le même temps, le soutien de la banque centrale et des autorités chinoises se confirme, afin d'éviter un vent de panique sur les marchés. Les usines chinoises peinent quant à elles à reprendre leur production dans un tel contexte d'incertitude. Hong Hai Precision, le partenaire d'Apple, conditionne ainsi la reprise des opérations aux exigences des gouvernements locaux. Selon le 'Nikkei', Foxconn aurait abandonné ses plans de reprise de la production à Shenzhen face à l'intervention des autorités chinoises, du fait du risque élevé de contagion. Quoi qu'il en soit, de nombreux sites de production devaient rouvrir ce jour en Chine malgré ces risques liés à l'épidémie.

Foxconn aurait été autorisé à reprendre la production dans une de ses usines en Chine auparavant fermée en raison de l'épidémie, mais seulement 10% des salariés auraient pu se rendre sur le site, a appris Reuters de source informée du dossier. Le Taïwanais, dont la raison sociale est Hon Hai Precision Industry, a obtenu le feu vert des autorités pour le redémarrage du site de Zhengzhou, mais pas pour celle de Shenzhen.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'OMS, s'est inquiété pour sa part du fait que l'épidémie actuelle pourrait n'avoir montré que la partie émergée de l'iceberg. Le dirigeant de l'OMS a évoqué des cas inquiétants de propagation du coronavirus 2019-nCoV à des personnes n'ayant pas d'antécédents de voyage en Chine.

Sur le front économique en Chine, l'indice des prix à la consommation a atteint un sommet de huit ans, en croissance de 5,4% en glissement annuel en janvier 2020 et au plus haut depuis 2011, contre +4,9% de consensus et +4,5% un mois avant. Ce sont essentiellement les prix alimentaires, en forte progression, qui expliquent la tendance, ainsi, dans une moindre mesure, que le Nouvel An Lunaire et le coronavirus. L'indice des prix à la production a lui progressé de 0,1% en glissement annuel, comme prévu.

Ailleurs à l'international, le taux de chômage suisse n'a pas surpris à 2,3%, alors que l'indice local des prix à la consommation a baissé de 0,2% comme attendu. La production industrielle italienne a reculé de 2,7%. L'indice Sentix de confiance des investisseurs est ressorti à 5,2 contre un consensus de 6,1. Ainsi, le moral des investisseurs en zone euro a décliné en février du fait des craintes liées à l'épidémie de coronavirus, selon l'institut Sentix.

Allergan, Loews, CNA Financial, Groupon, Travelzoo et XPO Logistics, doivent notamment publier ce jour à Wall Street.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !