»
»
»
Consultation

Wall Street : Black Friday sous tension, plongeon du pétrole

Wall Street : Black Friday sous tension, plongeon du pétrole

La cote américaine est attendue dans le rouge, après la pause de la veille

Wall Street : Black Friday sous tension, plongeon du pétrole
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street est attendu en retrait avant bourse ce vendredi, le S&P500 abandonnant 0,4% et le Nasdaq 0,5%, après la pause de Thanksgiving observée hier. La cote américaine, fermée hier 22 novembre, ne rouvre ce vendredi que pour une moitié de séance.

L'indice flash PMI composite américain de Markit pour le mois de novembre 2018 sera communiqué à 15h45 (consensus 54,8 pour le composite, 55,4 pour l'indicateur manufacturier et 54,5 pour celui des services).

Aucune publication financière trimestrielle notable de société cotée à Wall Street n'est attendue en cette fin de semaine...

Cette journée du 'Black Friday' donne bien évidemment le coup d'envoi des achats de fin d'année outre-Atlantique. Elle sera suivie par le 'Cyber Monday'. Même Apple participera pour l'occasion aux promotions...

Dollar quasiment stable

Sur le marché des changes ce jour, l'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de six devises, se redresse timidement de 0,1% à 96,7, sur fond d'incertitude concernant la politique monétaire de la Fed.

4ème hausse des taux 2018 en décembre

La Banque centrale américaine doit remonter encore ses taux d'un quart de point le 19 décembre, à l'issue de sa dernière réunion monétaire de l'année 2018 (probabilité de 72,3% d'un taux des fed funds allant de 2,25 à 2,50% selon FedWatch / CME Group). Il s'agirait là de la quatrième hausse des taux de l'année. La suite des événement sera cependant plus délicate, alors que Trump maintient la pression pour que la Banque centrale assouplisse ses positions...

Le pétrole plonge encore

Les prix du pétrole retombent sur un plancher de 13 mois. Le baril de brut WTI (contrat de janvier) trébuche de 4,8% désormais à 52$, alors que le baril de Brent s'affiche en recul de 3%. Rappelons que la chute traduit les inquiétudes relatives à une offre surabondante. Les investisseurs anticipent cependant de possibles coupes de la part de certains grands producteurs, au premier rang desquels l'Arabie saoudite.

Apple préoccupe les marchés

Rappelons que la cote américaine avait terminé avant-hier soir en ordre dispersé. Le DJIA avait ainsi clôturé quasiment stable à 24.465 points, contre une progression de 0,92% du Nasdaq à 6.972 points et une hausse de 0,3% du S&P500 à 2.650 points. Apple, grande victime boursière des dernières séances, limitait ses pertes à -0,1% en clôture hier malgré les difficultés de son sous-traitant taïwanais Foxconn (qui veut réduire fortement ses dépenses en 2019 pour s'adapter à la demande).

Apple pèse désormais 839 milliards de dollars à Wall Street, devant Microsoft et ses 791 milliards de dollars, puis Amazon avec 742 milliards. Alphabet capitalise 723 milliards de dollars.

Trump et Xi sous surveillance

A quelques jours de la confrontation tant attendue, le Président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping semblent prêts cette fois à de réelles avancées. Cité par Bloomberg, Trump a ainsi récemment déclaré que la Chine voulait conclure un accord. "Nous sommes très heureux de cela", a ajouté le dirigeant américain, qui assure : "Je suis très préparé, je m'y suis préparé toute ma vie"... Trump et Xi, doivent se rencontrer à la fin du mois en marge du sommet du G20 en Argentine.

Washington et Pékin n'ont cessé la surenchère ces derniers mois sur le plan commercial. Ainsi, les Etats-Unis ont déjà infligé à la Chine des taxes supplémentaires portant sur 250 milliards de dollars d'importations, alors que Pékin a répliqué par des prélèvements additionnels sur 110 milliards d'imports US. Trump a même menacé de mettre en oeuvre des taxes additionnelles portant sur la totalité des importations chinoises aux USA, ce qui représente des produits d'un montant total de plus de 500 milliards de dollars.

Hier jeudi, Trump a même affirmé devant les journalistes que la Chine désirait "très méchamment" conclure un accord... Des responsables chinois de haut niveau, cités ce vendredi par Bloomberg, et au fait des déplacements à venir de Xi - y compris de l'agenda des 30 novembre et 1er décembre à Buenos Aires -, affirment que le Président chinois devrait aussi s'arrêter en Espagne, au Portugal et au Panama.

Wang Shouwen, Vice-Ministre du Commerce, a ajouté que les équipes 'commerciales' de Washington et Pékin avaient déjà été "en contact étroit". Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison Blanche, avait déjà tenu des propos comparables la semaine dernière, affirmant que les négociations avaient repris à tous les niveaux. Wang a également "constaté que les USA désiraient conclure un accord afin de mettre un terme aux frictions commerciales avec la Chine. Pékin entend ainsi "travailler avec les USA afin de contenir ces conflits", a affirmé le responsable, qui admet évidemment que les décisions commerciales américaines affectent la Chine, mais aussi l'Amérique et le reste du monde.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com