Résultats US : les profits du S&P 500 attendus en hausse de 35% au 3e trimestre

Résultats US : les profits du S&P 500 attendus en hausse de 35% au 3e trimestre

La reprise économique mondiale a profité aux entreprises américaines au 3e trimestre, mais le rythme devrait ralentir à partir du 4e trimestre, surtout si l'inflation et les problèmes de "supply chain" se prolongent.

Résultats US : les profits du S&P 500 attendus en hausse de 35% au 3e trimestre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street va vivre ces prochaines semaines au rythme des publications de résultats d'entreprises pour le 3e trimestre. Alors que la reprise économique mondiale se poursuit et que la pandémie de Covid-19 est entrée dans une phase moins active, les profits sont à nouveau attendus en forte hausse, de plus de 30%, et ce pour le 3e trimestre consécutif. Malgré cela, les analystes scruteront les comptes et les propos des dirigeants concernant de nouveaux sujets d'inquiétude, à savoir les perturbations des chaînes d'approvisionnement et les pressions inflationnistes.

Selon le consensus FactSet publié le 8 octobre, les analystes tablent sur une hausse de 27,6% des bénéfices du S&P 500 par rapport au 3e trimestre de 2020. Le chiffre d'affaires croîtrait de son côté de 14,9% au 3e trimestre par rapport à la même période de 2020.

Le cabinet d'analyse précise toutefois que compte-tenu du fait que les résultats publiés sont d'habitude plus élevés que prévu, il est raisonnable d'envisager une hausse finale des profits de 35%. Ce serait alors le 3e trimestre d'affilée où les profits bondissent de plus de 30% sur un an... Les plus fortes hausses sont attendues des secteurs de l'énergie, des matériaux de base, des services de communication et des technologiques.

Ce rythme de croissance deviendra cependant difficile à soutenir à partir du 4e trimestre, compte-tenu d'un effet de base moins favorable et des incertitudes sur le rythme de la croissance économique. Ainsi, le consensus table sur une hausse de 21,8% des bénéfices et de 11,5% des revenus au 4e trimestre, avant un net ralentissement au 1er trimestre 2022 avec des bénéfices en hausse de 5,5% et des revenus en progression de 8,4%.

Problèmes de "supply chain" et de main d'oeuvre cités comme facteurs pénalisants

Les investisseurs vont scruter les comptes et les déclarations des dirigeants pour mesurer l'impact des perturbations de chaînes d'approvisionnement sur leur activité, mais aussi l'impact de la hausse de leurs coûts et des prix des matières premières.

Jusqu'à présent, seules 21 entreprises du S&P 500 ont déjà publié des comptes décalés qui englobent les récents mois : or, 15 d'entre elles ont mis en avant les problèmes de "supply chain", tandis que 14 ont parlé de pénuries de main d'oeuvre et de hausse des coûts du travail. Seules deux d'entre elles ont indiqué avoir été affectées négativement par les prix du pétrole et du gaz.

Un potentiel de hausse de 15% pour le S&P 500 ?

Malgré les inquiétudes sur l'inflation, le "tapering" de la Fed et la croissance, les analystes sondés par FacSet s'attendent toujours à ce que l'indice S&P 500 continue de progresser. A la date du 6 octobre, ils tablaient ainsi sur une hausse de 15% sur les 12 prochains mois pour atteindre les 5.051,70 points. Le secteur des services de communication aurait le potentiel de hausse le plus élevé, de 18% et celui des financières le moins élevé (+7,8%).

L'avenir dira si ces prévisions optimistes se réaliseront. A noter que les valorisations restent élevées à Wall Street, malgré le recul d'environ 4% du S&P 500 par rapport à son dernier record de début septembre. Le multiple de capitalisation (PER) du S&P 500 s'élève ainsi encore à 20,5 fois les résultats attendus sur les 12 prochains mois, un niveau supérieur à sa moyenne sur 5 ans (18,3 fois) et sur 10 ans (16,4 fois).

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !