Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Première contraction de l'activité du secteur privé français depuis quatre mois

Première contraction de l'activité du secteur privé français depuis quatre mois

Les dernières données PMI mettent en évidence une contraction soutenue de l'activité dans le secteur des services français en septembre ainsi qu'un...

Première contraction de l'activité du secteur privé français depuis quatre mois
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les dernières données PMI mettent en évidence une contraction soutenue de l'activité dans le secteur des services français en septembre ainsi qu'un retour à la baisse des nouvelles affaires, sur fond de recrudescence de l'épidémie de Covid-19. Conséquence de cette dégradation de la conjoncture dans le secteur, l'emploi a continué de reculer, et les prestataires de services ont fortement diminué leurs tarifs par rapport au mois précédent. Interrogées sur leurs perspectives d'activité à douze mois, les entreprises se sont toutefois de nouveau déclarées optimistes.

Se repliant de 51,5 en août à 47,5, l'indice IHS Markit de l'activité commerciale signale ainsi la première contraction de l'activité depuis mai dernier. L'indice composite de l'activité globale recule quant à lui de 51,6 à 48,5 le mois passé et met en relief la première baisse de l'activité depuis mai dernier, le rythme de la contraction n'ayant toutefois été que modéré. A noter que les deux indices sont identiques à leur estimation flash.

Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, commente ainsi les derniers résultats de l'enquête : "la hausse des cas de Covid-19 a contribué à faire chuter l'activité du secteur privé français en septembre, les perspectives d'un durcissement des mesures de restriction ayant dissuadé les clients d'engager de nouvelles dépenses. La résurgence de l'épidémie n'a toutefois pas affecté de la même manière les deux secteurs couverts par l'enquête, l'activité s'étant repliée dans le secteur des services tandis que la production manufacturière a fortement progressé. Ces divergences ne sont pas surprenantes en soi, de nombreuses prestations de services impliquant un contact direct avec les clients. Toutefois, compte tenu de l'interdépendance existant entre les deux secteurs, la faiblesse du secteur des services risque de se propager prochainement à l'industrie manufacturière. Pour l'heure, les entreprises se disent toujours optimistes quant à une croissance de leur activité future. Si le nombre d'infections continue de s'accélérer, les perspectives d'activité risquent toutefois de se détériorer au cours des prochains mois".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !