»
»
»
Consultation

Pétrole : retour des incertitudes sur la demande mondiale

Pétrole : retour des incertitudes sur la demande mondiale

Le pétrole a fait l'objet de prises de bénéfices mardi, après 4 séances de hausse consécutives. Les signes de ralentissement de la croissance mondiale ont repris le dessus, alors que les tensions au Moyen-Orient pourraient s'atténuer.

Pétrole : retour des incertitudes sur la demande mondiale
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après un vif rebond ces dernières séances, le pétrole a fait l'objet de prises de bénéfices mardi. Les signes de ralentissement de la croissance mondiale ont repris le dessus, alors que les tensions au Moyen-Orient pourraient s'atténuer suite au limogeage du conseiller de Donald Trump John Bolton, un "faucon" en matière géopolitique. L'EIA, l'agence américaine de l'Energie, a en outre abaissé mardi ses prévisions de demande mondiale pour 2019 et 2020.

Mardi soir, le cours du brut léger américain WTI a ainsi cédé 0,78% à 57,40$ le baril (contrat à terme d'octobre), après 4 séances haussières d'affilée, tandis que le Brent a fléchi de 0,34% à 62,38$ le baril.

Menaces croissantes sur la demande mondiale

Même si l'Arabie saoudite a réaffirmé son intention de mettre en oeuvre l'accord Opep+ de maîtrise de la production, les marchés s'interrogent sur le ralentissement de la demande mondiale, sur fond de croissance en berne en Asie et en Europe, et dans une moindre mesure aux Etats-Unis.

En Europe, l'Allemagne frôle la récession après un recul de 0,1% de son PIB au 2è trimestre. Aux Etats-Unis, les créations d'emploi en août sont ressorties très inférieures aux attentes, et en Chine, les prix à la production, annoncés ce mardi, se sont tassés de 0,8% en août, leur plus forte correction en trois ans. Les entreprises locales abaissent en effet les prix de vente face à une demande chancelante et aux tensions commerciales sino-américaines.

Le baril de pétrole WTI avait pourtant progressé de 1,6% mardi en début de séance, mais il s'est replié après que l'Agence d'Information sur l'Energie américaine (EIA) a abaissé sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole brut, de 110.000 barils par jour à 890.000 bpj pour cette année et de 30.000 bpj à 1,40 million pour l'an prochain.

Le "faucon" John Bolton limogé par Trump via Twitter

Les cours ont aussi flanché après l'annonce du limogeage par Donald Trump de son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton. Le départ de ce "faucon", notamment sur le dossier iranien, plaide plutôt en faveur d'une désescalade des tensions au Moyen-Orient et en Asie, qui avaient soutenu l'or noir ces dernières semaines.

"J'ai informé John Bolton hier soir que nous n'avions plus besoin de ses services au sein de la Maison Blanche, a écrit le président américain sur son compte Twitter. "J'étais en désaccord avec nombre de ses suggestions, tout comme d'autres personnes dans l'administration, et j'ai donc demandé sa démission à John, qu'il m'a donné ce matin".

De son côté, l'or a poursuivi sa correction, cédant mardi 0,7% à 1.500,40$ l'once (contrat à terme de décembre sur le Comex). Le métal jaune a reculé près de 2% depuis 10 jours après avoir profité pendant l'été d'un effet de valeur-refuge, qui l'a porté au plus haut niveau depuis six ans, à l'été 2013.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com