»
»
»
Consultation

Pétrole : le Brent et le WTI au plus haut depuis la fin 2014 !

Pétrole : le Brent et le WTI au plus haut depuis la fin 2014 !

Les deux grandes variétés de pétrole brut ont démarré la semaine en nette hausse, retrouvant leurs plus hauts niveaux depuis près de 4 ans, en novembre 2014. La perspective d'une contraction de l'offre iranienne continue de soutenir les cours.

Pétrole : le Brent et le WTI au plus haut depuis la fin 2014 !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le prix du pétrole coté à New York a grimpé lundi à son plus haut niveau depuis novembre 2014 dans un marché redoutant de voir les sanctions américaines contre l'Iran assécher l'offre de brut sur le marché mondial.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a ainsi gagné 2,8% pour clôturer à 75,30$ sur le Nyse. Le Brent a échéance en décembre est de son côté passé au-dessus de la barre de 85$ le baril quelques minutes après la clôture du Nymex, sur lequel il avait gagné 2,72% à 84,98$, la aussi un plus haut depuis début novembre 2014... Ce mardi, la tendance se confirme avec un baril de brut WTI en hausse de 0,4% à 75,6$ et un Brent à près de 85$.

Le baril bientôt à plus de 100$ ?

Les cours de l'or noir ont également été soutenus par l'accord de libre échange conclu in extremis dimanche soir, entre les Etats-Unis et le Canada. L'accord, auquel participe également le Mexique, ouvre de bonnes perspectives de croissance pour l'Amérique du Nord, estiment les analystes.

Les experts du secteur sont de plus en plus nombreux à estimer que le pétrole pourrait franchir prochainement le seuil des 100$ le baril (un pic déjà dépassé en juillet 2014 par le Brent et le WTI). Le 24 septembre dernier, des responsables de deux géants du négoce pétrolier Trafigura et Mercuria, ont jugé possible ce franchissement des 100$ dans les mois à venir

Donald Trump presse l'Arabie saoudite de produire davantage

Les sanctions visant l'Iran pourraient avoir pour effet de retirer du marché près de deux millions de barils par jour (bpj) de brut d'ici la fin de l'année, ce qui rendrait possible une poussée des prix jusqu'à 100 dollars, a ainsi expliqué Daniel Jaeggi, président de Mercuria Energy Trading. "Nous devons nous préparer à un accès de volatilité au quatrième trimestre car (...) le marché n'a tout simplement pas la réponse appropriée, en termes d'offre, à la disparition de deux millions de bpj", a-t-il déclaré lors d'une conférence pétrolière régionale Appec (Asia Pacific Petroleum Conference) à Singapour.

A l'approche des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, en novembre, Donald Trump voit d'un très mauvais oeil cette envolée des cours du brut, qui menace de pénaliser son électorat par des prix plus élevés de l'essence et du fuel domestique... Le président américain a appelé plusieurs fois l'Arabie saoudite à ouvrir ses vannes pour compenser la chute des exportations iraniennes, mais ses demandes sont restées vaines pour l'instant.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com