Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Pétrole : le baril poursuit sa chute, le WTI sous les 40 dollars

Pétrole : le baril poursuit sa chute, le WTI sous les 40 dollars

Dans le sillage des places boursières asiatiques, le baril de pétrole poursuit sa dégringolade avec un Brent qui se négocie pour la première fois...

Pétrole : le baril poursuit sa chute, le WTI sous les 40 dollars
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Dans le sillage des places boursières asiatiques, le baril de pétrole poursuit sa dégringolade avec un Brent qui se négocie pour la première fois depuis mars 2009 sous la barre des 45 dollars et un WTI sous les 40 dollars. Le "light sweet crude" pour livraison octobre plonge de 3,2% à 39,2 dollars dans les échange s électroniques sur le New York mercantile Exchange, au plus bas depuis février 2009.

Les inquiétudes liées à l'état de santé de l'économie chinoise se reflètent dans toutes les classes d'actifs, actions et matières premières en tête. L'indice PMI Caixin/Markit a révélé que le secteur manufacturier chinois s'était contracté en août à un rythme jamais vu depuis près de six ans et demi sur fond de baisse des commandes intérieures et à l'exportation. "Les marchés paniquent. Les choses commencent à ressembler à la crise financière asiatique de la fin des années 1990. Des spéculateurs se débarrassent des actifs qui semblent les plus vulnérables", explique à Reuters, Takako Masai, directeur de recherches à la Shinsei Bank de Tokyo.

Outre une demande moins vigoureuse, le marché pétrolier est confronté à une offre toujours abondante alors que l'Iran a réitéré sa volonté d'accélérer sa production et que l'exploitation américaine ne faiblit pas. "La préoccupation continue autour de l'Iran et le risque d'un rééquilibrage plus long que prévu sur le marché du pétrole augmente certainement", indique à Bloomberg, Daniel Hynes, stratégiste commodities chez Australia & New Zealand Banking Group à Sydney. "Au cours du prochain mois, nous verrons la fin de la haute saison de conduite aux États-Unis. Cela ne présage rien de bon pour les fondamentaux".

Deux nouveaux puits de pétrole sont d'ailleurs entrés en production la semaine passée aux Etats-Unis, au plus haut depuis le premier mai, selon les chiffres publiés vendredi par l'entreprise parapétrolière Baker Hughes. Preuve que malgré la chute des prix, la production de schiste américaine tourne à plein régime.

©2015-2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !