Pétrole : le baril plonge de plus de 10%!

Pétrole : le baril plonge de plus de 10%!

Coup de bambou après la détection d'un nouveau variant en Afrique du Sud...

Pétrole : le baril plonge de plus de 10%!
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le marché pétrolier n'échappe pas au fort regain d'aversion au risque dans les salles de marché. Quasi stables hier, le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison janvier creuse ses pertes après l'ouverture de Wall Street et plonge désormais de plus de 11% à 69,5 dollars sur le Nymex (plus bas depuis fin septembre) alors que le baril de Brent de la mer du nord perd 10,3% à 73,7$ à Londres. La détection en Afrique du Sud - mais aussi au Botswana et à Hong Kong - d'un nouveau variant du coronavirus dont les mutations "très inhabituelles", selon les scientifiques, pourraient lui permettre d'échapper à la réponse immunitaire déclenchée par une vaccination ou une infection antérieure et le rendre ainsi plus contagieux laisse craindre une baisse de la demande d'or noir.

Alors que l'Organisation mondiale de la santé se réunit en urgence ce vendredi, la Grande-Bretagne a déjà pris des mesures en annonçant des restrictions de voyages vers l'Afrique du Sud et cinq autres pays africains voisins et le Japon pourrait, d'après l'agence de presse Jiji, prendre des initiatives similaires. Ces annonces interviennent alors que plusieurs pays européens, dont la France et le Portugal parmi les derniers en date, renforcent leurs mesures de lutte contre le Covid-19 en raison d'une recrudescence de l'épidémie sur le continent.

Ce décrochage des cours pétroliers se produit alors que l'Opep+ doit se réunir la semaine prochaine, soit quelques jours après la décision des Etats-Unis et de plusieurs grands consommateurs d'utiliser une partie de leurs réserves stratégiques pour tenter de faire pression sur les prix de l'or noir. "La nouvelle variante de Covid découverte en Afrique du Sud tire de nouvelles sonnettes d'alarme", affirme à 'Bloomberg' Vandana Hari, fondateur de Vanda Insights à Singapour. "Je m'attends à ce que l'Opep+ maintienne le cap sur sa stratégie d'assouplissement, mais si le nouveau variant apparaît comme un problème majeur dans les prochains jours, elle pourrait finir par mettre en pause les augmentations mensuelles".

L'Opep+ se réunit le 2 décembre afin de décider de sa politique de production pour janvier. Le cartel qui remet chaque mois 400.000 barils par jour supplémentaires sur le marché, devra tenir compte des projections internes selon lesquelles la libération des réserves exacerbera un excédent qu'elle prévoit pour le début de l'année prochaine. Le groupe a toutefois été accusé de créer un "resserrement artificiel" par l'Agence internationale de l'énergie, qui a préconisé un retour accéléré de l'offre. La capacité de l'alliance à atteindre ses objectifs de production croissants reste entravée par la sous-performance de certains membres. Le groupe a fourni à peine la moitié de l'augmentation qu'il avait prévue pour le mois d'octobre, car des nations africaines - en particulier l'Angola et le Nigeria - doivent faire face à des pertes de production.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !