Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Pétrole : la Russie réticente à réduire encore sa production

Pétrole : la Russie réticente à réduire encore sa production

Moscou refuse de réduire de 600.000 barils par jour supplémentaires la production de l'Opep+ pour enrayer la chute du brut observée depuis la crise du coronavirus chinois 2019-nCoV.

Pétrole : la Russie réticente à réduire encore sa production
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le rebond du pétrole entamé depuis deux séances s'est quelque peu enrayé jeudi, après une réunion de l'Opep et de ses alliés, au cours de laquelle la Russie aurait refusé de réduire davantage sa production pour enrayer la chute des cours du brut observée depuis la crise du coronavirus chinois.

Jeudi soir, le cours du baril de brut léger américain (WTI) a réduit son avance à 0,33% à 50,91$, après être monté jusqu'à 52,19$ en début de journée et après un bond de 2,3% mercredi (contrat à terme de mars coté sur le Nymex). Le Brent de la mer du Nord cédait jeudi soir 0,67% à 54,91$ (contrat à terme de mars) après un rebond de 2,5% mercredi.

Les cours du pétrole ont plongé d'environ 20% depuis leurs pics de début janvier, les investisseurs craignant une forte baisse de la demande chinoise liée au coronavirus, alors que l'offre était déjà surabondante avant cette crise. Selon des sources citées lundi par l'agence 'Blomberg', la demande chinoise aurait plongé de 3 millions de barils par jour, ce qui correspond a environ 3% de la demande mondiale, un choc sans précédent depuis la crise de 2008-2009.

Le comité technique de l'Opep et son partenaire russe étaient réunis depuis mardi pour tenter de trouver un accord sur de possibles coupes supplémentaires par rapport à leur accord en vigueur. Des rumeurs de coupes supplémentaires de 600.000 à 1 million de barils par jour ont circulé depuis 48 heures, ce qui a permis aux cours du brut d'entamer un rebond.

Le coronavirus aura "un impact significatif", selon le patron de Total

Toutefois, selon des sources proches de négociations, la Russie s'est opposée jeudi à la recommandation du comité technique de baisser la production de 600.000 barils supplémentaires par jour. Selon le 'Wall Street Journal', l'Arabie saoudite voulait obtenir une réduction supplémentaire de 800.000 à un million de barils par jour et avait proposé une solution de compromis de 600.000 barils par jours, un niveau dont les investisseurs questionnent déjà l'efficacité. Selon plusieurs médias, la Russie a demandé une prolongation des négociations, sans en préciser le format.

Par ailleurs, le PDG de Total, Patrick Pouyanné a estimé jeudi que l'épidémie de coronavirus 2019-nCoV (qui a tué au moins 560 personnes sur plus de 28.000 cas avérés en Chine) aura un impact qui pourrait être significatif, sans donner de détails chiffrées sur la demande mondiale. "Il va y avoir un impact potentiel (sur les marchés pétroliers) dans les deux mois qui viennent qui pourrait être significatif", a-t-il dit, ajoutant que "la Chine va réduire sa consommation".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !