»
»
»
Consultation

Pétrole : en baisse, dans la crainte pour le commerce mondial

Pétrole : en baisse, dans la crainte pour le commerce mondial

Après une chute de 5,5% la semaine passée, les cours du pétrole ont démarré la semaine par un nouveau recul, sur fond d'inquiétude sur l'issue des négociations commerciales qui doivent reprendre ce jeudi entre les Etats-Unis et la Chine.

Pétrole : en baisse, dans la crainte pour le commerce mondial
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont fait du yo-yo, lundi, après un un recul de 5,5% la semaine dernière face aux craintes croissantes sur la santé de l'économie mondiale. Sur le Nymex, le brut léger américain WTI a finalement cédé lundi soir 0,23% à 52,69$ (contrat à terme de novembre), tandis que le Brent a reculé de 0,12% à 58,30$.

Les investisseurs ont cédé en fin de séance au pessimisme concernant les négociations commerciales sino-américaines, qui reprendront jeudi et vendredi à Washington.

La Chine ne serait prête qu'à un accord partiel

Lundi, la Maison Blanche a confirmé qu'une délégation chinoise de haut niveau, menée par le vice-Premier ministre Liu He, était attendue jeudi aux Etats-Unis pour de nouvelles négociations sur le commerce entre les deux premières économies du monde, à quelques jours de la date prévue du relèvement des droits de douane sur des milliers de produits chinois importés.

Larry Kudlow, principal conseiller économique de la Maison blanche, a rassuré en déclarant à 'Fox News' que des progrès étaient "possibles" cette semaine. Il a répété que l'exclusion des entreprises chinoises des marchés boursiers américains n'était "pas sur la table", après des informations de presse parues la semaine dernière à ce sujet.

Mais de son côté, la Chine a laissé planer un doute sur la possibilité d'un large accord commercial. Selon l'agence 'Bloomberg', Pékin aurait ainsi réduit le nombre des sujets dont elle est disposée à discuter, en excluant notamment toute réforme de sa politique industrielle, ainsi que la question des subventions d'Etat.

Or, la semaine dernière, Donald Trump avait affirmé que les Etats-Unis n'accepteraient qu'un accord complet, "un bon accord", ou pas d'accord du tout. Et, selon le président américain, les Etats-Unis sont au contraire en position de force. "La Chine veut vraiment un accord", car les tarifs douaniers imposés par Washington sont en train de tuer son économie", a-t-il répété.

Atterrissage brutal en cas d'échec des négociations commerciales ?

Selon des sources citées par 'Bloomberg', la Chine considérerait que Donald Trump est affaibli politiquement par la procédure de destitution ouverte contre lui par les démocrates du Congrès. Pékin pourrait donc en profiter pour tenter de décrocher un accord a minima, en considérant qu'un accord, quel qu'il soit, redresserait la cote de confiance du président américain auprès de son opinion publique. Cette dernière vit dans la crainte d'un tassement de l'économie, voire d'une récession, provoquée par la guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales.

Depuis leur vif rebond à la mi-septembre après l'attaque contre d'importantes installations pétrolières en Arabie saoudite, les cours du brut WTI ont replongé de plus 15% dans la crainte d'un ralentissement de la demande mondiale.

La publication d'indicateurs d'activité en berne en Chine, en Europe et aux Etats-Unis en septembre fait craindre que l'économie mondiale pourrait subir un atterrissage brutal, si les négociations commerciales échouaient, résultant en une nouvelle vague de hausse des droits de douane entre les Etats-Unis et la Chine.

Rappelons que Washington a fixé au 15 octobre la date-butoir à partir de laquelle une nouvelle hausse de droits de douane portant sur 250 milliards de dollars de biens chinois pourrait entrer en vigueur. Ils passeraient de 25% actuellement à 30%.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com