»
»
»
Consultation

Le pétrole WTI replonge de 7,7%, au plus bas depuis 14 mois

Le pétrole WTI replonge de 7,7%, au plus bas depuis 14 mois

Les cours des deux variétés de pétrole, WTI et Brent, perdent désormais plus de 30% depuis début octobre. Les craintes d'un excès d'offre et d'un ralentissement de la croissance mondiale effraient les marchés.

Le pétrole WTI replonge de 7,7%, au plus bas depuis 14 mois

(Boursier.com) — La dégringolade du pétrole a repris de plus belle, vendredi, après que le ministre saoudien de l'Energie Khalid Al-Falih a indiqué que le Royaume avait pompé environ 10,7 millions de barils par jour en octobre, ce qui correspond à un record, alors même que Riyad envisage désormais de réduire sa production en 2019, et souhaite convaincre les autres membres de l'Opep et ses alliés, dont la Russie, de suivre cet exemple.

Après ces déclarations qui accentuent la crainte d'un excès d'offre en 2019, le cours du baril de brut léger américain (WTI) a plongé vendredi soir de 7,71%, à 50,42$ sur le Nymex, pour le contrat à terme de janvier, retombant au plus bas depuis 14 mois, fin septembre 2017. Au moment de la clôture du Nymex, le baril de Brent de Mer du Nord chutait de 6,07%, à 58,80$ pour le contrat à terme de janvier, au plus bas depuis 13 mois. Les cours sont donc revenus au plus bas depuis plus d'un an, et les deux variétés de pétrole ont désormais plongé de plus de 30% (-34% pour le WTI, -31% pour le Brent) depuis leurs sommets de début octobre, il y a moins de 8 semaines.

Dilemme pour l'Opep face à la hausse de la production américaine

L'Opep et ses alliés doivent se réunir le 6 décembre prochain à Vienne afin de discuter d'une possible réduction de leur production l'an prochain, afin d'enrayer la chute des cours. L'Arabie saoudite, leader du cartel, se heurte cependant à de la réticence de la part de la Russie. Par ailleurs, les Etats-Unis vont continuer d'augmenter l'an prochain leur production de pétrole de schiste, ce qui menace d'annuler les efforts de l'Opep... Le président américain Donald Trump ne cache pas, via ses tweets récents, sa satisfaction de voir les cours du pétrole baisser, ce qui réduit la pression inflationniste sur l'économie américaine.

La rapidité de la chute des cours est cependant en train d'inquiéter les industriels du secteur, dont les cours de Bourse ont souffert ces dernières semaines et encore ce vendredi, à l'instar d'ExxonMobil (-2,7%) à Wall Street, Chevron (-3,4%), ConocoPhillips (-2,5%), Transocean (-2,7%%), Halliburton (-3,8%) ou encore de Devon Energy (-5,7%).

A Paris, l'action Total a abandonné 3% vendredi et à Londres, Royal Dutch Shell a perdu 3,5% et BP a lâché 2,4%.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com