Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Le pétrole reste au plus haut depuis plus de trois mois

Le pétrole reste au plus haut depuis plus de trois mois

Les cours de l'or noir ont fini la semaine dans le vert, grâce à une forte baisse des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. Le ministre russe de l'Energie a évoqué la possible fin en 2020 des mesures de soutien des prix.

Le pétrole reste au plus haut depuis plus de trois mois
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — A l'issue d'une séance hésitante, les cours du pétrole ont progressé légèrement vendredi soir, après la publication d'une baisse plus forte que prévu des stocks de brut des Etats-Unis la semaine dernière.

Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a avancé de 0,05% à 61,71$ sur le Nymex (contrat à terme de février), au plus haut depuis plus de trois mois, à la mi-septembre dernier. Le Brent de la mer du Nord a gagné 0,29% à 68,12$ pour le contrat à terme de février. Le WTI a gagné environ 2% sur la semaine et 12% depuis le début du mois, galvanisé par la perspective de la signature de l'accord commercial de Phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine, qui devrait intervenir début janvier, selon des sources proches des négociations.

Baisse des stocks et des puits actifs aux Etats-Unis

Pour la semaine s'achevant le 20 décembre, les stocks de pétrole brut américains ont reculé de 5,467 millions de barils, alors que le consensus tablait sur un recul moins important, de l'ordre de 3 millions de barils, a annoncé vendredi le département américain de l'Energie. En outre, le nombre de puits en activité aux Etats-Unis a baissé cette semaine, selon les données hebdomadaires de la firme parapétrolière Baker Hugues. Le nombre de forage pétroliers actifs a ainsi baissé de 8 pour revenir à 677 ce vendredi, un niveau proche de leur plus bas depuis mars 2017.

Depuis le début de l'année, le cours du pétrole WTI a bondi de 36% et le Brent a grimpé de plus de 26%, soutenus par la perspective d'un cessez-le-feu commercial entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi par la mise en oeuvre de l'accord Opep+ de limitation de la production pétrolière. Cet accord, qui est en place depuis 2017, vient d'être renouvelé début décembre jusqu'à la fin mars 2020. L'Opep+ va augmenter de 500.000 barils par jour ses restrictions, portant le repli entamé en 2017 à 1,7 million de bpj, soit 1,7% de l'offre mondiale.

L'accord Opep+ réexaminé en mars prochain

Les efforts de l'Opep+ ont partiellement atteint leur objectif de hausse des cours, mais peinent à porter le baril au-delà des 60$ en raison de l'essor de la production aux Etats-Unis, devenus premier producteur mondial, et qui ne participent pas aux mesures d'encadrement.

Cependant, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a jeté un froid vendredi en estimant que l'Opep et ses alliés devraient envisager l'an prochain de mettre fin à ces baisses de production. "En ce qui concerne les baisses de production, je le répète, ce n'est pas un processus sans fin. Une décision sur la sortie devra être prise progressivement pour conserver notre part de marché et afin que nos entreprises puissent être en mesure de mettre en oeuvre leurs projets", a dit le ministre sur l'antenne de 'Rossiya 24 TV'. "Je pense que nous examinerons cela cette année (2020)", a-t-il ajouté.

La prochaine réunion de l'Opep+ est prévue le 6 mars 2020...

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !