»
»
»
Consultation

Le pétrole recule malgré des incidents dans le Golfe

Le pétrole recule malgré des incidents dans le Golfe

Le pétrole a commencé la semaine en dents de scie, partagé entre les tensions commerciales qui font craindre pour la demande et les tensions dans le Golfe, où quatre pétroliers ont été victimes d'actes de sabotage...

Le pétrole recule malgré des incidents dans le Golfe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le pétrole a vécu lundi un début de semaine particulièrement volatil, partagé entre des facteurs haussiers (actes de sabotages contre quatre pétroliers, dont deux saoudiens dans le Golfe, baisse des stocks US) et baissiers (craintes sur la demande en cas de guerre commerciale), ces derniers prenant l'avantage en fin de séance.

Après une forte hausse en début de journée suite aux incidents dans le Golfe, le contrat à terme de juin sur le brut léger américain WTI a fini en recul lundi soir de 1,01%, à 61,04$ le baril sur le Nymex (après un pic à 63,30$ en début de séance), tandis que le Brent d'échéance juillet cédait 0,55% à 70,23$ au moment de la clôture du Nymex (après avoir atteint 72,54$ au plus haut du jour).

L'annonce de taxes chinoises sur 60 milliards de dollars de biens américains importées, en représailles aux taxes de 25% sur 200 Mds$ de produits chinois importés aux Etats-Unis, font craindre une escalade de la guerre commerciale préjudiciable à la demande de pétrole...

Au Moyen-Orient, selon des sources en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, quatre navires ont été la cible ce week-end de mystérieux "actes de sabotage" au large des Emirats, provoquant une montée des tensions dans le Golfe au moment où le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo discute de l'Iran à Bruxelles.

Selon des responsables américains citées lundi par le 'Wall Street Journal', l'Iran est probablement à l'origine des attaques contre ces navires, bien qu'aucune preuve tangible n'ait encore été apportée.

Deux tankers saoudiens, un norvégien et un cargo émirati endommagés

Selon Ryad et Abou Dhabi, des "actes de sabotage" ont été commis contre quatre navires commerciaux de différentes nationalités à l'est de l'émirat de Fujairah, sans identifier les auteurs mais en évoquant un événement "grave". Un responsable gouvernemental émirati a précisé lundi que les bateaux en question étaient deux tankers saoudiens, Al Marzoqah et Amjad, un norvégien, Andrea Victory, et un cargo émirati, A. Michel. On ignore l'étendue des dégâts, mais une photo, fournie par le gouvernement émirati, a montré la coque endommagée de l'Andrea Victory, qui ne menace toutefois pas de sombrer.

Comme Abou Dhabi, Ryad n'a désigné aucun responsable. L'incident intervient alors que l'Iran a menacé récemment de fermer le détroit d'Ormuz, un passage crucial pour la navigation mondiale et les fournitures pétrolières...

A Téhéran, les autorités iraniennes ont appelé à l'ouverture d'une enquête. "Ces incidents en mer d'Oman sont alarmants et regrettables", a dit Abbas Moussavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, en mettant en garde contre "l'aventurisme (d'acteurs) étrangers" pour déstabiliser la région.

A New York, l'ONU a fait part de son inquiétude face "aux tensions accrues dans la région". "Nous appelons toutes les parties concernées à faire preuve de retenue dans l'intérêt de la paix régionale, notamment en veillant à la sécurité maritime", a indiqué son porte-parole adjoint, Farhan Haq.

Tensions accrues entre les Etats-Unis et l'Iran le durcissement des sanctions

Rappelons que l'Iran a menacé de s'affranchir de certains engagements pris dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015... Téhéran a donné la semaine dernière un délai de 60 jours aux autres pays signataires de l'accord (Europe, Russie, Chine) pour qu'ils mettent en oeuvre leurs promesses de protéger les secteurs bancaire et pétrolier contre les sanctions américaines.

De leur côté, les Etats-Unis se sont retirés de l'accord il y a tout juste un an, infligeant des sanctions pétrolières à Téhéran, qui ont été durcies début mai avec la fin des exonérations accordées à 8 pays acquéreurs de pétrole iranien, dont la Chine et l'Inde. Les Etats-Unis viennent en outre de déployer dans le Golfe un groupe aéronaval face à l'Iran, composé notamment d'un porte-avions et d'une force de bombardiers. Selon la chaîne israélienne 'Channel 13', Israël aurait informé les Etats-Unis d'un projet d'attaque iranienne contre des intérêts américains dans le Golfe persique...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com