»
»
»
Consultation

Le pétrole rebondit, mais Trump maintient la pression

Le pétrole rebondit, mais Trump maintient la pression

Les prix du pétrole ont effectué lundi un vif rebond, après la purge de vendredi.

Le pétrole rebondit, mais Trump maintient la pression
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les prix du pétrole ont nettement rebondi ce lundi, le baril de brut WTI se redressant de 2,4% à 51,63$ $ (contrat de janvier) sur le Nyse, après un plongeon de 7,7% vendredi. Le baril de Brent s'accordait 2,86% à 60,48$ au moment de la clôture du Nyse (après -6% vendredi).

Les cours ont même grimpé davantage, de l'ordre de 3,5% en séance, mais le président américain Donald Trump a maintenu la pression, via le réseau social Twitter : "C'est tellement bien que les prix du pétrole chutent (merci Président T). Ajoutez cela, l'équivalent d'une importante Réduction d'Impôt, à nos autres bonnes nouvelles Economiques. L'inflation baisse (écoutez-vous la Fed?) !"

Production record en Arabie saoudite

En attendant d'éventuelles coupes dans la production en décembre, l'Arabie saoudite a produit encore très abondamment en novembre, selon une source industrielle citée par Reuters. La production pétrolière du Royaume aurait même atteint un record historique en novembre. La source de Reuters affirme que la production saoudienne serait ressortie entre 11,1 et 11,3 millions de barils par jour en novembre. Il est évidemment un peu tôt pour un bilan mensuel, mais la tendance serait claire.

Surabondance de l'offre

L'offre surabondante a déséquilibré le marché et fait brutalement chuter les prix du pétrole ces dernières semaines. De plus, les sanctions américaines contre l'Iran se révèlent moins importantes que prévu, ce qui gonfle encore l'offre.

Au moins 1 million de barils / jour de trop

Des sources de Reuters au sein de l'industrie pétrolière saoudienne signalent que le pays désire un prix du baril supérieur à 70$. Khaled al-Faleh, le ministre saoudien de l'Energie, a expliqué ce mois que l'offre globale de pétrole pourrait excéder la demande de plus d'un million de barils par jour l'an prochain. Ainsi, l'OPEP devrait agir pour rééquilibrer le marché, a indiqué le dirigeant...

Purge brutale

Les cours s'étaient effondrés vendredi soir, le ministre saoudien de l'Energie ayant indiqué que le Royaume avait pompé environ 10,7 millions de barils par jour en octobre, ce qui correspondait déjà à un record. Ces déclarations avaient accentué la crainte d'un excès d'offre en 2019, et le cours du baril de brut léger américain (WTI) avait plongé vendredi soir de 7,7%, à 50,4$ sur le Nymex, pour le contrat à terme de janvier, retombant au plus bas depuis 14 mois. Le baril de Brent de la Mer du Nord chutait pour sa part au plus bas depuis 13 mois.

Réunion cruciale

L'Opep et ses alliés doivent se réunir le 6 décembre prochain à Vienne afin de discuter d'une possible réduction de leur production l'an prochain, pour enrayer la chute des cours. L'Arabie saoudite, leader du cartel, se heurte cependant à la réticence de la Russie. Par ailleurs, les Etats-Unis vont continuer d'augmenter l'an prochain leur production de pétrole de schiste, ce qui menace d'annuler les efforts de l'Opep...

Les cours sont revenus au plus bas depuis plus d'un an, et les deux variétés de pétrole ont plongé de près de 30% depuis leurs sommets de début octobre, il y a moins de 8 semaines. Le sursaut technique du jour est donc à relativiser.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com