»
»
»
Consultation

Le pétrole rebondit après de nouveaux incidents dans le Golfe

Le pétrole rebondit après de nouveaux incidents dans le Golfe

Les cours du pétrole sont repartis en nette hausse jeudi, après des attaques présumées visant deux pétroliers dans le Golfe d'Oman, qui sépare le sultanat d'Oman et l'Iran.

Le pétrole rebondit après de nouveaux incidents dans le Golfe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole sont remontés en flèche, jeudi, après être tombés la veille sur un plancher de près de cinq mois, à la suite de l'annonce d'une hausse surprise des réserves américaines de brut la semaine passée. Jeudi, l'annonce de deux incidents ayant endommagé des pétroliers dans le golfe d'Oman a relancé les craintes d'un conflit entre l'Iran et ses voisins sunnites, soutenus par les Etats-Unis.

Jeudi soir, le contrat à terme de juillet sur le brut léger américain WTI a fini en hausse de 2,23%, à 52,28$ le baril sur le Nymex, après un gain de 4,5% en séance. Le Brent d'échéance août grimpait de 2,28% à 61,34$ à Londres au moment de la clôture du Nymex. Malgré ce rebond, les cours du WTI flirtent toujours avec un marché baissier, caractérisé par une chute supérieure à 20% par rapport à ses sommets annuels d'avril dernier à plus de 66$.

A l'origine de la flambée du jour, se trouve des attaques présumées visant deux pétroliers dans le Golfe d'Oman, à l'entrée du Golfe persique, entre les côtes d'Oman et de l'Iran. Ce secteur où transite 30% du pétrole mondial transporté par mer est l'objet de fortes tensions depuis des mois sur fond de tiraillements entre les Etats-Unis et leur allié saoudien d'une part et l'Iran d'autre part.

Deux tankers, norvégien et japonais, ont été la cible d'avaries d'origine indéterminée. Le premier bâtiment, le Front Altair, a été "attaqué" et était en flammes, tandis que le second le Kokuka Courageous, un méthanier, aurait essuyé des tirs, mais sa cargaison de méthanol est intacte.

Les Etats-Unis accusent l'Iran

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit tenir jeudi soir, à la demande des Etats-Unis, une réunion d'urgence à huis clos sur ces attaques, ont indiqué des diplomates. Washington a renforcé depuis le mois dernier sa présence militaire dans le Golfe, et a accusé l'Iran d'être à l'origine d'autre incidents ayant endommagé 4 navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats arabes Unis, le 12 mai dernier.

Jeudi soir, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a accusé une nouvelle fois l'Iran. "Les Etats-Unis considèrent que la République islamique d'Iran est responsable des attaques survenues aujourd'hui dans le golfe d'Oman", a-t-il déclaré à la presse.

"Cette conclusion s'appuie sur des renseignements, sur les armes utilisées, sur le niveau de savoir-faire nécessaire pour mener à bien l'opération, sur les attaques iraniennes analogues et récentes contre la marine marchande, et sur le fait qu'aucune organisation à la solde d'une puissance, dans la région, ne dispose des ressources et de l'efficacité requises pour passer à l'acte avec un tel degré de complexité", a continué Pompeo.

Questions sur la demande mondiale de brut

Mercredi, les cours du pétrole avaient à l'inverse chuté d'environ 4% après l'annonce d'une forte hausse des stocks de pétrole aux Etats-Unis et une révision en baisse de la croissance de la demande mondiale par l'Agence américaine de l'énergie (EIA) pour 2019 et 2020 sur fond de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

Ce ralentissement de la croissance de la demande de pétrole coïncide en outre avec l'envolée de la production de brut aux Etats-Unis dont l'EIA s'attend à ce qu'elle atteigne 13,5 millions de bpj d'ici à la fin 2020. Les Etats-Unis sont déjà le premier producteur mondial de pétrole avec 12,4 millions de bpj, devant la Russie et l'Arabie saoudite.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com