»
»
»
Consultation

Le pétrole en berne, l'Opep pourrait lâcher du lest

Le baril de pétrole a fléchi de plus 1% jeudi face aux craintes que l'Opep et la Russie ne mettent fin à leurs baisses de production à partir de la fin juin.

Le pétrole en berne, l'Opep pourrait lâcher du lest
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le baril de pétrole a accentué sa baisse jeudi, au lendemain de l'annonce d'une forte hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis, et face à des craintes d'une augmentation de la production de l'Opep en réaction aux sanctions américaines contre l'Iran et le Venezuela.

Le baril de brut léger américain pour livraison juillet a cédé jeudi soir 1,57%, à 70,71$, tandis que le Brent de la Mer du Nord a lâché 1,27% à 78,79$.

Le Département à l'Energie américain a fait état mercredi d'une hausse de 5,8 millions de barils des réserves de brut domestiques lors de la semaine close au 18 mai, à 438,1 millions de barils, quand le consensus tablait sur une baisse de 1,6 million de barils. La production américaine, dopée par l'extraction du schiste, est pour sa part restée stable, à un niveau record de 10,70 millions de barils par jour.

L'encadrement de production pourrait être levé "en douceur"

L'or noir est également affecté par diverses spéculations liées à l'avenir de la production de l'Opep. Des sources proches du cartel et de l'industrie pétrolière ont en effet indiqué à 'Reuters' que l'Opep pourrait, dès le mois prochain, décider de mettre un frein aux baisses de production intervenues depuis le début de l'année 2017 pour répondre aux inquiétudes concernant la chute de la production vénézuélienne et la perte potentielle de certaines exportations pétrolières iraniennes.

"L'OPEP va faire quelque chose lors de sa réunion de juin en réaction à la perspective d'une chute de la production de brut et des exportations de l'Iran et du Venezuela au cours de l'année", affirme Greg McKenna, chez AxiTrader. L'Opep et ses alliés doivent se réunir à Vienne le 22 juin.

Jeudi, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a renforcé les inquiétudes du marché en déclarant à l'agence 'Interfax' que l'encadrement de la production, en vigueur depuis le 1er janvier 2017, pourrait être levé "en douceur" si l'Opep et ses alliés jugent le marché rééquilibré.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Le pétrole en berne, l'Opep pourrait lâcher du lest

Partenaires de Boursier.com