Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Le coronavirus propulse l'or au plus haut depuis 7 ans

Le coronavirus propulse l'or au plus haut depuis 7 ans

La crainte d'une propagation mondiale du coronavirus chinois profite aux cours de l'or et des autres métaux précieux, tandis que les métaux industriels et le pétrole chutent.

Le coronavirus propulse l'or au plus haut depuis 7 ans
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'or a repris son ascension jeudi, approchant les 1.600 dollars l'once, les investisseurs se réfugiant vers les placements protecteurs face à la montée des craintes concernant le coronavirus chinois, qui a fait 170 morts et affecté plus de 7.700 personnes.

Le métal jaune a terminé jeudi soir en hausse de 0,8% à 1.588,20$ l'once, pour le contrat à terme d'avril coté sur le Comex, au plus haut depuis près de 7 ans, en avril 2013. Le métal jaune a progressé de 4,3% depuis début 2020, après avoir gagné 19% en 2019.

Les investisseurs craignant que le virus ne se propage, entraînant un ralentissement des échanges commerciaux et de la croissance mondiale. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié jeudi soir l'épidémie d'"urgence de santé publique de portée internationale". L'OMS a toutefois ajouté quelle ne recommandait pas pour autant de restreindre les déplacements à travers le monde.

Les autres métaux précieux ont aussi progressé jeudi : +0,6% pour le palladium, +0,5% pour le platine.

Le pétrole retombe au plus bas depuis août 2019

En revanche, le cuivre, considéré comme un indicateur avancé de la croissance, a reculé de 1,2% jeudi soir (contrat à terme de mars). L'"or rouge" a désormais abandonné 8,5% sur les trois dernières séances, passant de 2,83 à 2,59$ la livre. Le nickel a été encore plus durement touché, chutant de près de 10% en trois jours.

Toujours au chapitre des matières premières, les cours du pétrole ont repris leur dégringolade jeudi, tombant au plus bas depuis début août 2019, dans la crainte d'une baisse de la demande mondiale sous l'effet du virus 2019-nCoV.

Le baril de brut léger américain (WTI) cédait en séance 2,7% à 51,86$ sur le Nymex (contrat à terme de mars), tandis que le Brent de la mer du Nord perdait 3,1% à 57,78$ (contrat à terme de mars).

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !