»
»
»
Consultation

Le baril de pétrole plonge de 4% après les stocks américains

Le baril de pétrole plonge de 4% après les stocks américains

L'or noir perd désormais environ 20% par rapport à ses sommets de la fin avril. Les stocks de pétrole continuent de grimper aux Etats-Unis tandis que la croissance de la demande mondiale devrait ralentir.

Le baril de pétrole plonge de 4% après les stocks américains
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont plongé mercredi après la publication d'une forte hausse des stocks de pétrole aux Etats-Unis la semaine dernière. Le baril de Brent de la mer du Nord a chuté de 3,72% à 59,97$ $ à Londres, tandis que le 'light sweet crude' américain (WTI) a abandonné 4% à 51,14 $ sur le Nymex.

L'or noir a perdu environ 20% depuis la fin d'avril, tombant dans un marché baissier (-22% pour le WTI et -19,5% pour le Brent), sur fond de guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires et de ralentissement de l'économie mondiale.

D'après le Département américain à l'énergie, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont progressé de 2,2 millions de barils lors de la semaine close le 7 juin, à 485,5 millions de barils, au plus haut depuis juillet 2017. Le consensus tablait sur un repli de 1 mb. Les stocks d'essence ont quant à eux progressé de 0,8 million de barils, alors que les stocks de produits distillés ont reculé de 1 million de barils.

Vers une demande moins soutenue, selon l'Agence américaine de l'Energie

Fereidun Feshraraki, président du cabinet de consultants sur l'énergie FGE, note que le ralentissement de l'activité intervient dans un contexte "de crainte généralisée de retournement économique" et il prévient que si les tensions commerciales entre Washington et Pékin continuent, "il faut s'attendre à voir de réels signaux de récession".

Dans son dernier rapport mensuel, l'Agence américaine de l'Energie (EIA) a réduit sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année et l'année prochaine. L'EIA anticipe une hausse de la demande de 1,22 million de barils par jour (bpj) cette année, soit 160.000 bpj de moins que dans ses précédentes prévisions. La projection pour 2020 est quant à elle ajustée à 1,42 million de bpj, soit une révision en baisse de 110.000 bpj.

Ce ralentissement de la croissance de la demande de pétrole se télescope avec l'envolée de la production de brut aux Etats-Unis dont l'Agence d'information sur l'énergie (EIA) s'attend à ce qu'elle atteigne 13,5 millions de bpj d'ici la fin 2020. Les Etats-Unis sont déjà le premier producteur mondial de pétrole avec 12,4 millions de bpj, devant la Russie et l'Arabie saoudite.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com