La Fed accélère la hausse des taux face à une inflation préoccupante

La Fed accélère la hausse des taux face à une inflation préoccupante

La Fed a relevé mercredi son taux des "fed funds" d'un demi-point, comme anticipé par les marchés et a détaillé son calendrier de réduction de son bilan.

La Fed accélère la hausse des taux face à une inflation préoccupante
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Face à la flambée de l'inflation, la Réserve fédérale américaine a accéléré mercredi le rythme de son durcissement monétaire, en relevant son principal taux directeur d'un demi-point, à 0,75-1,00%, et en détaillant son calendrier de réduction de de son bilan, qui frôle les 9.000 milliards de dollars depuis les programmes d'achats d'actifs réalisés pour lutter contre les effets de la pandémie de Covid-19.

Après un premier tour de vis modéré, d'un quart de point, le 16 mars dernier, la Fed a donc relevé ce mercredi d'un demi-point l'objectif de taux des fonds fédéraux ("fed funds"), son principal instrument de politique monétaire, le premier geste d'une telle ampleur depuis 2000. La décision a été prise à l'unanimité des membres du Federal Open Market Committee (FOMC), qui ont jugé "approprié" de procéder à d'autres hausses dans les mois à venir.

La banque centrale américaine commencera également à réduire son bilan, qui approche les 9.000 milliards de dollars, de façon progressive à partir du 1er juin prochain, a indiqué la Fed dans un communiqué publié à l'issue de deux jours de débats du FOMC.

L'inflation exacerbée par la guerre en Ukraine et le Covid en Chine

La Fed a souligné dans son communiqué son inquiétude concernant l'inflation, qui devrait être exacerbée par la guerre en Ukraine. Pour la première fois, le communiqué souligne que "le comité (FOMC) est hautement attentif aux risques inflationnistes". "Les implications (de la guerre en Ukraine) pour l'économie américaine sont hautement incertaines. L'invasion et les événements qui en découlent créent une pression haussière supplémentaire sur l'inflation et sont susceptibles de peser sur l'activité économique. De plus, les confinements liés au Covid en Chine sont susceptibles d'aggraver les perturbations des chaînes d'approvisionnement", a souligné la banque centrale.

Ces propos ont cependant été nuancés par le président de la Fed, Jerome Powell, lors de sa conférence de presse. Il a affirmé qu'il ne voyait pas de spirale salaires/prix susceptible de causer une inflation permanente. Il a aussi assuré qu'il voyait un chemin vers un atterrissage en douceur de l'économie, et a estimé que l'économie américaine n'était pas près de tomber en récession, même si la croissance du 1er trimestre s'est contractée de 1,4% en rythme annuel, à la surprise générale. Certains économistes craignent que le resserrement monétaire ne provoque une récession aux Etats-Unis en 2023.

Pas de tour de vis de 75 points de base envisagé

Le patron de la Fed a estimé que l'économie américaine restait en bonne santé et qu'elle était capable de supporter la remontée des taux à venir, ajoutant que "nous avons de bonnes chances d'éviter une récession". Malgré la contraction du PIB des Etats-Unis au premier trimestre, "les dépenses des ménages et l'investissement des entreprises restent solides. La croissance de l'emploi a été robuste", a relevé la Fed dans son communiqué.

Interrogé sur la possibilité d'un tour de vis monétaire encore plus important, de 75 points de base lors de la prochaine réunion, en juin ou lors des prochaines réunions, M. Powell a estimé que ce n'était pas une hypothèse envisagée "activement" par la Fed, ce qui a rassuré les marchés sur le rythme du resserrement monétaire. Les indices boursiers américains, qui évoluaient proches de l'équilibre peu après le communiqué de la Fed, se sont envolés après les propos de M. Powell.

A la clôture, le Dow Jones a grimpé de 2,8%, tandis que l'indice large S&P 500 a flambé de 3% et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a bondi de 3,19%. Les taux des emprunts d'Etat se sont détendus, le "10 ans" terminant à 2,93% (-3 points de base) et le 2 ans chutant à 2,64% (-13 pb).

Un taux des "fed funds" autour de 2,5% fin 2022 ?

Avant les annonces de la Fed, les marchés à terme intégraient une hausse de trois quarts de point (75 points de base) en juin, puis deux hausses d'un demi-point en juillet et en septembre, ce qui porterait le taux des "fed funds" à 2,50-2,75% à la rentrée, avant de finir l'année autour de 3%, selon l'outil FedWatch de CME Group qui trace les contrats à terme sur les taux. Les marchés sont ainsi plus haussiers que la Fed elle-même, dont les dernières projections économiques publiées en mars envisageaient un taux directeur autour de 1,9% fin 2022, et de 2,8% fin 2023...

Dans leurs déclarations récentes, plusieurs membres de la Fed ont cependant suggéré que le taux des "fed funds" pourrait être porté autour de 2,5% d'ici à la fin de l'année, un niveau jugé "neutre" pour l'économie (ni stimulant, ni freinant).

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !