La BCE en délicate posture ?

La BCE en délicate posture ?

Les médias et acteurs financiers examineront cette semaine la décision politique de la BCE...

La BCE en délicate posture ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les médias et acteurs financiers examineront cette semaine la décision politique de la BCE. Le consensus du marché est que la Banque centrale européenne réduise le niveau de ses achats mensuels d'obligations de 80 milliards d'euros à environ 50-60 milliards d'euros, indique Bloomberg. La flambée de l'inflation à 3% en août a accru la pression sur la BCE pour qu'elle réduise les paramètres de relance d'urgence, mais l'augmentation des infections au covid avant les mois d'hiver pourrait encore inciter la BCE à attendre décembre. Si la BCE réduisait le rythme de ses achats d'actifs, elle devrait néanmoins souligner qu'elle dispose encore de la flexibilité nécessaire pour augmenter ultérieurement à nouveau ses achats et que tout ralentissement ne constituerait pas un 'tapering' au sens propre. Le plan de QE d'urgence (PEPP) de la BCE doit se poursuivre jusqu'en mars.

Selon les résultats d'une enquête Reuters, la BCE devrait annoncer une réduction de ses rachats d'actifs au titre du Programme d'urgence face à la pandémie (PEPP) à partir du quatrième trimestre, mais maintenir ses autres programmes au moins jusqu'en 2024. Avec la reprise économique dans la zone euro et une inflation au plus haut de dix ans, la BCE devancerait donc la Fed à l'issue de sa réunion du 9 septembre en dévoilant une diminution de ses achats de titres. Près de 60% des économistes interrogés par Reuters sont de cet avis. Les autres estiment que la BCE maintiendrait plutôt ses achats au rythme actuel. Selon la médiane des estimations des experts consultés par Reuters, les rachats seraient ramenés à 70 milliards d'euros mensuels dans le cadre du PEPP. Concernant l'échéance de mars, plus de 70% des spécialistes sondés par Reuters jugent qu'il faudrait plutôt plus de 2 ans à la BCE pour arrêter totalement ses achats. La moitié des spécialistes ont même évalué que le processus prendrait cinq ans. Certains estiment même que le processus ne s'arrêtera pas... Les achats dans le cadre du programme d'achats d'actifs APP vieux de six ans sont quant à eux de 20 milliards d'euros par mois.

La BCE devrait par ailleurs maintenir le statu quo sur ses taux directeurs jusqu'à la fin de l'année 2023 au moins, celui des opérations principales de refinancement restant à zéro et celui de la facilité de dépôt à -0,5%, malgré des prévisions de croissance robustes pour 2021 et 2022...

La BCE publiera également ses dernières projections macroéconomiques cette semaine, la plupart des économistes anticipant une révision à la hausse de ses perspectives de croissance et d'inflation. L'inflation devrait, selon l'enquête Reuters, s'établir à 2,1% en moyenne cette année et ralentir à 1,6% en 2022. Elle pourrait culminer à 3% au quatrième trimestre...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !