Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

L'or recule vendredi, mais progresse sur la semaine

L'or recule vendredi, mais progresse sur la semaine

Depuis ses sommets historiques atteints début août à plus de 2.000$ l'once, l'or a entamé une correction. Cette semaine, le métal jaune a cependant progressé sur 5 séances, face à la poursuite du recul de la Bourse.

L'or recule vendredi, mais progresse sur la semaine
Crédit photo © CPoR

(Boursier.com) — L 'or a été recherché cette semaine sur fond de retour de l'aversion au risque sur les marchés d'actions. Le métal jaune a certes cédé 0,8% vendredi, pour finir la semaine à 1.947,90$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex, mais sur 5 séances, il a progressé de 0,7%.

Le 6 août dernier, l'or avait atteint un plus haut historique à plus de 2.069$ l'once, avant de faire l'objet de prises de bénéfices. Cette semaine, le métal jaune a retrouvé des couleurs, soutenu par des taux d'intérêts toujours très bas (voire négatifs) sur les emprunts d'Etat et par un regain d'inquiétude sur la situation sanitaire, avec une hausse du nombre de cas de Covid-19, notamment aux Etats-Unis.

Selon les investisseurs, les incertitudes entourant l'issue de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre, avec un match entre Donald Trump et le démocrate Joe Biden (actuellement en tête dans les sondages), pourraient elles aussi favoriser l'or dans les prochaines semaines.

Le seuil des 2.000$ à nouveau en ligne de mire

Les incertitudes sur la situation sanitaire et le retour des tensions commerciales entre Washington et Pékin sont aussi des facteurs de soutien pour la "relique barbare", qui profite en outre d'un dollar quelque peu affaibli depuis la fin juillet.

Dans une note publiée le 24 août, la banque suisse UBS estime que l'or devrait tester à nouveau le seuil des 2.000$ l'once avant la fin de l'année, et envisage même un pic entre 2.200 et 2.300$. En revanche, UBS s'attend à une consolidation en 2021, en raison d'une politique monétaire sans doute moins agressivement expansionniste qu'en 2020, où la pandémie de Covid-19 a conduit la Fed à prendre des mesures exceptionnelles d'assouplissement.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !