»
»
»
Consultation

L'or a fait son grand retour en juin, son meilleur mois depuis 3 ans !

L'or a fait son grand retour en juin, son meilleur mois depuis 3 ans !

Le cours du métal jaune a bondi de 7,7% en juin, retrouvant son plus haut niveau depuis plus de 5 ans. Les taux réels très bas, voire négatifs, redonnent du lustre à la "relique barbare", qui profite aussi des craintes sur la croissance mondiale.

L'or a fait son grand retour en juin, son meilleur mois depuis 3 ans !
Crédit photo © CPoR

(Boursier.com) — Le plongeon des taux d'intérêts et les incertitudes sur la croissance et le commerce mondiaux ont provoqué une envolée de l'or au mois de juin. A plus de 1.400$ l'once, le métal jaune a ainsi retrouvé son plus haut niveau depuis plus de 5 ans, bondissant de 7,7% en un mois. Il s'agit de la meilleure performance mensuelle de l'or depuis 3 ans, en juin 2016.

Sur le marché américain Comex, l'once de métal jaune s'échangeait vendredi soir à 1.413,30$ (+0,1%) pour le contrat à terme d'août. L'or a dépassé depuis le 19 juin sa résistance majeure de 1.350$ l'once, qu'il n'est pas parvenue à franchir durablement depuis 5 ans. Sur cette période, il est resté confiné essentiellement dans un couloir entre 1.200$ et 1.350$.

Cette fois, les analystes estiment que le métal jaune pourrait continuer à s'élever, compte-tenu d'une conjonction de facteurs favorables, dont la montée des barrières douanières, notamment entre les Etats-Unis et la Chine, qui font craindre un net ralentissement de la croissance mondiale. Les tensions géopolitiques entre l'Iran et les Etats-Unis ont aussi contribué à la recherche de valeurs-refuge, au premier rang desquelles figure l'or.

Face à des taux au plancher, l'or devient attractif

Mais "LE" principal moteur de l'or a été la volte-face de la Fed sur sa politique monétaire, qui a fait plonger les rendements obligataires et a affaibli le dollar. Alors que fin 2018, la banque centrale américaine entendait encore relever ses taux directeurs, la montée des risques sur la croissance mondiale lui fait désormais clairement envisager une à deux baisses de taux d'ici à la fin 2019.

Pour Brien Lundin, rédacteur en chef de la lettre 'Gold Newsletter', cité par Markewatch, "les investisseurs ont enfin réalisé que nous sommes dans un environnement de taux réels très bas voire négatifs pour une période prolongée, ce qui procure un fort vent arrière à l'or".

En effet, même si l'or n'offre pas de rendement, une part croissante des placements obligataires n'en fournit désormais plus non plus... Dans le monde, ce sont plus de 13.000 milliards de dollars d'obligations dont les rendements sont désormais négatifs. La Fed, la BCE et la Banque du Japon ont toutes trois fait savoir ces derniers jours qu'elles étaient prêtes à prendre de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

La récente faiblesse du dollar alimente les achats d'or

"L'humeur du marché mondial des capitaux est chancelante en raison de la crainte des inconnues et c'est cette incertitude qui continuera de fournir du carburant à un marché de l'or déjà très bien alimenté", affirmait récemment à 'Bloomberg" Stephen Innes, associé directeur chez Vanguard Markets.

Sur le plan technique, la combinaison du plongeon des taux d'intérêts souverains et de la faiblesse du dollar servent donc de locomotives à l'or. Le dollar est retombé ces derniers jours à son plus bas niveau depuis trois mois, rendant moins onéreux les achats d'or pour les acheteurs en devises autres que le dollar.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com