Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

L'Opep+ serait prête à intervenir pour soutenir le marché pétrolier

L'Opep+ serait prête à intervenir pour soutenir le marché pétrolier

Le baril de pétrole tente de rebondir en ce début de semaine sur fond de possible intervention de l'Opep+ pour soutenir le marché de l'or noir...

L'Opep+ serait prête à intervenir pour soutenir le marché pétrolier
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le baril de pétrole tente de rebondir en ce début de semaine sur fond de possible intervention de l'Opep+ pour soutenir le marché de l'or noir. Selon le 'Wall Street Journal', le cartel et ses alliés pourraient décider de réduire leur production de plus d'un million de barils par jour à l'issue d'une réunion extraordinaire prévue demain et mercredi à Vienne. L'Arabie saoudite ferait notamment pression sur ses partenaires pour passer rapidement à l'action. Reuters évoque pour sa part une coupe d'au moins 500.000 bj.

"Je pense que c'est un moment où l'organisation doit faire preuve d'audace ou rentrer chez elle", a déclaré à 'CNBC', Helima Croft, responsable mondiale de la stratégie matières premières chez RBC Capital Markets. "Si vous optez pour une réunion extraordinaire, vous devrez proposer une réduction substantielle afin d'empêcher le marché de s'effondrer davantage".

20% de demande en moins Chine

La demande chinoise de pétrole aurait chuté d'environ trois millions de barils par jour, soit 20% de sa consommation totale, alors que l'épidémie de coronavirus a mis la deuxième puissance économique mondiale à l'arrêt. Cette baisse constitue probablement le plus grand choc sur la demande de brut depuis la crise financière mondiale de 2008 à 2009, et la plus soudaine depuis les attentats du 11 septembre, note 'Bloomberg'. La Chine est le plus grand importateur de pétrole au monde, de sorte que tout repli significatif de sa consommation a un impact considérable sur le marché mondial de l'énergie. Le pays consomme environ 14 millions de barils par jour, soit l'équivalent des besoins combinés de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, de l'Espagne, du Royaume-Uni, du Japon et de la Corée du Sud.

Craintes sur la croissance mondiale

Les investisseurs craignent que le virus ne se propage encore davantage à travers la planète, entraînant un ralentissement des échanges commerciaux et de la croissance mondiale. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié jeudi soir l'épidémie d'"urgence de santé publique de portée internationale". L'OMS a toutefois ajouté qu'elle ne recommandait pas pour autant de restreindre les déplacements à travers le monde.

Le WTI est quasi stable à l'heure actuelle sur le Nymex autour des 51,6$, soit son niveau de janvier 2019, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord perd 0,8% à 56,1 dollars. Les deux références affichent une perte de puis de 15% depuis le début de l'année.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !