Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

L'AIE affirme que la demande mondiale de pétrole va reculer au premier trimestre

L'AIE affirme que la demande mondiale de pétrole va reculer au premier trimestre

Les cours du brut repartent à la baisse ce jeudi alors que l'Agence internationale de l'énergie a averti que la demande mondiale de pétrole va chuter...

L'AIE affirme que la demande mondiale de pétrole va reculer au premier trimestre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du brut repartent à la baisse ce jeudi alors que l'Agence internationale de l'énergie a averti que la demande mondiale de pétrole va chuter ce trimestre pour la première fois depuis plus de dix ans. "La demande a été durement touchée par le nouveau coronavirus et l'arrêt généralisé de l'économie chinoise", affirme l'organisation basée à Paris. "La crise est en cours et à ce stade, il est difficile d'être précis sur son impact".

Dans son rapport mensuel, l'IEA indique que la consommation mondiale d'or noir, qui était attendue en hausse de 800.000 barils par jour au cours des trois premiers mois de l'année, va plutôt se contracter de 435.000 bj. Pour l'ensemble de l'année 2020, l'épidémie freinera la croissance annuelle de la consommation mondiale d'environ 30%, pour atteindre 825.000 barils par jour, soit le niveau le plus bas depuis 2011. Les effets seront plus importants que ceux de l'épidémie de SRAS de 2003 en raison de l'importance accrue de la Chine et de son intégration dans l'économie mondiale, souligne l'EIA. Selon cette dernière, qui conseille la plupart des grandes économies, la Chine a été à l'origine d'environ 75% de la croissance de la demande de pétrole l'an dernier.

L'épidémie a incité l'Arabie saoudite, le plus grand exportateur de pétrole au monde, à pousser ses alliés au sein de l'Opep et en dehors à réduire davantage leur production pour faire face à la situation. Cependant, la Russie, le partenaire le plus important du royaume en matière de gestion des approvisionnements, a jusqu'à présent résisté à cette initiative. Alors que l'Opep+ a davantage réduit son offre depuis le début de l'année, l'AIE estime que l'effondrement de la demande menace les marchés avec un excédent qui pourrait atteindre environ 1,7 million de barils par jour au cours du premier trimestre et 560.000 bj au second. Étant donné l'abondance de l'offre, les perturbations dans les pays membres du cartel comme la Libye et le Nigeria ont peu d'impact sur les prix.

Le WTI recule actuellement de 0,8% à 50,7$ sur le Nymex alors que le baril de Brent de la mer du Nord cède 1,1% à 55,2$ à Londres.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !