Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Jerome Powell prêt à tout, mais 'pas fan' des taux négatifs

Jerome Powell prêt à tout, mais 'pas fan' des taux négatifs

L'intervention du président de la Fed Jerome Powell ce jour est particulièrement surveillée...

Jerome Powell prêt à tout, mais 'pas fan' des taux négatifs
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'intervention du président de la Fed Jerome Powell ce jour est particulièrement surveillée. Le leader de la banque centrale américaine constate l'ampleur et la rapidité 'sans précédent' de la crise, et estime que la reprise économique pourrait prendre du temps. Powell juge ainsi que des mesures additionnelles de politique monétaire pourraient bien être nécessaires pour faire face à cette crise inédite. La Fed utilisera selon lui ses instruments "dans leur totalité", jusqu'à ce que la crise soit maîtrisée et que la reprise soit bien engagée.

Powell admet que l'économie américaine fait face à des risques sans précédent, qui pourraient causer des dommages durables si les banquiers centraux ne faisaient pas front. Alors que le président américain Donald Trump réclame désormais des taux négatifs pour accompagner la reprise, Powell semble lui décider à poursuivre une politique très accommodante, sans fournir toutefois trop de détails.

Les perspectives restent incertaines selon Powell, les risques 'baissiers' demeurant significatifs. Le président de la Fed ajoute qu'une plus ample aide fiscale pourrait se révéler nécessaire, afin de limiter les dommages à long terme.

"La reprise pourrait prendre un certain temps pour s'accélérer et le passage du temps pourrait transformer les problèmes de liquidité en problèmes de solvabilité", a déclaré Powell mercredi dans ses remarques préparées pour un événement virtuel organisé par le Peterson Institute for International Economics à Washington.

Powell a pointé du doigt le risque de faillites massives, ainsi que celui du chômage élevé. Ainsi, les banquiers centraux pourraient devoir faire plus encore pour éviter un impact durable et profond. Le leader de la Fed fait état d'une étude montrant que près de 40% des foyers américains gagnant moins de 40.000$ annuels auraient perdu un emploi en mars.

"De longues périodes de chômage peuvent nuire à la carrière des travailleurs ou y mettre fin, car leurs compétences perdent de leur valeur et les réseaux professionnels se tarissent, laissant les familles plus endettées", a déclaré Powell. "La perte de milliers de petites et moyennes entreprises à travers le pays détruirait le travail de la vie et l'héritage familial de nombreux chefs d'entreprise et leaders communautaires et limiterait la force de la reprise quand elle arrivera", s'est inquiété Powell.

"Bien que la réponse économique ait été à la fois opportune et suffisamment importante, ce n'est peut-être pas le dernier chapitre, étant donné que la voie à suivre est à la fois très incertaine et soumise à d'importants risques", a ajouté le timonier de la Fed.

Powell a ajouté que la banque centrale continuerait à utiliser pleinement ses outils jusqu'à ce que la crise soit passée et que la reprise économique soit en bonne voie, mais a averti qu'elle ne pouvait que consentir des prêts et non pas dépenser de l'argent. "Lorsque cette crise sera derrière nous, nous mettrons ces outils d'urgence de côté", a insisté Powell.

Pour Powell, le taux de chômage aux USA pourrait atteindre son pic d'ici un mois environ et baisser ensuite rapidement. L'économie américaine peut revenir à une situation de chômage très bas et d'inflation faible, mais cela prendra du temps. Une reprise lente pourrait conduite la Banque à prendre de nouvelles mesures de soutien. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas selon lui le moment de donner la priorité aux inquiétudes sur la dette publique...

La Fed est selon lui disposée à innover et à s'adapter à l'évolution de la situation, mais ajoute, en réponse à Trump, que les éléments disponibles sur les taux négatifs "sont très mitigés". Cette réaction n'est pas vraiment une surprise, mais pèse quelque peu sur les indices boursiers.

La Fed dispose selon Powell des outils adéquats pour répondre à la crise. Ce sont donc ceux-là qu'elle entend utiliser. Autrement dit, la Banque entend utiliser en priorité les outils déjà testés. Le président de la Fed explique bien que l'opinion de la Banque sur les taux négatifs n'a pas changé. Ce n'est pas, selon Powell, un sujet auquel elle réfléchit.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !