Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

France : la croissance revue en baisse pour 2020 (BdF)

France : la croissance revue en baisse pour 2020 (BdF)

La croissance française devrait se tasser l'an prochain pour tomber à 1,1%, selon la Banque de France contre +1,3% attendu jusqu'ici. L'environnement mondial est à blâmer, l'impact des grèves contre la réforme des retraites étant dur à chiffrer.

France : la croissance revue en baisse pour 2020 (BdF)
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La dégradation de l'environnement économique international a porté lundi la Banque de France a revoir en baisse ses prévisions de croissance pour la France en 2020. La croissance du PIB français devrait ainsi se tasser l'an prochain à +1,1%, selon la Banque de France (BdF) contre +1,3% attendu jusqu'ici.

Le frein à l'international devrait se traduire par un ralentissement marqué des exportations, estime la BdF dans ses dernières projections trimestrielles, publiées à la veille de la sortie de la dernière note de conjoncture de l'Insee, attendue ce mardi.

+1,3% attendu pour 2019

La croissance devrait néanmoins rester soutenue par le dynamisme de la demande intérieure et elle devrait ensuite remonter à 1,3% en 2021 (contre 1,4% précédemment attendu) puis à nouveau à 1,3% en 2022, grâce au redressement du commerce extérieur, poursuit la BdF.

Ces prévisions interviennent alors que le gouvernement vient d'abaisser son estimation de croissance à 1,3% pour 2019 (contre 1,4% précédemment), après une hausse de 1,7% en 2018. Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a fait ces nouvelles prévisions lundi sur 'BFMTV', en ajoutant qu'il fallait s'attendre à "un ralentissement pour 2020", sans donner de chiffre précis.

Les mouvements sociaux pèsent généralement peu sur la croissance

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, interrogé par le quotidien 'Le Figaro' a indiqué que "les choses semblent se détendre entre la Chine et les Etats-Unis depuis vendredi; mais cet accord de 'Phase 1' ne réglera pas tous les différends de fond et la politique commerciale américaine reste trop imprévisible".

Par ailleurs, M. Villeroy de Galhau a estimé qu'il il est trop tôt pour estimer l'impact éventuel sur la croissance des grèves en cours contre la réforme du système des retraites. "Notre expérience historique est cependant que ces mouvements pèsent finalement peu sur la croissance de l'économie, avec plutôt un simple décalage de l'activité, notamment avec les Gilets jaunes il y a un an et lors des grandes grèves de 1995", a-t-il dit au 'Figaro'

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !