»
»
»
Consultation

France / Eco : le gouvernement surveille de près les effets de la sécheresse sur l'approvisionnement électrique

France / Eco : le gouvernement surveille de près les effets de la sécheresse sur l'approvisionnement électrique

La sécheresse "exceptionnelle" qui sévit actuellement en France a amené le Ministre de l'énergie Eric Besson à activer une "cellule de veille sur la...

(Boursier.com) — La sécheresse "exceptionnelle" qui sévit actuellement en France a amené le Ministre de l'énergie Eric Besson à activer une "cellule de veille sur la sécurité d'approvisionnement électrique". Elle rassemble les administrations compétentes en matière d'énergie ainsi que RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, et sera chargée de compte au gouvernement de l'évolution de la sécurité d'approvisionnement électrique en fonction des moyens de production disponibles, et de l'évolution de la demande.

La sécheresse pose en effet la question du débit des cours d'eau, ce qui entraîne une diminution de la production hydroélectrique et pèse sur la production nucléaire, puisque les centrales sont refroidies avec ces cours d'eau. "Les autorisations de rejets de ces centrales, tant en matière de température de l'eau que d'effluents, sont définies par rapport aux exigences de protection des milieux aquatiques. Lorsque les débits sont faibles, ou bien que la température des cours d'eau est élevée, le respect de ces autorisations peut nécessiter la diminution de la puissance de certaines centrales, voire leur arrêt", rappelle le gouvernement, qui souligne cependant que des dérogations sont possibles pour équilibrer l'offre et la demande d'électricité.

Le Ministre insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un sujet de sûreté nucléaire, car "une éventuelle pénurie d'eau ne survient pas soudainement et peut être anticipée". Les 14 réacteurs situés en bord de mer ne sont pas affectés par ces mesures éventuelles. Le 16 mai dernier, Météofrance avait dressé un bilan préoccupant de la situation dans l'hexagone, où 58% des réservoirs affichaient un niveau inférieur à la normal début avril, un mois qui s'est révélé être par la suite l'un des plus secs depuis 1959 (et le second mois d'avril le plus chaud du 20ème siècle).

"Au 14 mai 2011, une grande partie de la France connaît des niveaux de sècheresse des sols superficiels jamais atteints à cette date au cours des cinquante dernières années. Ces niveaux correspondent sur de nombreuses régions à ceux normalement observés en juillet", soulignait Météofrance. A 18h00 hier soir, 47 départements français étaient concernés par un arrêté préfectoral limitant l'usage de l'eau, et 5 étaient en vigilance, selon le Ministère de l'Ecologie.

©2011-2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com